Saint-Omer de Blain : l’épicerie ferme

A LA UNE

Ce qui devait arriver arriva. Connaissant une succession difficile depuis sa reprise au début de l’année, l’épicerie de Saint-Omer de Blain ferme définitivement fin septembre. Selon nos informations, le repreneur y a perdu son investissement, et même un peu plus – la mairie de Blain aurait même refusé de racheter le matériel, estimé à 10.000 € par le tenancier. Le commerce brade actuellement une grande partie de son stock.

« Ce n’est pas étonnant, il a été boycotté par le village », relève un habitant. « Pas du coin, pas en couple, pas bavard comme Pascale [la précédente épicière, qui l’a tenu 18 ans], pas Pascale aussi », juge avec justesse un autre, qui y est « allé une fois en six mois. Ce sont les mêmes locaux, les mêmes prix, mais pas du tout la même ambiance ».

D’autres s’interrogent : « est-ce qu’une épicerie est encore viable à long terme, même si quelqu’un se fait donner le local par la mairie et réussit à récupérer à bas prix le matériel [un four, une rôtissoire, des vitrines réfrigérées, des congélateurs, une billig, des rayonnages…] C’est qu’on est trop près de Blain et le village a changé ».

st_omer_blain

En un quart de siècle, la sociologie et la population du village ont fortement changé et l’offre commerciale de Blain – un Lidl, deux centres commerciaux, sans oublier les commerces du bourg – s’est fortement développée. « Ceux qui sont d’ici savent ce qu’il se passe, et ceux de l’extérieur savent dans quelles conditions ça s’est passé – c’est-à-dire que le repreneur de l’épicerie n’a pas été accepté localement, par manque d’ouverture d’esprit surtout et a été boycotté, à commencer par ceux qui trouvaient toutes les excuses aux zadistes quelques mois auparavant et donnaient des leçons d’ouverture d’esprit. Qui risquera de reprendre le commerce dans ces conditions ? », se demande un autre habitant.

st_omer_blain

« Ça me fait ch*** d’aller chercher mon pain à 10 km à cause de la connerie de quelques-uns ! », tempête une habitante. « La fermeture de l’épicerie pénalise tout le monde, à commencer par les anciens », résume un autre. « Peut-être que quand le café fermera, ou l’école sera menacée, maintenant tout le monde s’en fichera aussi », s’inquiète-t-il. Et dire qu’à la toute fin des années 1990 le bourg était venu au secours de l’école… à l’époque, Saint-Omer avait trois piliers, l’école Sainte-Philomène, le café, l’épicerie. Temps définitivement révolu.

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Un collectif mobilisé pour la réhabilitation d’une ancienne voie ferrée dans le pays de Retz

Entre Paimboeuf et Saint Hilaire de Chaléons, 28 kilomètres de voie désaffectées depuis 1998. Des riverains et d'anciens cheminots...

Ospital Dinan : 6 goprad digarget dre ziouer a bas yec’hed

D'al lun 20 a viz gwengolo e ospital Dinan e voe galvet 11 goprad (war 1446) rak n'o doa...

Articles liés