Philippe de Villiers à Nantes : « Faire prévaloir notre civilisation »

26 décembre 2016 – Nantes (Breizh-Info.com) – Dimanche 11 décembre 2016 avait lieu la Grande fête du livre de Nantes, organisée par les Editions de Chiré et la librairie Dobrée. A cette occasion, Philippe de Villiers a donné une conférence très applaudie sur son dernier livre, Les Cloches sonneront-elles encore demain ?
Loin de la soumission au politiquement correct, Philippe de Villiers n’a pas hésité à parler clairement de l’incompatibilité de l’islam avec la civilisation française.

Plus de 500 personnes étaient massées pour le clou de la Grande fête du livre de Nantes. Plus une chaise de disponible, des gens assis dans les travées. Des spectateurs debout dans tous les coins et même une quarantaine de personnes à l’extérieur du bâtiment, alors que le froid et l’humidité se faisaient ressentir. Pas de doute, une conférence de Philippe de Villiers, c’est un événement !

Pour Philippe de Villiers, l’islam est incompatible avec la France

Très vite, Philippe de Villiers n’hésite pas à attaquer frontalement la place de l’islam en France et en Europe. Il ne se fait pas exégète islamique mais bien défenseur de l’identité française. « La civilisation occidentale chrétienne a une antériorité et une supériorité morale sur la civilisation islamique » déclare l’ancien candidat à la Présidentielle. « Il faut faire prévaloir la civilisation française car le peuple français a deux droits inaliénables. Premièrement, le droit à la continuité historique, c’est-à-dire le droit à conserver ses symboles (les cloches et les crèches par exemple) et ses traditions. Le second droit inaliénable est celui de cultiver les richesses anthropologiques de sa civilisation. »

Sous les applaudissements nourris, il poursuit : « La France n’a pas vocation à être une terre d’islam. Concrètement, en France on vit à la Française. On serre la main des femmes, on ne les frappe pas et on boit du vin. »
Le public est conquis par le talent d’orateur de Philippe de Villiers qui sait placer quelques piques humoristiques pour détendre l’atmosphère sur un sujet grave : « Dans l’islam, un endroit où un musulman prie devient une terre d’islam. Si au Puy du Fou, j’accorde le droit à un musulman de prier sur son tapis, cela devient une terre d’islam. Alors le Puy du Fou terre d’islam… Je ne suis pas trop d’accord quand même. »

Pour Philippe de Villiers, le relativisme proposé par le pape François est une erreur.
« N’en déplaise à François, ce n’est quand même pas la même chose la violence islamique et la violence catholique. Je suis désolé mais il ne faut pas se laisser aller. Même quand on est pape. Il ne faut pas dire n’importe quoi. »

Envisager la remigration

Philippe de Villiers ne se contente pas d’une défense de la « civilisation française » désincarnée, sans proposition concrète. Il n’hésite pas à proposer la « remigration » de certains musulmans.
« Il y a des musulmans qui crachent sur la France, qui ne sont pas à l’aise chez eux. Et bien il faut que le malaise change de camp. Ceux-là, il faut qu’ils partent. Ca s’appelle la remigration. Les deux tiers des Italiens qui étaient chez nous avant-guerre sont repartis chez eux alors qu’ils étaient proches de nous par la religion. »

La remigration consiste en l’expulsion des Français issus de l’immigration extra-européenne. Certains appellent à l’expulsion de tous les immigrés extra-européens, d’autres aux seuls criminels. La plupart de ceux qui réclament cette solution visent les immigrés extra-européens n’étant pas assimilés.

Pour Philippe de Villiers, il s’agit du moyen de préserver l’identité française en luttant contre l’islamisation de l’hexagone. « L’islam est incompatible avec notre civilisation. On veut faire prévaloir notre civilisation chez nous, en France. Tous ceux qui ne sont pas bien chez nous et qui veulent nous imposer leur loi, il faudra qu’ils partent. »

« Un constat et une espérance »

A la sortie de sa conférence, les spectateurs étaient ravis. Entretien avec quelques uns d’entre eux.

Sylvain, 32 ans, est venu depuis le Poitou Charente : « Je suis venu pour Philippe de Villiers mais aussi pour le salon. J’y suis déjà venu l’année dernière. On s’y sent bien. La conférence de Philippe de Villiers contenait beaucoup de vérités. La mention de la remigration est un peu vague. Pour moi, malheureusement, cela va être compliqué de faire partir les musulmans nés en France sans qu’il y ait une guerre. »

Olivier, 40 ans : « Une très bonne conférence comme chaque année. C’est un sujet d’actualité. Lorsqu’on sort dans la rue, on voit de plus en plus de musulmans. Il faut faire quelque chose… »

Maurice, 53 ans, « Cette conférence m’a plu car c’était à la fois un constat et une espérance. On s’attendait peut-être à quelque chose de plus concret mais cela donne des pistes d’ouvertures par rapport à une situation bloquée qui pourrait dégénérer en conflit. »

Dominique : « Je l’ai trouvé plus fatigué que la dernière fois mais son discours est excellent. Il ne reste plus qu’à l’élire président ! »

Inès, 17 ans : « Je suis fan du Puy du Fou et je suis donc venu à Nantes pour écouter Philippe de Villiers. Ce qu’il dit est remarquable, il ose affirmer ses convictions. Il incite les jeunes à agir concrètement avec des mots forts qui nous touchent. »

Catherine, 67 ans : « Je suis venu pour Philippe de Villiers avant tout mais aussi pour le salon. On le connait depuis les années 80. Je trouve qu’il a un amour de la France de la patrie et il n’y a que lui pour les défendre à mon sens. Aujourd’hui il a été excellent. »

Nicolas Serrand

Photos : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2016 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

2 réponses

  1. Quand je dis qu’ « il ne reste plus qu’à l’élire Président » je résume l’état d’esprit des participants à cette remarquable manifestation organisée par les Éditions de CHIRE. En réalité c’est le regret de voir un Homme de valeur préférer son confort d’entrepreneur comblé par le succès du Puy du Fou, et aussi par ses succès littéraires, aux combats mortels de la politique. Que ferions nous à sa place ? Oserions nous jouer les « lanceurs d’alerte » comme il a encore le courage de le faire.? Sa plume est devenue son épée et il ne semble pas vouloir la lâcher. Alors à nous de jouer et donnons lui l’écho qu’il se doit. Grand merci Monsieur de VILLIERS.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS