Brest. Un immeuble, 1,8 g/l de sang, un mort

A LA UNE

La ville de Brest n’est jamais en reste lorsqu’il s’agit de faits divers sordides. Celui qui s’est déroulé dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 juin ne déroge pas à la règle.

Délit de fuite dans les rues brestoises

Les policiers brestois étaient en service dans le quartier de recouvrance, tard dans la nuit de lundi à mardi, lorsqu’ils ont vu une voiture de type Honda Jazz noire leur couper la route à pleine vitesse. À une vitesse si élevée que les forces de l’ordre décident de ne pas engager la poursuite dans les rues de la cité du Ponant afin de ne pas mettre en péril la vie des autres usagers de la voie publique.

La patrouille a cependant le temps de relever la plaque d’immatriculation du véhicule en fuite juste avant que ce dernier ne disparaisse à l’angle d’une rue, non sans avoir grillé un feu rouge et emprunté une rue en sens inverse. Le tout, toujours bien au-delà de la vitesse autorisée.

Après avoir patienté quelques temps à proximité du pont de Recouvrance dans l’attente d’un éventuel retour du fuyard, les policiers prennent la direction de son domicile mais le conducteur n’y est manifestement pas.

La voiture dans l’ immeuble

Le dénouement de l’affaire arrive un peu plus tard tandis que la voiture de police reprend sa ronde. Un piéton interpelle les policiers et leur indique qu’une voiture vient de percuter un immeuble non loin de là, rue de l’Église.

Une fois sur place, ils découvrent la Honda recherchée accidentée au pied du bâtiment avec à son bord deux personnes. Le conducteur est un homme de 27 ans, blessé mais conscient. La situation de sa passagère est plus grave. Il s’agit d’une mère de famille de 38 ans qui, elle, est inconsciente. Malgré les efforts du SMUR et des pompiers, elle décède quelques minutes plus tard.

Le conducteur sera contrôlé en état d’ébriété avec une alcoolémie de 1,8 g/l de sang. Pour compléter le tableau, lui et sa passagère n’avaient pas de ceinture de sécurité au moment de l’impact. Pas plus que de permis de conduire puisque le conducteur se l’était fait suspendre l’année dernière… pour ivresse.

Des précisions sur cette sinistre histoire ne devraient pas tarder à arriver, une enquête ayant été ouverte et le conducteur placé en garde à vue pour homicide involontaire et refus d’obtempérer.

VL

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rak-votadeg ekolo : Ronan Loas (maer Plañvour) en deus votet evit… Sandrine Rousseau !

Hag un troll e vefe Ronan Loas, maer Plañvour (56). Embannet eo bet gantañ digwener en deus kemeret perzh...

Vers de nouveaux plastiques biodégradables et modulables ? Focus sur les travaux de chimistes rennais

Des chimistes rennais sont parvenus à étendre les propriétés des PHAs, ces polymères naturels et biodégradables qui offrent une...

3 Commentaires

  1. Je connaissais un peu le conducteur! Mais les journaux ont zapp de dire que la femme décédée était enceinte au moment des faits!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés