Le nouvel album d’Astérix sortira à l’automne 2019, plus précisément le 24 octobre 2019.

Il est rédigé par les deux auteurs, Didier Conrad et Jean-Yves Ferri, qui ont pris la relève de Goscinny et d’Uderzo, sans, il faut l’admettre, atteindre leur niveau (dans le dessin comme dans les scénarios).

Ces derniers ont dévoiler la première case sous forme de storyboard de la prochaine aventure des irréductibles Gaulois. Il semblerait que l’histoire tourne cette fois-ci autour d’une recherche des racines et des ancêtres de cette tribu gauloise. Espérons que les deux auteurs, qui ont voulu amener des questions sociétales, disent-ils, sur le devant de la scène, ne soient pas tombés dans le politiquement correct …

Didier Conrad explique d’ailleurs dans un entretien exclusif accordée au JDD : « Jean-Yves et moi avons souhaité prendre pour point de départ le fameux ‘nos ancêtres les Gaulois…’. Sauf que bien sûr, on ne sait pas trop qui sont leurs ancêtres! »

On peut s’attendre à tout.

L’album doit être imprimé à plus de 5 millions d’exemplaires et fera 44 pages.

L’année 2019 sera émaillée d’événements pour célébrer l’anniversaire d’Astérix, le soixantième, apparu pour la première fois le 29 octobre 1959 dans les pages du magazine Pilote. Le 6 avril, le Parc Astérix fêtera ses 30 ans avec l’inauguration d’une exposition permanente retraçant la carrière du petit Gaulois d’Albert Uderzo et René Goscinny.

En septembre, la BNF exposera les 44 planches originales d’Astérix le Gaulois et 60 dessinateurs (dont Blutch, Midam, Guy Delisle et Catherine Meurisse) proposeront leur version de l’œuvre d’Uderzo et Goscinny.

Après Astérix chez les Pictes (2013) et Le Papyrus de César (2015), les personnages créés par René Goscinny et Albert Uderzo étaient en 2017 dans de nouvelles aventures dans Astérix et la Transitalique,

Célèbres pour leurs nombreux voyages à travers le Monde Connu, Astérix et Obélix y découvraient les nombreux peuples de la péninsule italienne : les Italiques ! Les multiples régions de la péninsule étaient habitées par une grande diversité de peuples qui tiennent à préserver leur indépendance, et voient d’un mauvais oeil les velléités de domination de Jules César et ses légions.

Toute la collection d’Astérix ici . A noter qu’on peut remonter le « moins bon » dès 1991 avec La Rose et le Glaive (Uderzo), qui semblait marquer le déclin de la série, déclin partiellement rattrapé par un très bon « Astérix chez les Pictes ». Affaire à suivre donc …

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019 dépêche libre de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine