Notre-Dame-des-Landes. 3000 gendarmes pour déloger les zadistes

A LA UNE

06/10/2016 – 07H15 Nantes (Breizh-info.com) – Mercredi 14 septembre 2016. Le préfet de Loire-Atlantique publie les derniers arrêtés préalables au lancement des travaux à Notre-Dame-des-Landes. Ces documents autorisent le transfert et la destruction du campagnol amphibie, espèce protégée dont la présence sur la zone avait été oubliée lors du diagnostic environnemental initial.

L’évacuation des zadistes est donc en préparation. Cette fois, le gouvernement est décidé à utiliser les grands moyens. En effet, l’opération « César » diligentée en 2012 à la demande d’un certain Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, avait échoué piteusement.  Lancée le vendredi 23 novembre, elle prend l’eau dès le samedi soir lorsque le gouvernement annonce la création d’une « commission du dialogue » ; « il s’agira d’une commission d’informations partagées qui permettra au dialogue de se renouer dans de bonnes conditions », explique Najat Vallaud-Belkacem (Le Échos, 26/11/2012). Le 20 avril 2013, les forces de l’ordre se retirent. On est donc très loin du « veni, vidi, vici » proclamé par Jules César lors de sa campagne victorieuse en Asie mineure en – 47 avant notre ère.

Pourtant Manuel Valls, ministre de l’Intérieur à l’époque, avait roulé des mécaniques à Lorient ce même vendredi en défendant l’intervention : « Il est hors de question de laisser un kyste s’organiser (…) de manière durable, avec la volonté de nuire et des moyens parfois dangereux. Nous mettons tout en œuvre pour que la loi soit respectée. » (Libération, 24/11/2012).

A l’aube du vendredi 23 novembre 2012, 900 gendarmes avaient lancé une opération de nettoyage de la zone en démarrant au Rosier, à Vigneux-de-Bretagne ; il s’agissait en particulier de détruire les maisons occupées par les zadistes. Bien que possédant la supériorité numérique, les gendarmes mobiles avaient échoué à maîtriser le terrain dans un délai que le gouvernement voulait évidemment court – politique oblige.

Car chez les zadistes, il n’y a pas que des non-violents. Les gendarmes ont donc été confrontés à « 500 opposants dans la zone, dont 150 plus virulents », seloàn Pierre-Henri Brandet, porte-parole du ministère de l’Intérieur (Le Monde, 24/11/2012) D’après un officier, le « noyau dur » des opposants est constitué d’environ « 150 activistes gravitant dans la mouvance anarcho-autonome » (Le Figaro, 24/11/2012). Les gendarmes savaient évidemment qu’ils se heurteraient à une résistance physique très déterminée car les « anarcho-autonomes » sont habitués à se battre. Affronter les forces de l’ordre ne leur fait pas peur. S’ils reculent ici,ils repartent à l’attaque plus loin. D’où l’échec des gendarmes le deuxième jour, alors qu’ils comptaient sur leur supériorité numérique et leur force physique pour régler la question avec célérité. Place Beauvau, on avait sans doute prévu que vingt-quatre heures suffiraient. Mais dans ce pays de boccage,  des « guerriers endurcis » sont évidemment à leur avantage, d’autant plus qu’ils bénéficient du soutien des paysans du secteur qui arrivent avec leur tracteur dès que les gendarmes interviennent.

Manuel Valls Premier ministre réussira-t-il en 2016 là où Manuel Valls ministre de l’Intérieur avait échoué en 2012 ? L’assaut final semble à l’étude. Le journaliste Dominique Bloyet nous livre quelques informations à ce sujet : «Officiellement les autorités et les porteurs du projet gardent dans l’objectif le mois d’octobre évoqué à plusieurs reprises par le Premier ministre. Plusieurs signes laissent à penser que les forces de l’ordre n’attendent plus que le feu vert. Elles s’y préparent en tout cas depuis des mois. Entre les congés d’octobre gelés dans plusieurs escadrons de gendarmes mobiles et la réservation de maîtres chien par le groupe Vinci à partir de la mi-octobre, le scénario est écrit. Ces dernières semaines, les réunions se multiplient en préfecture.

Selon nos informations, le ministère de l’Intérieur prévoit de mobiliser au total jusqu’à 3000 gendarmes. Le scénario d’intervention qui semble tenir la corde serait celui d’une action consistant à intervenir sur un secteur donné puis à le sécuriser avant de passer au secteur suivant, jusqu’à évacuation complète de la ZAD. Le dispositif prévoit également un large périmètre de sécurité durant l’opération pour interdire, bien en avant, l’accès à la ZAD. Un nombre de 600 gendarmes est avancé pour la première phase. « On s’attend à une forte résistance. Il va y avoir quinze jours à trois semaines de lourd », prédit un cadre de la gendarmerie. Le plus difficile étant de tenir dans la durée les secteurs évacués, sachant que les forces de l’ordre devront également répondre à une montée en charge pour les fêtes de fin d’année dans le cadre du plan de lutte contre le terrorisme. Sans oublier de possibles actions des anti-aéroports en dehors de la ZAD… (Presse Océan, 15/09/2016)

Démarrer l’affaire ne sera pas aussi facile que certains peuvent le croire car les opposants au projet de construction de l’aéroport (zadistes et autres) seront informés de la date du démarrage de la « lutte finale ». Une opération aussi lourde exige en particulier la réquisition d’hôtels dans le secteur pour loger la « troupe ». Et les fuites seront immédiates, d’où l’arrivée de « renforts » sur le site et l’organisation immédiate de la défense.

En attendant, Julien Durand, paysan à la retraite et figure emblématique de la lutte anti NDDL, garde son sang-froid : «On ne va pas s’affoler pour ça. C’est une stratégie pour maintenir la pression. On va s’occuper de ces arrêtés sur le plan juridique». Mais on se prépare aussi à la bagarre : «Nous, on est droit dans nos bottes, on ne bougera pas», prévient Dominique Fresneau, autre opposant historique. On est chez nous. S’ils attaquent, on se défendra.» (Presse Océan, 15/09/2016).

Mobilité, rapidité et surprise ne suffiront pas cette fois aux paysans et aux zadistes pour contrer l’offensive des 3000 hommes que Manuel Valls compte envoyer à Notre-Dame-des-Landes. L’heure de la « professionnalisation » a sans doute sonné. On a déjà eu l’occasion de voir à la télé des paysans faire reculer les gendarmes mobiles en utilisant l’arme abolue : la tonne à lisier.

Un gendarme bien arrosé n’a plus envie de charger ; non seulement sa supériorité manœuvrière et son ardeur à la tâche disparaissent, mais encore il ne pense plus qu’à une chose : aller prendre une douche. Or il se trouve que tous les paysans du secteur sont équipés de tonnes à lisier et qu’ils se mobilisent facilement…Le lisier peut donc faire flancher le moral des gendarmes et les renvoyer dans leurs casernes !

Et comme le 20-heures de TF1 et de France 2 a besoin de spectaculaire, ces images seraient du meilleur effet. Quand guignol rosse le gendarme, il n’y a pas que les enfants à rire. On notera au passage que ces 3000 hommes représentent un quart de l’effectif total de la gendarmerie mobile (13 000). En ces temps troublés, peut-on mobiliser un tel contingent pour une affaire qui n’a rien de stratégique, alors que la protection de la population constitue une priorité ?

 Bernard Morvan

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Sandrine Rousseau (EELV) : « Je serai la surprise de cette élection présidentielle »

La candidate au deuxième tour de la primaire écologiste pour la présidentielle Sandrine Rousseau est l'invitée de Bruce Toussaint. https://www.youtube.com/watch?v=9qKSnWTH1gc Crédit...

Cyclisme. Le Tour de Bretagne 2021, c’est parti ! [Le profil et la liste des participants]

Le Tour de Bretagne cycliste revient pour une édition 2021 au parcours relevé et avec un plateau ambitieux. La...

14 Commentaires

  1. Breizh_Info nous a habitués à des positions plus intelligentes sur les sujets brûlants qui agitent la France: sur le sujet de l’aéroport de N D des Landes, si vous vous placez délibérément du côté des « Black Boks » et autres guignols qui ne respectent ni la France, ni les Français, ni le droit, ni la police et la gendarmerie qui font respecter le droit, alors votre lectorat risque de fondre assez vite.

    • Complètement d’accord: cet article est une menace envers l’autorité à peine déguisée. Lamentable: cela démontre bien de quel côté viendront les violences et qu’il est plus que temps d’y mettre un terme.

    • Sauf qu’ici il s’agit d’un entêtement stérile de l’état pour un projet inutile qui évoque le « toujours plus », lequel mènera malheureusement l’homme à sa perte. Des infrastructures, il en faut, mais en dosant, et en n’oubliant pas que notre planète est limitée et les ressources pas indéfiniment extensibles. il se trouve que pour ce cas là de bien meilleures options existent, économiquement et écologiquement (voir atelier citoyen pour rénover Nantes Atlantique, optimisable et loin d’être saturé). Mener une telle opération aussi risquée pour un projet contraire et aux engagements de la COP21 et à une nécessaire sobriété est du plus absurde. Sans compter les problèmes liés au terrorisme et à la vraie délinquance, sur lequel il est prioritaire de mobiliser les gendarmes, déjà suffisamment sollicités. Alors évacuer NDDL ? Non merci. Pour le coup j’espère une résistance à la hauteur.

      • Je suis navré mais c’est faux. D’abord il n’y pas que l’Etat qui est pour, MAIS aussi les politiques de presque tous bords, la majorité des citoyens concernés, les CCI, les grandes entreprises: ceux qui s’entêtent ce sont BIEN les zadistes!
        Ensuite cet aeroport sera 3 fois plus écologique que l’actuel: rien que sa norme HQE créera des emplois et sa zone de chalandise augmentera de 15%. ET surtout c’est le moins coûteux pour le contribuable.
        Quand au collectif citoyen, c’est une mascarade composée de pilotes syndiqués qui protègent leurs intérêts personnels avant l’intérêt général, qui ne valent pas mieux que les opportunistes qu’on retrouve parmi les pro aéroports.
        Enfin, qu’on soit pour ou contre NDDL, une grande majorité des citoyens ne veulent plus de la ZAD: c’est un fait et la moindre des choses serait de le respecter. Voyez donc leur rassemblement DU 8 octobre, qui mobilisera peu de locaux et surtout des activistes ET écolos venus de tout le pays pour défendre avant tout une cause globale, un mode de vie…. voilà la réalité…

      • Une cause globale et un mode de vie plus proche de la nature, moins dispendieux et plus autonome, sans pour autant supprimer les échanges, oui, c’est à défendre. Après ça je ne nie pas qu’il y ait eu quelques dérapages, surtout au début, et à ce que j’ai cru comprendre les profils des occupants sont très différents : entre ceux qui défendent réellement les terres, et ceux qui (moins défendable) sont là contre l’état par principe, voire pour une minorité (et là j’admets que ça puisse poser problème) faire de la casse et « casser du flic », sans même peut-être chercher à défendre le bocage plus qu’autre chose.
        Pour en revenir au projet ce n’est pas parce que les élus ou milieux économiques ont en tête un projet qu’il est nécessairement bon. Les critères éthiques sociaux et environnementaux doivent être pris en compte. Sous couvert d’intérêt général, ce sont parfois des intérêts particuliers qui ne profitent qu’à une minorité. Nous ne pourrons pas toujours fonctionner avec le logiciel de la croissance infinie et une consommation irraisonnée des ressources sans tenir compte des limites écologiques. Qui peut croire que la hausse du trafic aérien va se poursuivre à un tel rythme des décennies encore ? La baisse du prix du pétrole et le low-cost ont eu leur effet certainement, mais il sera limité dans le temps. Sans oublier que le trafic aérien reste un des postes qui pourrait être le dernier à pouvoir se passer du pétrole (voir l’étude de l’association Mégawatt pour un scénario de suppression des énergies fossiles d’ici 2050 : http://www.negawatt.org). Visons la qualité des infrastructures plutôt que leur nombre et leur étendue.
        Quant à l’emploi, argument souvent brandi en ces temps de crise, il est facile de manipuler l’opinion par les temps qui courent. rénover et améliorer l’existant donnera aussi du travail. Et la rénovation de Nantes Atlantique peut se faire avec des normes hautement écologiques.
        Il ne faut pas oublier que Notre dame des Landes est une tête de bassin versant et que le site a vocation à retenir l’eau, il convient très mal pour un aéroport. Le problème était ignoré dans les années 1970… il ne peut plus l’être maintenant, surtout quand nous avons en un siècle détruit deux tiers des zones humides dont nous découvrons maintenant les fonctions écologiques. Si nous les détruisons, ne nous plaignons pas alors que les sécheresses ou les pluies excessives fassent plus de dégâts.
        Enfin le bocage est un très bon exemple d’équilibre entre activités humaines et zones naturelles. Il est aussi source de richesses et de production. Une vaste aire de pelouse et une bande de bitume ne produisent rien.

      • Je suis d’accord avec vous sur le fond. Seulement 2 choses, dont une qui ne ca vraiment oas vous faire plaisir : la 1ère c’est que Oui, pourquoi pas rénover NA: sauf que aucun concessionnaire ne veut participer ET en PLUS on devra des infemnites astronomiques a Vinci. NDDL, lui ne coûtera presque rien au contribuable!
        La 2eme: oui on ca sacrifier l’environnement, MAIS ce n’est qu’une zone humide: oui, , ce n’est pas ce qu’il manque encore dans notre pays, meme si il faut y faire attention.
        ENFIN, concernant le rythme de croissance du trafic aérien, a croiser avec la démographie, ET PLUS particulièrement à Nantes, 3eme ville attractive! Vous parlez d’un scénario à 2050: savez vous que Roissyn’a que 40 ans?!!?!
        Quand à l’emploi, c’est la règle de trois, c’est mathématique, sans compter la norme HQE ou la zone de chalandise augmentee de 15%: un enfant de CM1 comprendrait que cela induit de l’emploi!

      • Plus de 30 ans de médiocrité, d’un pays qui s’enfoncent lentement mais sûrement (quoi qu’à l’échelle des siècles, c’est un effondrement rapide) mais il faudrait continuer à faire confiance aux politiques et aux acteurs économiques (surtout et avant tout la CCI, regroupement gérontologique d’imbéciles qui se font bouffer par quasi n’importe quel pays, incapable de la moindre initiative, conservatisme mortifère pour les seuls intérêts particuliers et non pas collectif mais ça vous connait) ?
        C’est risible.
        Le mur se rapproche encore et encore depuis des décennies. Dans quel monde vivez-vous pour ne pas le voir ? L’argument HQE comme absolution. Vous planez vraiment très haut, comme n’importe quel grenouille de bénitier ou barbu. Il suffit pourtant de regarder le ciel chaque jour pour comprendre que les règles du jeu vont profondément changer et que ceux qui s’approprient les cartes ne s’en rendent pas compte. Le réveil va être très, très, très dur pour certains.
        Voyez les céréaliers. Pour beaucoup richissime il y a 15 ans. De moins en moins aujourd’hui. Et cette année catastrophique. À cause d’inondations en mai (!) (encore faut-il vivre dans le monde réel pour s’inquiéter d’inondations en mai, pas facile quand on est formaté, on ne regarde plus le ciel -et encore, la métà la tv- que pour savoir comment s’habiller). Les vitis avaient pris leur 1ère place de « riches agriculteurs ». Ils vont prendre cher eux aussi cette saison.
        Et je ne parle pas de tous les autres domaines qui vont mal, notamment sociétaux.
        Mais nonw, certains ne trouvent rien de mieux à faire que de suivre un modèle initié dans les années 60.
        Comme si Guichard n’avait pas prouvé, en plus de sa malhonnêteté crasse, une incompétence de vision.
        Vous savez pour l’histoire de la marina à Guérande au moins ? Renseignez-vous. Constatez. Comprenez. Arrêtez de rêver. Mais bon, quand on est personnellement impliqué, difficile de prendre du recul.

      • AHAHAHAHAHAH ! Je ne suis avbsolument pas personnellement impliqué! Oui je connais l’histoire de Guerande, merci! ET dire que ce projet date des années 60, c’est demontrer que vous ne savez pas de quoi vous parlez!!!! Vous mélangez tout, votre raisonnement est confus et non moins inquiétant!
        Mais peu importe, l’Etat ne laissera pas passer de telles menaces, la ZAD sera rapidement un mauvais souvenir. 12000 personnes venu de tout le pays, ce n’est même pas autant que la pétition signée par les locaux pour son évacuation!!! ET donc infiniment moins que la consultation! ALORS un grand. Un immense merci aux zadistes de prouver qu’il doivent dégager!!! Encore des faits, An, encore de simples faits;)

    • Parce que la France, le droit, la police et la gendarmerie respectent les Français ?
      Y’a peut-être eu une époque comme ça, mais faut avoir un certain âge pour s’en souvenir.

    • C’est vrai, sauf qu’on est habitués à lire Breizh info, a comprendre leur opinion: on peut donc se permettre, en connaissance de cause, de dire qu’ils débordent.
      D’ailleurs, concernant la tonne a lisier contre les gendarmes, il aurait été interressant de dire, par exemple, que l’Etat punira sévèrement les contrevenants: ces agriculteurs s’exposent à des amendes, confiscation de matériel et peines de prison. D’autant que si les zadistes se montrent violents- ET tout le monde sait que ce sera le cas- la justice sera sans concession: à bon entendeur…

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés