Consommer des produits laitiers n’augmente pas les risques cardio-vasculaires

A LA UNE

Régionales 2021. Les résultats dans toutes les régions de France

Retrouvez ci-dessous les résultats des élections régionales dans toutes les régions de France. L'abstention s'établit à 66,1%, ce qui constitue...

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

Elections régionales 2021. Les résultats en Bretagne et Pays de la Loire

Retrouvez tous les résultats du premier tour des élections régionales et départementales ce dimanche 20 juin 2021 en Bretagne...

Régionales 2021. Avec un score prévu de 66%, l’abstention triomphe et signe l’échec de la Vème République

Les résultats du premier tour des élections régionales et départementales seront publiés à partir de 20 h, ce dimanche 20 juin 2021. Mais déjà,...

Bande dessinée. René le Honzec et Torr’Pen rejoignent Breizh-info.com [Interview]

Nos lecteurs amateurs de bandes dessinées vont être ravis : René le Honzec, à qui l’on doit notamment « Histoire de...

30/11/2017 – 07h00 Reading (Breizh-Info.com) – Curé nantais, Camembert, Bleu d’Auvergne ou encore Comté… Vous pouvez tout vous permettre (ou presque) sans risquer d’augmenter les risques cardio-vasculaires… C’est la science qui le dit !

En avril dernier, une étude scientifique menée par un chercheur de l’université de Reading revenait en effet sur l’impact de la consommation de produits laitiers sur la santé.
Cette étude est une méta-analyse, c’est-à-dire une synthèse de plusieurs études sur la question qui harmonise et contrôle les résultats pour obtenir des enseignements basés sur un très grand nombre de patients testés.

Face à l’augmentation du nombre d’études sur la question, les auteurs ont conduit une méta-analyse des liens entre produits laitiers et mortalité due aux maladies cardiaques et cardio-vasculaires. Un total de 29 cohortes ont été étudiées avec 938 464 participants. Parmi les études, 3 étaient conduites en Asie (Japon et Taïwan), 2 en Australie, 7 aux Etats-Unis et les 17 restantes en Europe.

Et les résultats de cette étude gigantesque sont limpides : « Aucune association entre produits laitiers et maladies cardiovasculaires mortelles n’a été révélée. »
Qu’il s’agisse de produits contenant des matières grasses ou non, la consommation de 200 grammes de produits laitiers par jour n’aurait aucun impact sur les maladies cardiaques.

Concernant le lait, la consommation allant jusqu’à 244 grammes par jours a été étudiée et aucun lien avec des maladies cardio-vasculaires n’était noté.

Mieux que cela, selon les résultats de l’étude, consommer 10 à 20 grammes de produits laitiers fermentés par jour réduirait de 2 % les risques de mourir de maladies cardio-vasculaires.
Mais, sur ce dernier point, les auteurs restent prudents : « Le mécanisme du lien positif entre les produits laitiers fermentés et la réduction des risques cardio-vasculaires est incertain. »

Reste que la bonne nouvelle de la journée est là : en fin d’année, vous pourrez goûter tout le plateau de fromage, sans pression. Mais n’oubliez pas que, consommés en trop grande quantité, les produits laitiers peuvent s’avérer néfastes sur d’autres plans que les risques cardiovasculaires.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Face aux rodéos urbains, la mairie socialiste de Vaulx-en-Velin propose… une activité motocross aux « jeunes » [Vidéo]

La municipalité socialiste de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon, a décidé de proposer une activité « motocross »,...

« Violences policières ». 25 morts en 2020 dont au moins 10 d’origine musulmane

Ils s'appelaient Romain, Toufik ou Olivio. Ils étaient fêtards, camionneurs, cambrioleurs ou terroristes. Tous étaient de sexe masculin, relativement...

2 Commentaires

  1. Il ne faut pas tirer de conclusions trop rapides des méta-analyses qui, inévitablement, ont toujours un peu tendance à globaliser des pommes et des oranges. Exemple donné honnêtement par les auteurs même de la méta-analyse que vous citez : certes, les chiffres « prouvent » que la consommation en petite quantité de produits laitiers fermentés a un effet positif, mais il suffit de retirer de la méta-analyse l’une des 29 études couvertes pour que cet effet disparaisse ! Donc méfiance quand même avant de se bourrer de beurre et de fromage.

    • C’est bien pour cela que la phrase « Mais, sur ce dernier point, les auteurs restent prudents : « Le mécanisme du lien positif entre les produits laitiers fermentés et la réduction des risques cardio-vasculaires est incertain. » » est présente dans l’article.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Covid : l’appauvrissement global

Le rapport annuel de l’Organisation Internationale du Travail évoque des dizaines de millions de victimes économiques après la crise sanitaire. En dépit de leurs échecs,...

Des réseaux académiques européens appellent à lever les obstacles au transfert des données de santé

Selon un nouveau rapport des réseaux académiques européens, les problèmes juridiques entravent le partage des données de santé avec des chercheurs en dehors de l’UE/Espace économique européen (EEE). Les auteurs appellent à...

Covid-19. Didier Raoult : « Personne ne sait ce qui arrêtera le virus »

Didier Raoult : « Personne ne sait ce qui arrêtera le virus ». Didier Raoult est directeur de l'Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection à Marseille. Il...

André Comte-Sponville. « La santé est précieuse mais arrêtons d’en faire la valeur suprême »

André Comte-Sponville, Philosophe et auteur de "Que le meilleur gagne!" aux Editions Robert-Laffont était l'invité de Patrick Roger et Cécile de Ménibus sur Sud...