Paris. Messe de Pâques à St Nicolas du Chardonnet. Une fake news du journal Le Point ?

A LA UNE

Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant...

Quartiers prioritaires : la Cour des comptes révèle un échec massif et coûteux

Il est dommage que la Cour des comptes ait ignoré la Bretagne en rédigeant son rapport sur L’Évaluation de l’attractivité...

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d'Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils...

Terrorisme d’Etat, crime contre l’humanité. Une avocate dénonce les mesures sanitaires et la manipulation autour du Covid-19 [Interview]

Virginie de Araujo-Recchia est avocate depuis 2006. Suite à notre article s'interrogeant sur la possibilité de faire reconnaitre les...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette...

« Messe pascale et clandestine en l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet » titrait Aziz Zemouri, journaliste au Point, le 12 avril, afin de rendre compte d’un rassemblement de fidèles qui aurait eu lieu, selon lui, dans l’Église traditionaliste la plus connue de France, à Paris, à l’occasion du samedi saint de Pâques, au mépris du confinement.

Problème, cette information, reprise ensuite en boucle par tous les médias mainstream (et notamment Le Point, 20 minutes, Europe 1, Libération, BFMTV, Le Figaro, La Croix, etc..), médias avides de lancer une « chasse aux cathos » d’autant plus lorsque ceux-ci sont traditionalistes, serait fausse. On vous explique pourquoi.

« Les policiers ont constaté que les portes de l’édifice religieux étaient fermées et qu’une messe était en cours. Un fidèle en sortant leur a indiqué qu’une quarantaine de personnes se trouvait à l’intérieur. Les policiers ont pris contact avec le prêtre qui a été verbalisé pour non-respect des règles de confinement » écrit le journaliste du Point, évoquant par ailleurs des plaintes de riverains concernant un tapage nocturne (la dénonciation de son voisin, une tradition française ?)

En réalité, il y avait bien une messe, retransmise en direct sur Internet (c’était le cas dans de nombreuses églises de France à l’occasion de Pâques), mais à laquelle les fidèles n’ont pas assisté. En réalité, étaient présentes uniquement les personnes chargées de l’organisation de la messe… comme dans toutes les églises donc…

Selon la direction de l’Église Saint-Nicolas du Chardonnet – qui a été verbalisée et a écopé d’une amende de 135 € – la Veillée pascale a bien eu lieu « à huis clos à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, sans fidèles, mais avec clergé, servants, chorale, orgue et techniciens afin de pouvoir diffuser la messe en direct. ». Les policiers, visiblement informés du fait qu’il ne s’agissait pas de fidèles dans l’Église, mais de personnels de Messe, n’ont pas établi d’autre contravention de 135 euros.

« L’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet dans le Ve arrondissement de Paris est fréquentée par les catholiques traditionalistes. D’habitude l’office de Pâques n’y rassemble pas 40, mais plusieurs milliers de fidèles » écrit un fidèle sur les réseaux sociaux.

Possiblement aveuglés par une détestation profonde des catholiques traditionalistes, de nombreux journalistes des médias mainstream seraient donc tombés dans le panneau de ce qui constitue une fake news du journal Le Point, titrant sur une messe clandestine à Saint-Nicolas du Chardonnet, tellement clandestine que retransmise en direct sur YouTube….

Le mot de la fin, à Damien Rieu, lanceur d’alerte identitaire bien connu des internautes :

Un pétard mouillé

Enfin, l’abbé Puga a tenu a préciser, dans un message adressé à ceux qui lui posent des questions sur  cette « affaire », que « Tout va bien à St Nicolas. Un commissaire de Police a voulu faire du zèle à la fin de la cérémonie de Pâques. Mais nous lui avons sorti tous les décrets nous autorisant à célébrer l’office. Il ne les connaissait pas. Nous n avons pas été verbalisés. La messe n’était pas clandestine car annoncée sur internet retransmise en direct avec orgue et sonnerie des cloches. Le commissaire a été vexé et il a raconté sa mésaventure à la presse d où les grands titres. Donc un pétard mouillé. »

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Ces grands vins encore à portée de bourse

Notre série se propose de mettre en lumière des vins qui incarnent l’excellence dans leur appellation respective. Ces-derniers appartiennent...

La piste oubliée de Frison-Roche en bande dessinée.

Après l’adaptation en bande dessinée du « Cycle Chamonix » de Roger Frison-Roche, prônant les vertus des guides de...