« Le centre-ville de Nantes est devenu un coupe-gorge ». L’hebdomadaire Le Point enquête dans la capitale historique de la Bretagne

A LA UNE

Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant...

Quartiers prioritaires : la Cour des comptes révèle un échec massif et coûteux

Il est dommage que la Cour des comptes ait ignoré la Bretagne en rédigeant son rapport sur L’Évaluation de l’attractivité...

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d'Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils...

Terrorisme d’Etat, crime contre l’humanité. Une avocate dénonce les mesures sanitaires et la manipulation autour du Covid-19 [Interview]

Virginie de Araujo-Recchia est avocate depuis 2006. Suite à notre article s'interrogeant sur la possibilité de faire reconnaitre les...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette...

« Le centre-ville de Nantes est devenu un coupe-gorge ». L’hebdomadaire Le Point a mené une enquête dans la capitale historique de la Bretagne.

Une enquête qui confirme ce que nous écrivons sur Breizh-info depuis plus de 7 ans sans que les autorités ne prennent la mesure de la dégradation, lourde, de la qualité de vie à Nantes et notamment dans un centre-ville désormais en proie aux agissements des dealers, mais aussi aux bandes de « mineurs isolés étrangers » qui multiplient agressions et larcins dans la cité.

Sans compter bien entendu de la guerre des gangs qui ensanglante fréquemment les quartiers qualifiés de « sensibles » pour ne pas évoquer le fort taux d’immigration en leur sein.

Nous ne pouvons que vous inviter à vous procurer l’hebdomadaire cette semaine.

« Il est désormais bien délicat, la nuit tombée, de faire la différence entre la place du Commerce et la cour des Miracles. Parcourez quelques mètres à pied et vous vous verrez proposer toutes sortes de stupéfiants, comme s’il était évident que le badaud qui s’aventure seul sur le pavé ne pouvait être qu’un client en quête de drogue. La place du Commerce n’a décidément jamais aussi bien porté son nom. Il flotte dans les nuits nantaises le souvenir d’une insouciance aujourd’hui disparue » indique le journal.

« Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ». Jacques-Bénigne Bossuet.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Ces grands vins encore à portée de bourse

Notre série se propose de mettre en lumière des vins qui incarnent l’excellence dans leur appellation respective. Ces-derniers appartiennent...

La piste oubliée de Frison-Roche en bande dessinée.

Après l’adaptation en bande dessinée du « Cycle Chamonix » de Roger Frison-Roche, prônant les vertus des guides de...

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.