Johanna Rolland est maire (PS) de Nantes depuis 2014. Pourtant, celle qui a succédé à Jean-Marc Ayrault semble paradoxalement peu connue sur les marchés nantais. C’est ce qui ressort de sa visite au marché Talensac, le 21 mars dernier, à l’occasion de l’inauguration de l’ouverture de ce marché le jeudi soir. Beaucoup de commerçants ne l’y ont en effet jamais vue.

« Johanna est dans sa tour d’ivoire, elle ne se mêle jamais au bas peuple »

« Je ne sais pas qui c’est. Elle ne vient pour ainsi dire jamais », nous explique un charcutier du bas du marché. « Johanna qui ? », intervient une fromagère. « Johanna Rolland ? Ah c’est la maire ? J’en étais encore à Jean-Marc, moi ». Un vendeur de primeurs abonde ce dimanche : « Jean-Marc, il venait faire ses courses sur les marchés, il disait bonjour aux agents de la ville. Johanna est dans sa tour d’ivoire, elle ne se mêle jamais au bas peuple ».

« Johanna Rolland vient inaugurer le marché de nuit ? Qu’elle ne nous porte pas la poisse ! » coupe un client des plus réguliers, « trente ans tous les jours à Talensac ». Pour un riverain, « Johanna Rolland ne vient jamais. Mais depuis le début de la semaine, la benne de déchets qui nous empoisonne est vidée recta tous les soirs – avant c’était le mercredi pour les déchets du dimanche, et ce midi ils ont passé l’intérieur au karcher. Il ne manque qu’un coup de blanc sur la voûte et un tapis rouge ! ».

Un commerçant abonde. « Le directeur des marchés n’est jamais là pour nous. Pas plus que l’adjoint au commerce – mais comme ce soir il y a du vin à volonté et un buffet, ainsi que de quoi picorer sur les bancs des commerçants, ils sont tous là. Y compris des adjoints qu’on paie mais qu’on ne voit jamais sur le terrain. Et Johanna, dont beaucoup de Nantais ne savent même pas à qui elle ressemble – certes Nantes est une grande ville, mais ce n’est pas normal ».

Talensac à l’abandon ?

Pour un autre commerçant : « ceux qui connaissent Johanna Rolland, qui elle est et à quoi elle ressemble, c’est en raison des bêtises qu’elle a faites – comme les migrants ou la hausse des tarifs et des amendes du stationnement. La plupart voient bien que la ville va de plus en plus mal, que Talensac semble à l’abandon – notamment en ce qui concerne la gestion des déchets, mais même l’apparence, l’état sanitaire, mais ils ne savent même pas que Johanna Rolland est le maire ».

Johana Rolland n’est guère visible sur les marchés. « En pleine réunion de gestion des marchés, le directeur – qu’on ne voit pas beaucoup non plus – nous a sorti qu’elle préférait les circuits courts. Comme si à Talensac il n’y avait que des circuits longs. En tout cas le traiteur prévu par le service du protocole pour l’inauguration, ce sont des chips et de l’industriel, merci pour nos métiers de bouche », constate un vendeur.

Pour un autre commerçant, « Johanna évite les marchés car elle craint les circuits courts – les plus courts qui soient : les baffes, direct du producteur au consommateur. C’est qu’elle en mérite. L’état de Talensac par exemple – par rapport aux Lices à Rennes ou même au marché de La Baule, Talensac fait honte, il n’y a rien qui n’est aux normes, et pourtant malgré le mépris souverain de la mairie, on travaille et on fait au mieux pour nos clients ». Bref, Madame « Johanna Qui », a manifestement des progrès à faire, question popularité, sur les marchés de la cité des Ducs.

LM

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V