16/11/2017 – 10h50 Paris (Breizh-info.com) – L’affaire Tariq Ramadan n’en finit pas de faire des vagues. Et met désormais en lumière un débat de plus grande ampleur : celui qui traverse la gauche française quant à son attitude à adopter face à la question de l’islam.

Edwy Plenel, la gauche islamophile ?

Tandis que l’islamologue Tariq Ramadan a fait à peu près l’unanimité contre lui suite aux deux plaintes pour viol et agression sexuelle dont il a fait l’objet récemment, l’affaire semblait finir par s’étouffer médiatiquement. Seulement voilà, des langues ont commencé à se délier. Jusqu’à se rappeler les bons sentiments d’une partie de la « gauche morale » envers Tariq Ramadan.

Et c’est Edwy Plenel, directeur de Mediapart, qui apparaît en première ligne dans les accusations. Le journaliste a effectivement pris part à diverses conférences en compagnie de l’islamologue. Une bienveillance confirmée par les propos de Plenel dans un célèbre programme de la chaîne Canal Plus en 2015, après l’attentat contre le journal Charlie Hebdo. Il considérait alors Tariq Ramadan comme un « intellectuel respectable ».

Une position maintenue en 2016 quand, par la plume, Edwy Plenel justifiait les prises de paroles publiques du petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne des Frères musulmans. Il expliquait ainsi que cette liberté d’expression devait être défendue au nom d’une « question de principe ». Chacun se fera sa propre opinion.

Charlie Hebdo, la fuite en avant par l’humour

Une fois les deux plaintes contre Tariq Ramadan révélées, Charlie Hebdo n’a pas manqué l’occasion et a publié une première une grinçante sur l’islamologue le 1er novembre dernier.

Ramadan
Une de Charlie Hebdo du 1er novembre 2017

Mais c’est la une du 8 novembre qui lance véritablement les hostilités entre la gauche Charlie et la gauche Plenel.

Ramadan
Une de Charlie Hebdo du 8 novembre 2017

Cette dernière accuse effectivement l’ancien directeur de la rédaction du journal Le Monde d’avoir gardé le silence sur ces affaires d’agressions sexuelles, sous-entendant qu’il en avait eu connaissance depuis longtemps.

S’en suivra une série d’échanges entre Charlie Hebdo et Edwy Plenel, notamment via Tweeter du côté de Mediapart. Le dernier en date étant l’édito paru mercredi 15 novembre et signé par Riss, le directeur de la publication du journal satirique. Mais l’essentiel est ailleurs.

Manuel Valls ou la gauche laïque débordée 

Ancien chantre d’une laïcité forcenée, Manuel Valls a visiblement du mal à remiser définitivement son ancien costume de Premier ministre. Et n’hésite pas à s’immiscer dans la guerre naissante entre Mediapart et Charlie Hebdo. Dès le 5 novembre, dans l’émission le « Grand rendez-vous Europe 1/CNEWS/Les Echos », le député de l’Essonne parle de « complicités » entre Edwy Plenel et Tariq Ramadan.

Interrogé par Yann Barthès sur la chaîne TMC le 13 novembre, Manuel Valls revient à la charge :

« Une partie de la gauche ou de l’extrême gauche a été complaisante à l’égard de l’islam politique, de l’islamisme. On le trouve aussi dans la presse. J’ai cité clairement le Bondy Blog, on le trouve avec Edwy Plenel dans son livre Pour les musulmans, il enferme les musulmans dans une définition, ce sont les damnés de la terre. Donc d’une certaine manière on peut comprendre parfois qu’un certain nombre d’entre eux passent à l’acte. […] C’est une vision très dangereuse ».

La croisade laïque de Valls se poursuit le 15 novembre au matin sur BFM TV. Alors qu’il a également été visé dans les contre-attaques d’Edwy Plenel, Manuel Valls considère que les dernières paroles du directeur de Mediapart sont « un appel au meurtre ». « Ce n’est pas une petite polémique. Edwy Plenel n’est pas n’importe qui », a ainsi tonné l’ancien maire d’Évry.

La fin de son interview par Jean-Jacques Bourdin est tout aussi endiablée :
« Ce combat d’idée je le mène pour la République et pour les musulmans car c’est nous qui les protégeons, pas Monsieur Plenel et ses sbires ». « Je veux qu’il le perde, qu’il rende gorge ».

La question de l’Islam en toile de fond

Bien que ces frasques médiatiques soient abondamment traitées dans les médias ces jours-ci, aucun n’ose aborder la question sous-jacente à cette pseudo guerre de tranchée. Rappelons tout de même qu’un appel de soutien à Mediapart a été signé par 130 personnalités dimanche 12 novembre. La sphère politique et intellectuelle de gauche est donc profondément divisée sur la question de l’islam en France. Car c’est bien d’islam qu’il s’agit en définitive.

Entre brandir la panoplie des « valeurs républicaines » comme le fait Manuel Valls, parfois jusqu’à l’hystérie, et fermer les yeux sur les théories belliqueuses d’intellectuels musulmans, le choix est cornélien pour les tenants du « vivre-ensemble ». Cependant, les deux parties ont malgré tout de quoi se rassurer : les deux lignes semblent tout aussi intenables l’une comme l’autre.

Crédit photo : Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 Commentaires

  1. Chez les rustres, quand un chiot s’ oubliait dans un endroit interdit, son nez était frotté dans son caca.
    Chez les gauchistes de chapelles différentes ils s’ en chargent eux-mêmes, entre eux.
    C’ est jouissif. Puissent-ils tous ouvrir enfin les yeux sur l’ idéologie mortifère et non une simple religion qu’ est l’ islam…

  2. Manuel VALLS…Tu es accusé d’avoir triché dans les dernières élections législatives à Evry…que penses tu de la présomption d’innocence?

Comments are closed.