Hongrie. 2017 sera l’année de la révolte en Europe, selon le premier ministre Viktor Orbán

A LA UNE

Alice (Collectif Nemesis) : « Le combat féministe doit être guidé par la raison, pas par la passion » [Interview]

On peut être une femme, féministe, sans être gauchiste ou « progressiste ». C'est en substance le message que...

« Confessions d’un Yakuza ». Jérôme Pierrat préface une plongée au coeur de la mafia japonaise [Interview]

Les éditions La Manufacture de livres ont le don pour dénicher et publier des histoires passionnantes. Notamment du côté...

Brest. « Sans langue bretonne, pas de Bretagne » : retour sur la mobilisation pour Diwan [Vidéo]

Les défenseurs de la langue bretonne étaient entre 1500 et 2 000 le 20 février à Brest pour protester...

Catalogne : l’effacement progressif de l’Espagne et de l’espagnol [Reportage]

Nous avons été enquêter en Catalogne lors des élections cruciales du 14 février. Place du catalan et du castillan,...

Paris. Retour sur le succès de la manifestation de Génération identitaire

La défense de l'identité, et le combat culturel, en Bretagne comme à Paris. Alors que des milliers de personnes défilaient...

03/01/2017 – 05h15 Budapest (Breizh-Info.com via Visegrad post) – Le premier ministre hongrois Viktor Orbán a déclaré dans un entretien donné à 888.hu que 2017 serait « l’année de la révolte pour la démocratie ». Quant à l’intégration des migrants non-européens, elle a échoué selon lui.

«Il est sans précédent qu’au cœur de l’Europe, des Chrétiens aient été tués à Noël», s’insurge Viktor Orbán dans une interview accordée au journal en ligne hongrois veol.hu commentant l’attentat à Berlin du 19 décembre, lors duquel un Tunisien a foncé dans la foule dans sur le marché de Noël en faisant 12 morts et 56 blessés, rappelle RT.

«Il est clair qu’en ce qui concerne l’immigration rien ne peut rester en l’état. Bruxelles doit changer, des migrants qui sont entrés en Europe de manière illégale doivent être expulsés, les frontières doivent être protégées et il faut mettre un terme à l’afflux de migrants», a déclaré le Premier ministre hongrois.

Selon lui, l’attentat de Berlin a prouvé de nouveau que l’intégration de migrants non-européens en Europe avait «évidemment été un échec». «Le ralentissement économique, les crimes, le terrorisme, la migration, l’indécision et le discours hypocrite, tout cela s’accumule et les chefs d’Etat occidentaux ne peuvent pas donner de réponses», a ajouté Viktor Orbán.

Viktor Orbán a souhaité que plus de capitales occidentales «se révoltent» contre le statu quo politique et renversent des dirigeants «qui ont refusé d’écouter les gens» par des moyens politiques.

«Il y a un an, personne n’aurait cru que le Royaume-Uni sortirait de l’Union européenne et que les Américains rejetteraient le clan des Clinton», a-t-il déclaré en espérant qu’une telle tendance «se poursuivrait en 2017 qui serait l’année de révolté pour a démocratie européenne». Le Premier ministre conservateur a également noté le succès du mouvement « anti-système » 5 étoiles en Italie.

« L’an prochain, des élections auront lieu en Allemagne, aux Pays-Bas, en France. Beaucoup de choses peuvent arriver, » a dit M. Orbán, rajoutant que deux rébellions étaient en cours, à savoir d’un côté celle de la classe moyenne – qui a amené le Brexit et la victoire de Donald Trump – et de l’autre une sorte de rébellion nationale, contre les « Etats-Unis d’Europe ».

« La rébellion a commencé en 2016 et sera renforcée à l’avenir. Ainsi, je le dis, 2017 sera l’année de la rébellion, » a déclaré M. Orbán.

Lorsque dans l’entretien, le journaliste lui fait remarquer qu’il est contradictoire pour un gouvernement de se déclarer « rebelle », Viktor Orbán a dit que « les vrais combattants de la liberté sont le peuple ».

Puis d’ajouter : « je crois en la Hongrie et dans les Hongrois, et l’un dans l’autre, nous avançons vers un brillant avenir, » ajoutant que les enfants devraient se voir enseigner « non pas de chercher la voie la plus facile, mais de suivre leur propre chemin, même s’il semble difficile, et alors nous pourrons de nouveau avoir une grande nation ».

Dénonciation de l’hypocrisie berlinoise

Enfin, interrogé sur le projet d’Angela Merkel d’interdire la burka, Viktor Orbán a tourné en dérision la dirigeante allemande. « Je suis bouche bée devant cette logique de gauche libérale. Dire aux gens, tu peux venir dans mon pays, mais pas porter ci ou ça, me semble difficile à comprendre. Il est bien plus honorable de dire aux gens, non, je ne souhaite pas te voir ici, reste au-dehors, car je vois d’avance les problèmes que cela poserait. Si quelqu’un en revanche est mon invité, je lui dis, tu es un homme libre, habille-toi comme tu veux tant que cela respecte la loi. Mais laisser entrer en masse puis prendre peur n’est pas une bonne politique. Je crois qu’il s’agit d’une tentative désespérée de correction d’une lourde erreur. C’est un combat d’arrière-garde. »

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Saint-Nazaire. Le jeune Ivan Maciuca obtient un prix en violon

Elève en violon au Conservatoire de Saint-Nazaire, Ivan Maciuca obtient un 3e prix au prestigieux concours Vatelot Rampal. https://www.youtube.com/watch?v=3VfqiKtBT6U Crédit photo...

500 000 données médicales de patients français disponibles gratuitement sur le darknet

Quand on vous dit qu'il ne faut pas croire tout ce que l'on vous raconte sur vos données qui...
- Publicité -

3 Commentaires

Comments are closed.