Vannes. David Robo copine avec NKM

A LA UNE

27/10/2016 – 07H15 Vannes (Breizh-info.com) – David Robo (UMP-LR), maire de Vannes et conseiller départemental, mange à tous les râteliers. C’est un multicartes de la politique : en novembre 2012, il soutient Jean-François Copé à l’élection à la tête du parti. Il parraine Bruno Lemaire lors de l’élection à la présidence de l’UMP de 2014. Pour la primaire de la droite, d’après Ouest-France (10-11/09/16), il soutient Alain Juppé. Mais Paris Match (29/09/16) nous apprend que, à l’occasion de sa campagne pour la primaire de la droite, Nathalie Kosciusko-Morizet « a été reçue par le maire de Vannes, David Robo, un de ses premiers et plus fidèles soutiens ». De culture catholique, le successeur de François Goulard est évidemment porté vers les faibles et les marginaux…A chacun ses bonnes oeuves !

Pourtant accueillir dans sa ville une éclopée de la primaire ne constitue pas le meilleur choix pour un professionnel de la politique. Dans ce métier, on investit dans les valeurs sûres, on joue le cheval gagnant… Robo, lui, préfère les cyclistes qui font la course dans la voiture-balai. Une explication possible : il a été assistant social dans le quartier de Ménimur (1996 – 2001). Or les sondages portant sur les intentions de vote pour la primaire sont catastrophiques pour NKM : l’institut BVA la crédite de 4% (Dimanche Ouest-France, 25/09/16), Ipsos Sopra Steria lui accorde de même score (Le Monde, 27/09/16). Et Kantar Sofres lui prédit le même résultat (Le Figaro, 28/09/16). A coup sûr, David Robo ne risque pas de devenir ministre grâce à NKM !

A moins que  le maire de Vannes ne soit en mission. En effet NKM était bien incapable, par ses propres moyens, d’obtenir le nombre de parrainages exigé pour pouvoir participer à la primaire : 25 000 adhérents à jour de cotisation et 250 élus répartis dans au moins 30 départements. Après avoir lancé de nombreux SOS, elle a fini par trouver des gens secourables du côté de Juppé ; « on » a donc fait le nécessaire pour qu’elle puisse participer à la course. Il est donc possible que le soutien apporté par Davod Robo à NKM s’inscrive dans cette manœuvre.

Dans ces conditions, soutenir NKM revient à jouer la carte Juppé. On soutient l’inoffensive Nathalie – préposée à la diversité féminine – au premier tour, laquelle appellera à voter Juppé au second tour. En comme tout travail mérite salaire, elle deviendra ministre de quelque chose dès que l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac s’installera à l’Élysée. Et le tour est joué. Bien que, jouant dans la catégorie «petites mains», David Robo aura joué un rôle dans cette marche triomphale.

Pourtant, cela étonne de voir un David Robo, issu d’une famille modeste, son père était dépanneur en électroménager et sa mère travaillait dans une usine du groupe Doux, prendre fait et cause pour une grande bourgeoise parisienne – tendance écolo-bobo. D’autant plus que le programme de cette dernière – «Nouvelle société, nouvelle France» – n’a rien de « Ménimur » : « Je veux incarner une droite de mouvement qui sait que l’invention du futur est déjà à l’œuvre dans la société et que le sujet, pour le politique, est d’abord d’accompagner un tel changement. » Avec une proposition choc : « Dans le domaine économique, je crois à une baisse massive et immédiate de 100 milliards de charges et impôts qui pèsent sur l’entreprise. » (Le Point, 06/10/16). Les « budgétaires » de l’Assemblée nationale et du Sénat doivent s’étrangler en lisant pareille proposition ; car qui dit « baisse massive et immédiate » des « charges et impôts », dit augmentation équivalente du déficit de l’État. Lequel atteignait 70,524 milliards d’euros en 2015, 85,555 milliards en 2014, 74,867 milliards en 2013, 87,149 milliards en 2012 etc. Il faudrait donc ajouter 100 milliards chaque année. Ces 100 milliards seront donc couverts par l’emprunt. Lequel n’est pas gratuit. Si bien que la dette de l’État a coûté en intérêts 42,136 milliards d’euros en 2015, 43,158 milliards en 2014, 44,885 milliards en 2013 et 46,302 milliards en 2012 (loi de règlement du budget et d’approbation des comptes). Paradoxalement, bien que la dette de l’État gonfle d’année en année, le volume des intérêts diminue grâce à une baisse des taux. Pour l’emprunt de référence – à 10 ans -, l’État emprunte à moins de 1%. Mais gare à une possible remontée des taux.

L’installation de NKM à l’Élysée signifierait une forte augmentation du déficit de l’État, de la dette de ce dernier et de la charge de la dette (intérêts). Notons que cette dernière représente le deuxième poste de dépense de l’État après la mission « enseignement scolaire » (66,374 milliards d’euros en 2015).

On croyait les libéraux attachés à la réduction des déficits et des dettes. Le credo des ministres des Finances de gauche comme de droite. Mais ce qui était bon pour la « droite de conservation » que dénonce NKM n’est peut-être plus vrai pour la « droite de mouvement » dont l’ancienne ministre de l’Écologie veut « être la porte-parole de ses aspirations, de ses intentions » (Le Point, 06/10/2016).

Lors de son passage à Vannes, NKM a certainement oublié d’expliquer cela à un David Robo à la fois ébahi et transporté d’allégresse.

B. Morvan

Photo Ulysse Bellier/Flickr (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

 

 

 

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

OTAN- OCS –AUKUS : Un monde en recomposition mais surtout en cours de bascule

Dans le brouhaha de la querelle entre la France et l’Australie sur le marché des sous marins,  un événement...

Danemark. Révélation au public d’un trésor avec des inscriptions runiques inconnues jusqu’ici

Après 1500 ans sous terre, l’un des trésors d’or les plus grands, les plus riches et les plus beaux...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés