page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Brexit, saison 3, épisode 2 : « La valse à 1 000 temps »

Et voilà que les députés des Communes ont refusé, ce mercredi 27, ce qui leur était proposé la veille par… les députés des Communes. Lundi 25, ils avaient écarté leur Premier ministre, Theresa May, de toute discussion sur le Brexit. Mardi 26, ils avaient décidé de décider entre eux de l’avenir du Royaume en Europe, et concocté huit propositions, huit devenirs possibles : départ sans accord, départ avec accord, pas de départ, élections européennes, nouvelle consultation populaire, etc. Avec un tel arc-en-ciel de propositions, les grosses têtes de la démocratie parlementaire, chapeautés par leur aboyeur en chef, John Bercow, président des Communes, devaient en remontrer aux dubitatifs quant aux capacités des intermédiaires à intermédier.

Las ! Huit votes, et huit bateaux coulés. Avec ou sans Premier ministre, la bataille navale des Communes aboutit toujours au même refrain : quant aux relations entre le Royaume et l’Europe, nul ne trouve de majorité pour quoi que ce soit. La dernière fois qu’il s’en trouva une, ce fut pour déléguer Mrs May vers Bruxelles, aux fins de déposer un dossier de demande de séparation. Ce qui fut fait le 29 mars 2017. En foi de quoi, accord ou pas accord dans le détail, le divorce serait prononcé le 29 mars 2019, au terme des deux ans de délai de réflexion et de négociation prévus par l’article 50 des traités d’adhésion européens.

Les Communes ne veulent ni rester, ni sortir

La semaine dernière, les 27 chefs d’État de l’Union Européenne (UE) ont accepté de repousser l’échéance au 12 avril en cas de non-accord, ou au 22 mai en cas d’accord. Les Communes ne veulent ni l’accord, ni le non-accord, autrement dit : ni rester, ni sortir. Compte tenu de l’engagement de sortie pris en mars 2017, c’est, du point de vue de l’UE, cette dernière majorité-là qui vaut contrat. Sauf… Sauf si, en cette saison de magie démocratique, un prestidigitateur sort un nouveau lapin de son chapeau, histoire de retricoter un nouvel épisode dans une saison à succès. Certes à succès, mais aux rebondissements lassants à force de tourner en rond.

Jean-François Gautier

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Nikola Zbořilová (Svoboda a přímá demokracie) : « Les frontières extérieures de l’Union européenne ne sont pas assez protégées » [Interview]

Découvrir l'article

Economie, International

Immigration. 1,1 million de migrants ont demandé l’asile dans l’UE en 2023 – seulement 90 000 expulsions

Découvrir l'article

Sociétal

L’Union Européenne finance largement un lobby trans

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

« Le PPE commence tout juste à comprendre les dangers de l’immigration de masse » : Entretien avec Geoffrey van Orden

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « La Hongrie décidera de son propre destin, pas Bruxelles »

Découvrir l'article

A La Une, International

Fabrice Leggeri sur l’immigration : « Nous devons lutter contre le faux discours diffusé par les ONG et la Commission Européenne »

Découvrir l'article

International

Immigration. En dix ans, les dirigeants actuels de l’Union Européenne ont permis l’entrée de l’équivalent d’un nouvel Etat membre

Découvrir l'article

Sociétal, Société

9 pays de l’UE ont refusé de signer la déclaration européenne des droits LGBT

Découvrir l'article

Tourisme

À la découverte de l’Écosse : 10 lieux incontournables à visiter en famille

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « Les prochaines élections européennes décideront de la guerre et de la paix en Europe »

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky