Nantes Atlantique : presque 4,8 millions de passagers en 2016 et toujours pas saturé

A LA UNE

10/02/2017 – 10H30 Nantes (Breizh-info.com) ‑ Le trafic passagers de l’aéroport de Nantes Atlantique a tangenté 4,78 millions de passagers en 2016 contre un peu moins de 4,4 millions en 2015, a annoncé Vinci Airports le 9 février. Comme en 2015, cette augmentation a été réalisée grâce à l’ouverture de lignes supplémentaires et à l’arrivée de nouvelles compagnies low-cost. Dix-neuf lignes ont été ouvertes en un an ; le nombre de destinations desservies a ainsi augmenté d’environ 20 % pour un trafic passagers en progression de 8,7 %.

Nantes Atlantique propose aujourd’hui plus de 100 destinations directes, régulières, vacances et week end, selon l’office de tourisme de Nantes, dont les chiffres s’écartent cependant de ceux de l’aéroport lui-même, qui n’en compte que 89 – la différence pouvant s’expliquer par la fermeture discrète de certaines destinations (elles étaient déjà au nombre de 87 en 2014). La moitié environ des dessertes ne sont assurées que pendant une partie de l’année, du printemps à l’automne. L’activité de Nantes Atlantique se caractérise donc par une forte saisonnalité, le nombre de passagers étant plus de deux fois plus important en août qu’en janvier.

Pendant des années, l’un des principaux arguments avancés en faveur du projet de construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes a été la saturation de Nantes Atlantique, le seuil de 4,0 millions de passagers, voire de 3,0 millions, étant présenté comme une barre infranchissable. On voit qu’il n’en était rien ; Nantes Atlantique annonce d’ailleurs l’ouverture de treize lignes supplémentaires en 2017. L’aéroport de Genève accueille 10 millions de passagers par an, également avec une seule piste.

À la suite de l’annonce de Vinci Airport, le groupe Front National-Rassemblement Bleu Marine de la région Pays de la Loire a publié un communiqué réaffirmant son opposition au projet de Notre-Dame-des-Landes et rappelant que « le référendum tronqué (1 département consulté sur 5 concernés) n’est même pas respecté par le gouvernement ».

Crédit photo  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

DUELS. Nikita Khrouchtchev vs Mao Zedong

Dans cet épisode de DUELS historiques, l'Echiquier mondial se penche sur deux figures emblématiques du communisme. Leur antagonisme idéologique...

Covid-19, l’épidémie qui nous mène au totalitarisme

En été 2020, ce sera derrière nous", qu'ils disaient... Un an et demi plus tard, la dictature sanitaire est installée...

4 Commentaires

  1. Vinci Airports s’est rendu compte que parler de « saturation » et continuer à ouvrir des lignes était ridicule, il n’utilise plus le mot. Désormais, l’expression politiquement correcte est « journées à forte densité ». Où est-ce que ça coince ? Pas sur la piste mais dans les parkings et aux contrôles de sécurité. La solution n’est pas de construire un nouvel aéroport mais d’agrandir les parkings et d’affecter plus de monde au contrôle.

  2. Pendant des années les opposants ont hurler que les prévisions de trafic étaient artificielle et ne seraient jamais atteintes… Résultat, aujourd’hui on est largement au dessus des prévisions les plus optimistes. Chercher l’erreur ! ^^

    C’est quoi un aéroport saturé : c’est un aéroport où tous les vols ne peuvent être accueillis de très nombreux jours dans l’année, ce sont des points de congestion aux différents comptoirs qui exaspèrent les voyageurs…

    Alors oui Nantes Atlantique sature de partout, quelque soit la mauvaise foi et la faillite intellectuelle des opposants.

    • Un aéroport saturé est un aéroport qui ne peut pas accueillir davantage de vols. La piste de Nantes Atlantique n’est pas saturée, elle pourrait accueillir plus d’avions. Les parkings, en revanche, ne peuvent pas accueillir plus d’automobiles tels qu’ils sont — mais ils pourraient fort bien être agrandis, inutile de construire un autre aéroport pour ça. Et les contrôles imposent parfois des attentes plus ou moins longues — mais ils pourraient être plus rapides si on leur affectait davantage de personnel. Là aussi, inutile de changer d’aéroport ! En revanche, il se pose un problème de saisonnalité : si l’on embauchait du personnel en CDI, il serait inoccupé la plus grande partie de l’année. Pour faire du chiffre, Nantes Atlantique a attiré des compagnies low-cost qui opèrent surtout des lignes saisonnières, sans en accepter toutes les conséquences. Un nouvel aéroport n’y changerait rien. A moins de renoncer à la politique de low-cost. Moins de destinations bon marché, c’est ce qui pend au nez des Nantais si l’on construit Notre-Dame-des-Landes.

  3. s’il y a trop de lignes qui partent de nante faîte les venir à brest ou lorient ces aéroports ne sont pas saturés quand nous voulons partir en vacances de la pointe bretagne les voyagistes ou les compagnies nous fons partir à nante en car tout cela c’est pour tuer nos aéroports de la pointe bretagne.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés