07/10/2016 – 17H00 Trégunc (Breizh-info.com) – Jeudi 6 octobre 2016, deux manifestations ont eu lieu à Trégunc, l’une face à la mairie et l’autre, juste à côté, sur le parvis de l’église.  La première répondait à l’appel du Front national, contre l’accueil programmé et imposé de migrants sur la commune – et au delà  dans toutes les communes de Bretagne et de France. Une banderole « ma commune sans migrants » avait d’ailleurs été accrochée.

La seconde, favorable à toute immigration, réunissait  des partis politiques ( PS, extrême gauche, UDB ), des associations solidaires des migrants,  des associations culturelles bretonnes pourtant subventionnées sur fonds public, comme Kevre Breizh. Adsav  vient d’ailleurs de réclamer l’arrêt des subventions pour cette association.

C’est ainsi qu’environ  200 opposants à l’immigration se sont retrouvés devant environ 250 partisans de l’immigration. Ces deux groupes se sont  donc côtoyés en présence d’un curieux dispositif de gendarmerie qui a amené certains observateurs à se poser des questions.

En effet, ils se sont ainsi faits face pendant plus d’une heure – revoir notre reportage en direct de la manifestation ci-dessous – sans qu’aucun cordon de gendarmerie ne soit déployé entre les deux. Les gendarmes étaient simplement positionnés autour des manifestants, aux entrées de la place avec fouilles au corps de chaque manifestant et, de temps à autre, entre les deux groupes. La Préfecture avait d’ailleurs autorisé les deux manifestations à se tenir sur le même lieu et aux mêmes heures. Tout cela ne risquait-il pas de favoriser des incidents?

Finalement il n’y a pas eu d’affrontements. Chaque groupe s’est « discipliné », malgré insultes, invectives et noms d’oiseaux lancés durant de longues minutes, hurlements, chants, slogans et sifflets durant les différentes interventions des élus régionaux présents sur place.

Gilles Pennelle, président du groupe Front national à la Région Bretagne, a pris la parole pour rappeler l’opposition de son parti à l’accueil des migrants. Il compte multiplier les rassemblements de ce type devant chaque commune qui annoncerait en recevoir. Prochaines étapes : Trébeurden et Trégastel, dans les Côtes d’Armor.

Nicolas Faure, du Lien, a ensuite conclu les interventions. Il a présenté les objectifs de son association. Il a rappelé les complicités de fait en faveur des migrants qui unissent la gauche et l’extrême gauche avec tous les grands groupes mondialisés à la recherche d’une main d’oeuvre bon marché.

Les manifestants anti migrants se sont dispersés dès la fin des discours tandis que la gauche et l’extrême gauche restaient sur place encore quelques instants.

Le seul incident notable sera du au colonel Richard Pégourié , nouveau responsable du groupement de gendarmerie du Finistère .

Alors que notre journaliste filmait la manifestation en direct, celui-ci vînt le voir pour lui dire :  » vous n’avez pas le droit de me filmer « , avant de demander à ses collègues d’éloigner notre journaliste.

Ce dernier refusa, soutenu par trois élues régionales du Front national, qui s’indignèrent de cette tentative de museler la presse indépendante, et par une partie des manifestants présents.  A sa question,  » vous êtes de quel journal ? », notre journaliste répond « de Breizh Info « .« C’est de la propagande d’extrême droite » ajoute alors  le colonel Pégourié (voir la 1ère vidéo, à partir de 11 min et la seconde filmée par un tiers et concernant l’intervention des élues FN).

Alors même qu’il ne le filmait pas, comme le prouvent les images du film, il revînt à la charge une seconde fois afin de tenter de l’extraire de la manifestation. Il se vit rappeler la loi par notre journaliste. Un gendarme, comme un policier, dans l’exercice de leurs fonctions sur la voie publique, peut être filmé, sauf exceptions concernant des enquêtes ou des unités d’élite, et cela par n’importe quel citoyen, journaliste ou pas.


Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

15 Commentaires

  1. Vous dites :
    Ce dernier refusa, soutenu par trois élues régionales du Front national, qui s’indignèrent de cette tentative de museler la presse indépendante, et par une partie des manifestants présents. A sa question, » vous êtes de quel journal ? », notre journaliste répond « de Breizh Info »..

    Je comprends donc que le colonel de gendarmerie ne connaissait pas l’identité de Yann Vallerie avant de lui demander pour quel « journal » il travaillait (le mot journal renvoie d’ailleurs à la presse écrite).
    Dès lors, comment pouvez vous parler d’une « tentative de museler la presse indépendante » alors que l’officier ne savait même pas qui était la personne qui filmait, ni pour qui ?

    • Regardez la vidéo (la première) à 11 minutes. Le Gendarme demande de ne pas le filmer, ce à quoi le journaliste répond qu’il ne le filme pas et qu’il filme la manifestation. Le gendarme lui demande alors de se présenter, ce qui est fait c’est là qu’il commence à dépasser son devoir de neutralité politique, puis à vouloir faire écarter notre journaliste. Dans la deuxième vidéo, devant les élus, il dit qu’il ne connait pas le nom et demande à ne pas être filmé.
      Le Colonel n’a nullement eu cette attitude auprès des autres journalistes présents lors de l’évènement.

      • Merci pour ces précisions, je n’avais pas pu encore visionner les vidéos. Mais je ne comprends toujours pas en quoi l’intervention de l’officier était une « tentative de museler la presse indépendante », puisque visiblement, il n’a clairement pas conscience au début d’être filmé par un « journaliste », mais par un simple manifestant du cortège « anti-migrants ». C’est pour faire le buzz ?

  2. Je veux préciser qu’à ma connaissance – je suis arrivé vers 18h10 à ce rassemblement, côté contre l’implantation de « migrants » près de chez moi- il n’y a eu absolument aucun contrôle ou fouille de chaque arrivant de la part de la Gendarmerie, ni en ce qui me concerne ni de ce que j’ai vu autour de moi. A signaler cependant qu’alors que pendant 1 heure les forces de l’ordre sont restées autour du rassemblement (en grand nombre cependant, assez surprenante), dès la demande des agents de sécurité du FN de bien vouloir se disperser pour ne pas attiser des tensions inutiles, un cordon imposant de Gendarmes en tenue d’intervention (boucliers, chien, tazer, etc..) s’est positionné entre les deux groupes, pendant que les tenant du « oui aux migrants » avançaient de plus en plus, faisant reculer les Gendarmes qui se tenaient face à eux, et, en toute objectivité, cherchant une confrontation physique qu’ils n’ont pas obtenu.

  3. Alors que le sujet des migrants devrait préoccuper les Français, qu’on nous dit que les Français ne veulent pas accueillir des migrants, clandestins, terroristes, … le Front national n’arrive pas a fédérer autour d’eux beaucoup de citoyens lors de ces rassemblement anti migrants. Comment se fait-il ?
    Aucune crédibilité de leurs élus, aucun programme sensé alors que la situation du pays qui a viré vers le tragique leur fait un pont d’or.
    Des porte paroles complètement hors jeu.
    Vraiment à bouffer du foin ces crétins du néo-FN.
    Oui, c’est un parti du Système comme les autres.
    Mais où est l’extrême droite dans ce pays ?
    Au secours Jeanne …

  4. Les fachos « rouge violet » ne passeront pas, même en Bretagne …. Quand au colonel de gendarmerie, il faut qu’il apprenne la loi tout simplement !!!!

  5. Tregunc est une petite commune, mais je suis pratiquement certaine que bientôt il y aura des heurts. Étonnée tout de même d’apprendre que le service d’ordre était muni de tazer, de chien etc. Je commence à penser à l’indépendance de ma belle Bretagne, vu ce que l’on nous impose. Et, je pense que ce n’est pas fini. L’ONU est en train de nous concocter une horreur, plus de protection pour les enfants, les pédophiles seront libres de faire comme bon leur semble, ras le bol de vivre dans ce monde de dégénérés. Les migrants sont de religion musulmane, Mahomet permet le mariage avec des petites filles, les enfants ne seront plus en sécurite, ni les jeunes filles, ni les femmes, ce qui c’est passé en Allemagne me suffit. Et, je ne parle pas du mutisme de la presse internationale. J’ai comme l’impression que cela ressemble à une attaque contre la France. La guerre rampante.

  6. « Breizh info c’est de la propagande d’extrême droite  » c’est une opinion , et assez catégorique …
    Depuis quand les militaires (un gendarme est un miltaire) dans l’exercice de leurs fonctions ne sont-ils plus soumis au devoir de réserve ?
    Je réclame un rappel à l’ordre disciplinaire pour cet officier de gendarmerie qui outrepasse son rôle.

  7. J’aimerai comprendre.
    C’est qui ces élus avec une écharpe indépendantiste symbole de l’État Breton?
    C’est le FN?

    Si c’est le cas, mort de rire ou alors c’est que se foutre des Bretons est devenu un sport sans limite!

    • C’est se foutre en effet des Bretons puisque la Marine est contre l’indépendance des régions donc se font élire à la région, avec les indemnités qui vont avec, alors qu’ils vomissent cette collectivité territoriale qu’est la région !
      Des trous du cul tout simplement.

Comments are closed.