L’Aquarius et les gardes-côtes libyens se sont accrochés dans la nuit du 22 au 23 septembre au large de la Libye. Une situation tendue.

L’Aquarius joue avec le feu

L’incident a eu lieu dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 septembre. L’Aquarius, le sulfureux navire de l’ONG SOS Méditerranée, se trouvait alors au large des côtes de Libye. Et s’est lancé dans une nouvelle opération de sauvetage d’une embarcation de migrants sans tenir compte des instructions des gardes-côtes libyens, pourtant officiellement compétents dans cette zone pour mener à bien des opérations de sauvetage.

L’embarcation en question compte à son bord 47 personnes. L’Aquarius avait été prévenu en amont par les gardes-côtes libyens : « Si vous apercevez les migrants, dites-le nous ». Le message était pourtant clair. L’Aquarius repère en premier le bateau. Et prévient dans la foulée les gardes-côtes libyens. Mais les membres de Médecins sans Frontières et de SOS Méditerranée vont outrepasser leurs prérogatives.

Aquarius contre gardes-côtes libyens

Dans une tribune publiée au mois d’août dernier et soutenue par 500 signataires, SOS Méditerranée n’avait pas fait mystères de ses intentions de ne pas respecter les ordres de la Libye :

« De fait, si ayant connaissance d’une embarcation en détresse, l’autorité maritime compétente lui donne ordre de ne pas s’approcher ni assister – comme cela a déjà eu lieu au cours des derniers mois, il [NDLR : l’Aquarius] ne se conformera pas à ces instructions de non-assistance à moins d’avoir la certitude que tous les autres moyens disponibles sont mis en œuvre pour sauver les personnes en danger et pour les mettre à l’abri dans un lieu sûr.

De même, s’il reçoit instruction d’attendre alors que le danger est imminent et qu’il a la possibilité de sauver des personnes d’une noyade certaine, il ne pourra pas attendre ».

Ce qu’a effectivement fait le navire dans la nuit du 22 au 23 septembre en commençant à transférer les migrants à son bord. De quoi passablement énerver les gardes-côtes libyens.

L’Aquarius dans le viseur

Tandis que la Libye traverse une période très chaotique en terme de stabilité politique intérieure, les autorités maritimes du pays ont vu leur rôle prendre de l’ampleur au cours des derniers mois afin de contenir la vague migratoire en partance pour l’Europe depuis le continent africain. Les gardes-côtes libyens ont donc une parfaite légitimité dans le contrôle des opérations de sauvetage dans la région.

Une fois arrivés sur la zone où se situait l’embarcation en difficultés et transportant les 47 migrants, les gardes-côtes ont ainsi intimé l’ordre à l’Aquarius de stopper son opération de transfert : « Quittez la zone, nous nous rapprochons de vous ! », ont alors indiqué par radio les autorités maritimes libyennes. Ce à quoi le bord de l’Aquarius a répondu : « Nous avons commencé à transférer sur nos canots de sauvetage des femmes et des enfants ». 

Poursuivant l’échange musclé, l’un des gardes-côtes libyens met ensuite en garde les membres des ONG présents sur l’Aquarius : « Vous connaissez Tripoli ? Vous voulez venir faire une petite visite à Tripoli ? ».

L'Aquarius
Gardes-côtes libyens. Source : DZ Breaking

« Vous encouragez les migrants à aller en Europe »

Malgré le ton menaçant de l’autorité maritime, l’Aquarius s’entête à vouloir prendre à son bord les migrants. « Vous ne respectez pas nos instructions ! Nous vous avons dit de ne pas intervenir. Et de ne pas vous approcher. Vous allez avoir des gros problèmes. Vous encouragez les migrants à aller en Europe. On ne veut plus coopérer avec vous parce que vous nous désobéissez. »

Suite à cette passe d’armes, l’Aquarius embarquera finalement les migrants après accord des gardes-côtes libyens. Lesquels intimeront l’ordre au navire de quitter rapidement les eaux libyennes. Sans port de destination prévu puisqu’aucun État européen n’a proposé à l’Aquarius d’accoster. Des États qui prennent peut-être conscience, eux aussi, du rôle d’incitateur à l’immigration vers l’Europe que joue SOS Méditerranée.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC-BY-2.0/Irish Defence Forces) (Photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine