212 000 conducteurs s’opposent à la mort annoncée de Coyote, Waze et Wikango

A LA UNE

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

4 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour Damien T, le gifleur de Macron. Un prisonnier politique ?

Le tribunal correctionnel de Valence a condamné jeudi Damien T, le jeune homme qui a giflé (et pas «...

Nantes : les règlements de comptes à l’arme blanche entre clandestins maghrébins se multiplient

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, quai de la Fosse, un extra-européen qui se dit âgé de...

21/05/2017 – 06H00 Paris (Breizh-info.com) – Sous couvert de lutte anti-terroriste, le ministère de l’Intérieur a adressé à la Commission européenne le 24 avril dernier, un projet de décret visant à supprimer les signalements de contrôles routiers via les applications d’aide à la conduite et les réseaux communautaires. En deux semaines, la pétition de la Ligue de Défense des Conducteurs pour faire barrage à ce décret a déjà rassemblée 212 484 signataires.

Le ministère de l’Intérieur projette d’interdire aux applications d’aide à la conduite de signaler la présence des forces de l’ordre dans un périmètre défini de vingt kilomètres, et ce durant vingt-quatre heures. Dans l’impossibilité de connaître les « périmètres définis » en question, les applications d’aide à la conduite et les réseaux communautaires se verraient donc dans l’obligation de cesser purement et simplement tout signalement.

« Il sera évidemment impossible de connaître les zones concernées. Imagine-t-on sérieusement que le ministère de l’Intérieur va communiquer à des sociétés commerciales et autres applications communautaires, à l’avance, l’emplacement d’opérations anti-terroristes ? » dénonce Pierre-Olivier Cavey, directeur des études et des campagnes de la Ligue de Défense des Conducteurs.

Une fois cette interdiction passée dans le droit européen et français, elle s’appliquerait en réalité de manière généralisée, entraînant de facto la mort de toutes ces applications d’aide à la conduite et une déferlante de contraventions.

Pourtant, pour Pierre-Olivier Cavey « celles-ci constituent de précieuses aides à la sécurité routière en alertant notamment des brusques ralentissements ou des incidents sur la chaussée. Quant aux signalements des forces de l’ordre censées exercer leurs contrôles dans des zones considérées comme dangereuses, ils entraînent une plus grande vigilance des conducteurs, bénéfique à la sécurité de tous.»

Forte de ses 212 400 signatures de soutien, la Ligue de Défense des Conducteurs se mobilise également auprès des Etats membres de l’Union européenne pour qu’ils s’opposent à ce décret.

Le décret en question :

Décret portant interdiction de diffuser par l’intermédiaire des services électronique d’aide à la conduite ou à la navigation tout message de nature à signaler les opérations de police dans certains périmètres. 

Le projet de décret vise à interdire la diffusion, au sein de tout service électronique d’aide à la conduite ou à la navigation (notamment : applications smartphone, GPS, sites internet, réseaux sociaux), de tout message ou indication permettant aux usagers de ce service de connaître la localisation des forces de l’ordre dans certains périmètres et susceptible de nuire à l’efficacité des opérations de police administrative de sécurité routière ou des opérations de police judiciaire réalisées. 

Ces périmètres, communiqués par le Gouvernement aux exploitants de ces services électroniques, seront ceux où auront lieu certains contrôles sensibles, notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ou la criminalité organisée, d’actions de sécurité routière, de la recherche de détenus évadés ou de personnes enlevées. Ces périmètres ne couvriront donc que les contrôles les plus sensibles et ne pourront s’étendre sur plus de vingt kilomètres. L’interdiction ne pourra dépasser vingt-quatre heures. 

Pour ce faire, un article R. 131-1 est créé par le projet décret dans le code de la route. Une sanction (contravention de la cinquième classe) est prévue pour les exploitants qui ne respecteraient pas ces nouvelles dispositions. 

Photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Revoir. Damien Rieu (RN) remet à sa place Eric Dupond-Moretti

Les ministres font actuellement campagne (aux frais du contribuable ?) partout en France « Contre la menace d'extrême droite...

Aux racines de l’idéologie migratoire, par Vincent Coussedière

Alors qu'une idéologie cherche à faire de l'homme non plus un animal social mais un animal migrant, il est...

3 Commentaires

  1. Si les forces de l’ordre veulent réellement être efficace face à des terroristes réputés « invisibles » (car ils opèrent à l’improviste là et où ils le veulent), il leur faut être aussi « invisibles » et se fondre dans la population incognito… Les gendarmes sur le bord de la route sont visibles et ne peuvent empêcher les usages de signaler leur présence sauf à interdire l’usage du téléphone, du GPS etc… ou mieux, d’interdire carrément aux voitures de circuler ! Cela serait assurément plus efficace pour une sécurité maximale, non ?!

  2. Pendant ce temps là, les muz fichés S se promènent en toute liberté !!!! L’ état policier c’ est surtout pour les automobilistes solvables !!!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Interdiction des signalements des contrôles de vitesse sur les applications dédiés : « Le décret en trop » pour la Ligue de Défense des...

Paru au Journal officiel le 20 avril, un nouveau décret interdira aux applis de type Waze ou Coyote de signaler les contrôles de vitesse,...

Les radars fixes haut lieu de pantouflage

Nouvel épisode des dessous de l'oligarchie On nous parle régulièrement des valeurs de la République Parmi ces valeurs ne figure pas le pantouflage C'est pourtant...

Racket routier. Chaque voiture-radar privatisée rapporterait 194 000 € nets par an à l’État

194 000 euros par an et par véhicule, c’est le bénéfice net que se mettrait l’État dans la poche grâce aux voitures-radars privatisées, conduites...

Radars : l’autre avancée inquiétante de la loi sécurité globale

Pendant que l’attention médiatique se focalise sur le très controversé article 24 de la loi sécurité globale qui prévoit, dans certaines conditions, la pénalisation...