La propension au divorce se transmettrait par les gènes selon une étude

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

09/10/2017 – 08h00 Lund (Breizh-Info.com) – C’est une étude scientifique d’envergure qui s’attache à répondre à une question éminemment polémique. Le fait de divorcer est-il possiblement lié à la génétique ? Pour les auteurs de l’étude, la réponse est clairement affirmative. Le divorce est lié aux gènes et la propension à cette pratique est donc transmis à ses descendants. Explications.

Le facteur génétique, élément central du divorce

L’étude sera publiée dans la prochaine édition de la revue Psychological Science mais ses résultats ont suscité un tel émoi que ses conclusions sont d’ores et déjà largement commentées. Les chercheurs, de l’université de Virginia Commonwealth aux États-Unis et celle de Lund en Suède, souhaitaient étudier la question du divorce. « Nous avons tenté de répondre à la question simple : pourquoi les divorces sont-ils fréquents dans une même lignée ? » a déclaré Jessica Salvatore, chercheuse en psychologie dans l’université de Virginie. Et la réponse semble claire : « A travers une série de schémas, en utilisant la base de donnée nationale de la Suède, nous avons découvert des preuves claires que le facteur génétique explique de manière prépondérante la transmission intergénérationnelles des divorces. »

La génétique, plus forte que la culture

C’est une étude dont l’impact est énorme car elle remet en cause le consensus actuel qui explique cette « transmission » des divorces par le fait que les enfants de parents divorcés sont eux-mêmes plus susceptibles de divorcer à cause de l’impact d’une séparation sur la construction de leurs relations.

Comment les chercheurs américains et suédois ont-ils détruit ce consensus ? Tout simplement en étudiant le taux de divorce chez des enfants adoptés. Et, selon leurs travaux, les historiques de divorces des enfants adoptés sont similaires à ceux de leurs parents biologiques et non-adoptifs.

Ainsi, le facteur culturel – l’acquis –, est vraisemblablement largement moins important que le facteur génétique – inné.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ?

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ? Débat du 31/07/2021 avec Rémi...

« Vous êtes rationnel, pourquoi nier l’efficacité des vaccins ». Laurent Ozon répond à un journaliste

Le journalisme mainstream se fait de plus en plus militant en faveur des mesures gouvernementales. Il suffit d'ailleurs de...

Articles liés

Génétique. Le peuple breton, largement distinct du reste de la France ?

Le peuple breton, largement distinct génétiquement du reste de la France ? Voici une information qui ne surprendra pas grand monde, mais qui, validée...

Populations humaines : différences génétiques et controverses

Existe-t-il sujet scientifique plus sulfureux que celui des différences génétiques entre les populations humaines ? Dans cette émission, Floriane Jeannin et Nicolas Faure étudient cette...

Santé. Une étude révèle l’existence de plus de 500 gènes communs à l’anxiété et à la dépression

De nouveaux travaux scientifiques viennent de permettre l'identification de plus de 500 gènes qui influencent à la fois la dépression et l'anxiété, confirmant ainsi...

Terreur migratoire, sanitaire, médiatique et sociétale… Quel avenir pour les autochtones d’Europe ? [L’Agora]

Les autochtones d’Europe conscients de qui ils sont et de leur civilisation, sont actuellement dans les cordes d’un ring de boxe, en train de...