28/12/2016 – 06h45 Alep(Breizh-Info.com) – Le 26 décembre 2016, l’hebdomadaire Le Point titrait sur son site Internet : « Syrie : un charnier découvert dans la partie rebelle d’Alep ». Avec en introduction, la phrase suivantes : « D’après l’ONU, au moins 82 civils, dont 11 femmes et 13 enfants, ont été exécutés par des milices progouvernementales.». Et voilà Le Point, comme d’autres journaux ayant repris l’information de l’AFP, pris en flagrant délit de désinformation.

Car cette phrase « d’après l’ONU …» placée en introduction tend à faire croire aux lecteurs que le charnier découvert dans la partie rebelle d’Alep serait imputable aux milices pro-gouvernementales, ce qui ne semble pas être le cas. Par ailleurs, sur les civils qui auraient été exécutés il y a déjà plusieurs jours par les milices pro gouvernementales lors de la libération d’Alep – là encore, rien n’a été confirmé, et la désinformation bat son plein comme nous l’avions déjà démontré précédemment.

Alep. La grande désinformation des médias autour des « massacres » et autres « atrocités »

Pour revenir à la découverte macabre de ce charnier, selon l’agence de presse Sana – l’équivalent syrien de l’AFP – 21 corps ont été retrouvé dans la partie d’Alep qui était contrôlée jusqu’à il y a peu par les islamistes hostiles au régime de Bachar el Assad. Selon l’agence, réputée proche du gouvernement syrien (comme l’AFP est proche du gouvernement français)  « ces civils (ont été) exécutés par les groupes terroristes avant leur sortie des quartiers est de la ville d’Alep ». Les victimes ont été trouvées « dans des prisons qui étaient administrées par les groupes terroristes dans les quartiers de Soukkari et Al-Kallassé et ont été exécutés par balles à bout portant » a précisé le chef du département des médecins légistes à Alep, Zaher Hajjo.

Pour l’AFP, l’agence Sana qui emploie le terme de « terroristes » pour qualifier les rebelles islamistes « utilise la phraséologie du régime ». 

La dépêche de presse de l’AFP est tournée de telle façon à ce que la découverte de ce charnier soit mise en parallèle avec la rumeur jusqu’ici non prouvée (un peu comme les armes de destruction massive de Colin Powell justifiant la guerre en Irak ..) – d’exécutions de civils lors de la reprise d’Alep par le régime Syrien.

Il suffit de lire la suite de la dépêche pour s’y perdre totalement dans les explications, ce qui est une technique particulièrement pernicieuse pour mettre tout le monde sur le même plan, islamistes comme partisans de Bachar Al Assad.

 De la découverte d’un charnier probablement constitué de victimes des islamistes – l’Agence France Presse – qui accuse non sans toupet son homologue syrien Sana d’être proche du régime et de désinformer – arrive à recentrer sur les crimes qui auraient, peut être, éventuellement, mais sans aucune preuve, été commis lors de bombardements russes ou lors de l’intervention de l’armée syrienne.

En 2011, Enquêtes et Débats publiait un article intitulé « du rôle majeur de l’AFP dans la désinformation actuelle ». Cet article semble aujourd’hui plus que jamais d’actualité …

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

3 Commentaires

Comments are closed.