Alain Avello (Les Patriotes) : « Nous n’excluons pas des alliances à gauche »

23/09/2017 – 08h15 Nantes (Breizh-info.com) – La crise interne provoquée par le départ du numéro 2 du FN, Florian Philippot, a atteint la Loire-Atlantique. Alain Avello, très proche de Philippot et président du collectif d’enseignants pro-FN Racine, a annoncé qu’il démissionnait lui aussi du FN pour rejoindre les Patriotes, l’association que Philippot a lancé et qu’il va transformer en parti. Ce qui crée une situation cocasse – Alain Avello est tête de liste FN pour les sénatoriales, qui ont lieu ce week-end, mais n’est plus au FN…

Cependant, contrairement à la scission de Bruno Mégret, parti fonder le MNR, l’hémorragie au FN semble assez limitée. « A l’époque, les fédérations partaient en entier, avec tous les cadres ou presque », se souvient un adhérent historique. « En Loire-Atlantique il n’était guère resté que Marguerite Lussaud avec une dizaine d’adhérents, tous les autres étaient partis chez Mégret ». On en est très loin.

Dans la nouvelle région Grand Est, les Patriotes ont créé un groupe dissident au Conseil régional. Idem, très probablement en Bourgogne, le fief de Sophie Montel. Mais si les Patriotes revendiquaient 2500 adhérents avant leur scission, et 450 de plus le 21 septembre, ils seraient en réalité beaucoup moins. « Une quinzaine de cadres pour 200 adhérents » avant la scission, selon un proche du dossier, et une cinquantaine de cadres du FN aujourd’hui – dont les maires FN de Brachay (Haute-Marne) et de Cogolin (Var). En Bretagne historique en revanche, seul quelques élus ont quitté le FN, dont Alain Avello et le secrétaire départemental adjoint du Morbihan, Eric Fordos.

Nous avons interviewé Alain Avello, qui sera chargé du développement des Patriotes en Pays de Loire et Bretagne administrative.

Breizh Info : Alain Avello, quelle est votre impression après le départ de Florian Philippot et du vôtre ?

Alain Avello : Le choc, mais aussi le soulagement. Je savais que Florian Philippot allait quitter le FN, je savais même quand, mais ça m’a quand même fait un choc de quitter une famille politique pour laquelle j’ai beaucoup donné. Il était clair qu’avec le trio Bay, Bilde et Aliot qui a pris tout le pouvoir autour de Marine, Florian Philippot ne pouvait pas continuer.

Breizh Info : ce n’est qu’une question de personnes ?

Alain Avello : Non, d’idées. Ils ont des idées plus libérales économiquement et plus conservatrices socialement qui ne sont pas les nôtres. Je suis, comme Philippot, au nombre d’isolés de la gauche patriote qui ont rejoint le FN pour que nos idées soient entendues, et non étouffées.

Breizh Info : Que pensez-vous de votre succession en Loire-Atlantique ? Eléonore Revel a été nommée chargée de mission, c’est à dire secrétaire départementale par intérim, et elle a toutes les chances de le devenir après vous.

Alain Avello : Eleonore Revel a encore beaucoup à apprendre. Le plus compétent, le plus fidèle, c’est Gauthier Bouchet.

Breizh Info : Contrairement au Grand Est, l’influence des Patriotes au sein du FN en Bretagne historique apparaît très limitée ?

Alain Avello : En Bretagne historique ? Je ne comprends pas.

Breizh Info : En Bretagne administrative et en Pays de Loire si vous préférez.

Alain Avello : Ah oui. Je peux vous annoncer que trois cadres du FN44 vont quitter le FN pour rejoindre les Patriotes, l’un d’eux est le responsable de la 5e circonscription Jean-Jacques Valiet [qui venait d’être nommé par Avello, NDLA] ainsi qu’un conseiller régional de Bretagne.

Breizh Info : Est-ce que Philippot ne paye pas aussi une stratégie présidentielle catastrophique, qui a conduit au ratage du débat du second tour et à l’élan brisé du FN ?

Alain Avello : Il a été bouc-émissarisé. Florian comme son frère Damien se sont contentés de faire des notes pour Marine, qui a été mal conseillée et complètement dépassée. Ses conseillers, que je ne nommerai pas, se sont faits avoir comme des enfants par les propos de Macron comme quoi, si elle était agressive, il quittait le plateau. Alors elle a été agressive, et comme elle a vu que ça ne marchait pas, elle a perdu ses moyens. Elle a voulu aussi superposer ses positions avec celles de Dupont-Aignan, et ça a donné un cafouillage monstre sur l’euro et l’Europe.

Breizh Info : Après la grosse machine du FN, les Patriotes ne tomberont-ils pas au néant politique ? C’est une toute petite structure…

Alain Avello : On va se constituer en parti très probablement et rechercher des alliances. Du côté de Nicolas Dupont-Aignan, pourquoi pas, mais nous n’excluons pas des alliances à gauche.

Breizh Info : Dernière question. Vous avez été élu avec les voix du FN, pas des Patriotes. Allez-vous rendre votre mandat de conseiller régional ?

Alain Avello : Les Vendéens savaient que je suis un proche de Florian Philippot. Je suis parfaitement à l’aise avec mon mandat et je ne le rendrai pas. Je continuerai mes combats – par exemple contre la fermeture de classes et la réduction des moyens de l’Éducation nationale en milieu rural – sous les couleurs des Patriotes.

Propos recueillis par Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

7 réponses

  1. Il a été élu par le FN ! Il a été imposé en Vendée ! Bon débarras ! Avello peut partir plus vite en voiture , personne ne le regrettera !

  2. Je cite « Alain Avello : En Bretagne historique ? Je ne comprends pas. »

    J’adore ! Et ce monsieur veut représenter les électeurs de Nantes! soit c’est un ignare candide ou pire encore un jacobin présomptueux.

    Quand on regarde le profil de cette personne, on comprend mieux: je cite

    « Né le 2 avril 1971 à La Roche-sur-Yon. Résident à Nantes. Alain Avello enseigne la philosophie dans un lycée public de Vendée. (Donc c’est un parachuté qui ose donner des leçons aux Bretons du 44!)
    Issu de la gauche républicaine et patriote qui ne survivra pas à l’échec, en 2002, du Pôle républicain de Jean-Pierre Chevénement (vous savez le fameux MRC qui prône un étatisme français fort où les minorités linguistiques historiques sont à supprimer)l
    rejoint le Front national en 2011, dans le sillage de l’élection à la présidence du mouvement de Marine Le Pen.

    Bref un bel olibrius qui terminera sa carrière dans les poubelles de l’histoire…

    1. Avello est un nom Espagnol. C’est un migrant. Qu’il soit né à La Roche-sur-Yon n’y change rien. Le FN n’est qu’un ramassis de migrants anti-bretons.

  3. Les soutiens de Philippot sont définitivement des abrutis. Leur leader naturel s’appelle Mélenchon, dont le leader naturel est le pape François. Tout le reste n’est que cosmétique.
    Ça sera très drôle pour les trentenaires d’aujourd’hui de voir dans 30 ans ces multitudes d’anciens opposants s’allier dans tous les sens, avec retournage de veste permanent.
    Un peu comme les mélenchonistes d’aujourd’hui qui votaient encore PS hier. C’est parmi eux qu’on trouve les plus grands admirateurs du pape François, essentiellement pour se chercher une cohérence puisqu’ils défendent avec hargne le respect de l’islam, respect qu’ils refusaient particulièrement au catholicisme.
    L’incohérence de l’immense majorité des pensées politiques en France est impressionnantes.
    On peut reprocher ce qu’on veut à l’Emsav, notamment une réelle lâcheté, mais aucune de ses composantes n’a jamais fait preuve d’un tel manque de logique et de cohérence de ce qu’on appelle la gauche, la droite, l’extrême-gauche, l’extrême-droite en France depuis la fin des années 70.
    Mélenchon (ou un rejeton, cet homme est physiquement affaibli, il ne sera jamais candidat dans 5 ans, si élections)-Philippot, c’est l’évidence même depuis 2012. La seule question était la dynamique du moment. Elle penche vers Mélenchon, grâce aux média (et l’imbécilité FN, mais ça date de la fondation ça, avec peu ou prou le même programme mais fédéral, le FN aurait dû attendre le même niveau au même moment que Haïder en Autriche).
    Enfin, perte de temps que d’interroger ces quantités négligeables.
    Je crois d’ailleurs ne pas me tromper en avançant que la majorité des commentateurs n’ont que survolés cet itv. Il y en a au moins un.

  4. La réaction de l’allogène arrogant Avello était prévisible. Avello sait très bien ce qu’est la Bretagne historique. Il a simplement nié son existence à la face du journaliste de breizh-info, qui s’est applati maladroitement et a accepté de se faire prendre pour un imbécile.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS