Après avoir balayé d’un revers de la main la thématique de l’immigration concernant le Grand débat national, Emmanuel Macron enfonce le clou, à l’occasion d’un déplacement récent à Évry-Courcouronnes dans l’Essonne. Face aux élus de banlieue et répondant au maire de Mantes-la-Ville sur la gestion des migrations, le Président a affirmé : « Je ne crois pas du tout aux gens qui font des murs ».

Pour Emmanuel Macron, les migrations sont et seront une fatalité, et c’est à nous de nous y adapter. Et le président de la République d’évoquer les siècles précédents et les difficultés à intégrer d’autres Européens en France, en l’occurrence Italiens ou Espagnols, comme si la comparaison était tenable avec les extra-européens.

Par ce discours, Emmanuel Macron le confirme : les élections européennes seront un référendum sur l’immigration, étant donné que le sujet, pourtant parmi les préoccupations principales des Français et des Européens, a été écarté sciemment par le Gouvernement et les élus, qui veulent passer en force sur le sujet.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019 dépêche libre de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine