Manchester : entre 2001 et 2011, la population musulmane a progressé de 73%

A LA UNE

24/05/2017 – 07h30 Manchester (Breizh-Info.com) – Comme toutes les grandes villes (et même désormais les moyennes villes) anglaises, Manchester – qui a été frappée par un attentat ce lundi 22 mai au soir – est devenue une cité largement « multi-ethnique », « multi-confessionnelle ».

Une ville dans laquelle la proportion de Blancs et de chrétiens diminue, d’années en années.

Grâce aux statistiques ethniques – que la France interdit toujours (par peur d’affronter une certaine réalité en face ?), nous en savons un peu plus aujourd’hui sur l’évolution ethnique et religieuse, en Angleterre, mais aussi à Manchester.

Selon le recensement de 2011, (il y a donc déjà 6 ans), la population du Royaume-Uni, était de 63 182 000 habitants (incluant donc Écosse, Galles, Angleterre et Irlande du Nord), dont 55 millions de Blancs (87,1% de la population). Les Asiatiques, étaient au nombre de 4,3 millions (6,9% de la population) et les Noirs de 1,9 millions, la population « métisse » étant de 1,25 millions.

Parmi cette population, le taux de personnes se revendiquant chrétiennes était de 59,5 % (mais de 82,3% en Irlande du Nord par exemple) contre près de 70% en 2001, tandis que 4,4% se revendiquaient musulmans (contre 2,7% en 2001), 1,3% hindouistes et 32,8 % se déclaraient comme n’appartenant à aucune religion.

Plus que 58% de Blancs à Birmingham

Si l’on se penche maintenant sur deux grandes villes d’Angleterre (Birmingham, Manchester, nous avions déjà évoqué la disparition progressive des blancs à Londres ici), une ville d’Irlande du Nord (Belfast), une ville d’Écosse (Glasgow), une ville du Pays de Galles, voici les chiffres :

Si l’on prend le grand Manchester (incluant des petites villes comme Wigan, Stockport, Bolton ..), la population qui était de 2,6 millions en 2011 est composée de 83% de Blancs (contre 91% en 2001) et de 10% d’Asiatiques (contre 6% en 2001), ainsi que de 2,76% de Noirs (contre 1,2% en 2001).

Si l’on prend uniquement Manchester, en termes de composition ethnique, la ville a la proportion la plus élevée non blanche de n’importe quel district du Grand Manchester. Les statistiques du recensement de 2011 ont montré que 66,7% de la population était blanche (59,3% blanche britannique, 2,4% irlandaise blanche, 0,1% gitane ou voyageur irlandais, 4,9% autres Blancs ; 4,7% était mixte (1,8% des Caraïbes blanches et noires, 0,9% d’Afrique blanche et noire, 1,0% Blanc et Asiatique, 1,0% autres mixtes) ; 17,1% de la population était d’origine asiatique (2,3%  indienne, 8,5% pakistanaise, 1,3% bangladaise, 2,7% Chinoise, 2,3% autres asiatiques), 8,6% noire (5,1% Africaine, 1,9 des Caraibes, 1,6% autres noirs), 1,9% arabe et 1,2% d’autres origines ethniques. 

Par ailleurs, depuis le recensement de 2001, la proportion de chrétiens a diminué de 22%, passant de 62,4% à 48,7%. La proportion de personnes sans affiliation religieuse a augmenté de 58,1% de 16% à 25,3%, tandis que la proportion de musulmans a augmenté de 73,6%, passant de 9,1% à 15,8%.

En comparatif, aujourd’hui à Birmingham, le taux de blancs est de 58% (contre 70,35% en 2001), le taux de chrétiens est passé de 59% à 46% en 10 ans tandis que le taux de musulmans est passé de 14% à 21% sur la même période (2001-2011). Les chiffres qui sortiront en 2021 devraient confirmer l’ampleur du « grand remplacement » ethnique et religieux qui s’opèrent dans les grandes métropoles anglaises.

white
source : the sun

Ecosse, Pays de Galles, Irlande du Nord, trois pays moins « remplacés »

Au Pays de Galles, si l’on prend l’exemple de Cardiff, aujourd’hui, 15,9 % de la population se déclare d’origine non européenne (8% à Swansea, tandis que les chiffres rechutent à moins de 2% dès que l’on plonge dans la campagne galloise). En terme de religion, les chrétiens sont passés de 71% de la population du Pays de Galles en 2001 à 57% en 2011, tandis que la proportion de musulmans est passée de 0,7% à 1,5% en 10 ans (de 21 000 à 49 000 personnes). C’est à Cardiff qu’on les retrouve majoritairement, 23,656 en 2011, 6.8% de la population de la commune.

En Écosse, si l’on prend la ville la plus peuplée du pays, Glasgow, les Blancs représentaient 88% de la population en 2011 (contre 94% en 2001) tandis que les Asiatiques passaient de 4 à 8% de la population en dix ans (47 000 sur 500 000 habitants) et les Africains 2,1% de la population.
54% des recensés se déclaraient chrétiens (contre 64% en 2001) et 5,41% musulmans (contre 3% dix ans avant).

Sur l’ensemble de l’Ecosse, les Blancs représentent toujours 96% des 5 millions d’habitants recensés en 2011 (contre 98% en 2001) et les Asiatiques 2,66% (141 000 personnes) et enfin 29 000 pour les Africains. Des chiffres incomparables avec l’immigration en Angleterre.

En Irlande du Nord, les Blancs représentent 98% de la population en 2011 (99% en 2001) contre 1% d’Asiatiques, et 0,2% d’Africains.

On notera toutefois que dans aucun pays qui compose le Royaume-Uni, ni dans aucune des grandes villes, le taux de Blancs ou de catholiques n’a stagné ou augmenté entre 2001 et 2011, mais qu’il a à chaque fois baissé, contrairement aux taux de non blancs et de musulmans notamment.

Prochain verdict impitoyable de la démographie, en mars 2021 à l’occasion du prochain recensement.

Crédit photo :  DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Langue bretonne. Bodadeg dirak ar rektorelezh rassemblement devant le rectorat de Rennes

Emgav 'oa bet roet dirak rektorelezh akademiezh Roazhon d'ar Merc'her 19 a viz Genver 2022 evit lakaat gwask war...

Brest. Drogue, tirs de mortiers, policier blessé et voitures brûlées : Pontanezen ne déçoit jamais ! [Vidéo]

Le quartier de Pontanezen à Brest, où réside par ailleurs une forte proportion de populations d'origine extra-européenne, est de...

3 Commentaires

  1. Ça choque pas la photo encore une fois dans la rue sans parler des chiffre hallucinant et on va encore dire ne pas faire d amalgame mais est ce qu on va enfin se réveiller ou continuer à se faire marcher dessus .

  2. Le problème c’est qu’ils se fichent bien de la culture du pays accueillant, ils veulent tout simplement la remplacer par la leur.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés