Paris. Messe de Pâques à St Nicolas du Chardonnet. Une fake news du journal Le Point ?

A LA UNE

Gilles Pennelle/Florent de Kersauson (RN) : « Faites entendre votre voix et ne laissez pas la Bretagne aux mains des socialistes ! » [Interview]

À quelques encablures du second tour des élections régionales qui aura lieu dimanche 27 juin, le Rassemblement National est...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Notre processus démocratique marche mal, de plus en plus mal » [Interview]

Premier des cinq candidats à répondre aux questions à quelques jours du second tour des élections régionales, Thierry Burlot,...

Régionales 2021. Le point sur le second tour, région par région

On vous propose de faire le point sur le second tour des régionales qui se déroulera dimanche prochain, point...

2ème tour des élections régionales en Bretagne. Mode d’emploi

Après le premier tour qui n'a pas mobilisé les foules, le deuxième tour des élections régionales s'annonce dimanche en...

Régionales 2021. Les résultats dans toutes les régions de France

Retrouvez ci-dessous les résultats des élections régionales dans toutes les régions de France. L'abstention s'établit à 66,1%, ce qui constitue...

« Messe pascale et clandestine en l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet » titrait Aziz Zemouri, journaliste au Point, le 12 avril, afin de rendre compte d’un rassemblement de fidèles qui aurait eu lieu, selon lui, dans l’Église traditionaliste la plus connue de France, à Paris, à l’occasion du samedi saint de Pâques, au mépris du confinement.

Problème, cette information, reprise ensuite en boucle par tous les médias mainstream (et notamment Le Point, 20 minutes, Europe 1, Libération, BFMTV, Le Figaro, La Croix, etc..), médias avides de lancer une « chasse aux cathos » d’autant plus lorsque ceux-ci sont traditionalistes, serait fausse. On vous explique pourquoi.

« Les policiers ont constaté que les portes de l’édifice religieux étaient fermées et qu’une messe était en cours. Un fidèle en sortant leur a indiqué qu’une quarantaine de personnes se trouvait à l’intérieur. Les policiers ont pris contact avec le prêtre qui a été verbalisé pour non-respect des règles de confinement » écrit le journaliste du Point, évoquant par ailleurs des plaintes de riverains concernant un tapage nocturne (la dénonciation de son voisin, une tradition française ?)

En réalité, il y avait bien une messe, retransmise en direct sur Internet (c’était le cas dans de nombreuses églises de France à l’occasion de Pâques), mais à laquelle les fidèles n’ont pas assisté. En réalité, étaient présentes uniquement les personnes chargées de l’organisation de la messe… comme dans toutes les églises donc…

Selon la direction de l’Église Saint-Nicolas du Chardonnet – qui a été verbalisée et a écopé d’une amende de 135 € – la Veillée pascale a bien eu lieu « à huis clos à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, sans fidèles, mais avec clergé, servants, chorale, orgue et techniciens afin de pouvoir diffuser la messe en direct. ». Les policiers, visiblement informés du fait qu’il ne s’agissait pas de fidèles dans l’Église, mais de personnels de Messe, n’ont pas établi d’autre contravention de 135 euros.

« L’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet dans le Ve arrondissement de Paris est fréquentée par les catholiques traditionalistes. D’habitude l’office de Pâques n’y rassemble pas 40, mais plusieurs milliers de fidèles » écrit un fidèle sur les réseaux sociaux.

Possiblement aveuglés par une détestation profonde des catholiques traditionalistes, de nombreux journalistes des médias mainstream seraient donc tombés dans le panneau de ce qui constitue une fake news du journal Le Point, titrant sur une messe clandestine à Saint-Nicolas du Chardonnet, tellement clandestine que retransmise en direct sur YouTube….

Le mot de la fin, à Damien Rieu, lanceur d’alerte identitaire bien connu des internautes :

Un pétard mouillé

Enfin, l’abbé Puga a tenu a préciser, dans un message adressé à ceux qui lui posent des questions sur  cette « affaire », que « Tout va bien à St Nicolas. Un commissaire de Police a voulu faire du zèle à la fin de la cérémonie de Pâques. Mais nous lui avons sorti tous les décrets nous autorisant à célébrer l’office. Il ne les connaissait pas. Nous n avons pas été verbalisés. La messe n’était pas clandestine car annoncée sur internet retransmise en direct avec orgue et sonnerie des cloches. Le commissaire a été vexé et il a raconté sa mésaventure à la presse d où les grands titres. Donc un pétard mouillé. »

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Régionales 2021 : le grand débat d’entre-deux-tours en Pays de la Loire

Les électeurs sont appelés à voter pour leur président de région ce dimanche 27 juin, à l'occasion du second...

Logements étudiants : le point sur le marché locatif en Bretagne administrative avant la rentrée 2021

Dans l'optique de la rentrée de septembre 2021, la recherche de logements étudiants est un sujet d'actualité pour une...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Allemagne. Plus de 100 prêtres catholiques défient le Vatican en célébrant des mariages homosexuels

En signe d'opposition avec le Vatican, plus de 100 prêtres catholiques allemands ont décidé de bénir le mariage de couples homosexuels au titre d'une...

I-Média n°341 – Joe Biden : double discours et sénilité ?

I-Média n°341 – Joe Biden : double discours et sénilité ? https://www.youtube.com/watch?v=oJJ1DMmKzMI Sommaire ⬇️ 00:00​​​ Introduction 01:38​​ L’image de la semaine Une fusillade aux États-Unis a...

Washington et la dictature du narrative obligatoire

La scène pourrait se dérouler à Pékin ou à Pyongyang. Sur un vaste espace immaculé où tout est tiré au cordeau, entouré de bâtiments...

Crise sanitaire : les diocèses dans le rouge, exemple dans le Finistère

2020 qui s'achève a été difficile pour beaucoup, notamment pour l'Eglise catholique de France qui enregistre un déficit financier de 90 millions d'euros cette...