Être payé pendant deux mois pour rester au lit ? La NASA recrute !

A LA UNE

Le RN en tête aux Régionales en Bretagne. Un sondage LREM pour faire peur ?

 La République en Marche (LREM) a fait réaliser - et volontairement fuiter semble-t-il - un sondage sur les intentions...

« L’immigration est une chance pour la France » : 40 ans déjà

« L’immigration est une chance pour la France » : le plus souvent, de nos jours, cette formule est utilisée par antiphrase,...

Laurent Ryder : « La France compte plus de dix millions de joueurs et joueuses qui s’adonnent aux jeux vidéo »

E-sport, deviens le maître du jeu. Tel est le titre du livre de Laurent Ryder, aux éditions Dragon D'oc,...

Thierry Lentz : « Nous faisons tous du Napoléon sans le savoir » [Interview]

Thierry Lentz est le directeur de la Fondation Napoléon et enseignant à l’Institut catholique de Vendée. Il s'agit d'un...

Jean-Paul Gourévitch : « L’avenir de l’Union européenne ne se fera pas sans les Africains ni contre eux » [Interview]

La présence française en Afrique fait partie des tabous de l’Histoire. Depuis les indépendances, aucun pays d’Afrique francophone subsaharienne...

La NASA cherche des candidats pour rester au lit pendant deux mois à regarder des films et à lire des livres pour étudier les effets de la gravité artificielle. Une prestation rémunérée 16 500 euros…

Rester au lit pour la NASA

La NASA (National Aeronautics and Space Administration) et l’ESA (Agence spatiale européenne) mènent une étude conjointe afin d’apprendre comment la gravité artificielle peut contribuer à améliorer les problèmes de santé des astronautes qui s’aventurent dans des missions de longue durée.

Pour mener à bien leurs travaux, les deux organisations sont à la recherche de candidats pour effectuer une nouvelle série de tests qui vont se dérouler du mois de septembre au mois de décembre prochains. Quant aux tests en question, il s’agira pour ces 24 volontaires de rester allongés durant 60 jours dans un lit spécialisé. Une mission pour laquelle chaque participant recevra la jolie somme de 16 500 euros.

Pendant ces deux mois de « travail » qui se dérouleront à Cologne (Allemagne), les testeurs auront donc tout le temps pour lire des livres et regarder des films tandis que les scientifiques étudieront sur leurs corps les effets de la microgravité.

NASA
Source : ESA

Missions spatiales de longue durée

Parmi les conditions imposées aux volontaires, ces derniers devront donc rester allongés sur un lit incliné avec la tête à 6° sous l’horizontal pour simuler un voyage dans l’espace. De plus, ils passeront de temps en temps dans une centrifugeuse à bras court afin de « recréer la gravité » et ainsi renvoyer du sang vers les jambes.

Cependant, les candidats doivent répondre à certains critères : avoir entre 24 et 55 ans, être en bonne santé et parler allemand. Au cours de ces deux mois, les équipes de la NASA et de l’Agence spatiale européenne étudieront les individus 24 heures sur 24 afin de comprendre comment le corps des astronautes réagit lors de périodes prolongées dans l’espace. La principale préoccupation étant la perte de masse musculaire.

Ces batteries de tests ont un objectif bien précis : préparer au mieux les prochaines missions spatiales de longue durée. L’idée est alors de trouver le meilleur moyen pour irriguer correctement les astronautes lors de leurs voyages interorbitaux.

Gravité artificielle : quels effets ?

Autre enjeux de taille, celui de l’utilisation de la gravité artificielle, qui pourrait être la meilleure solution pour la protection de la santé des astronautes. Si, comme nous l’indiquions précédemment, la moitié des participants suivront des traitements similaires à ceux d’une chambre de gravité artificielle, l’autre moitié ne connaîtra pas ce « privilège ». L’expérience permettra donc d’établir une comparaison de la détérioration physique entre les deux groupes, avec et sans gravité artificielle.

Enfin, si l’étude en elle-même est prévue sur 60 jours, les candidats doivent disposer d’une disponibilité de trois mois. Une période d’orientation de cinq jours avant le commencement est programmée. De même qu’une période de réadaptation de deux semaines… De quoi faire prendre conscience aux volontaires des risques physiques encourus. Et relativiser ainsi le montant du salaire, pas si cher payé tout compte fait ! Les candidatures sont toujours ouvertes sur CE LIEN.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

Les derniers articles

Bruno Lafourcade : « Psychologie du parasite institutionnel »

"L'islam a fait des blanches de l'hyper-classe les ennemies des mâles blancs", "On devrait vivre en permanence les yeux...

Pr Christian Perronne : « La France est championne du monde de létalité du COVID »

André Bercoff reçoit le Pr Christian Perronne, chef du service d'infectiologie à Garches. Gestion du #Covid_19 : après le...

Brest. Nouvelle fusillade à Kerdern, un blessé

La guerre des gangs, ça se passe également à Brest, les métropoles bretonnes étant gangrénées, comme d'autres en France, par la violence et les...

La mairie de Nantes veut un sapin de Noël écolo, artificiel et énergivore

La France entière s’est moquée de Pierre Hurmic, le maire écolo de Bordeaux qui ne veut pas installer de sapin de Noël, un «...

Covid-19 : La macronie en déroute

Au programme de cette édition, l’exécutif étouffe ! Après plusieurs mois de crise sanitaire, les décisions du gouvernement sont toujours à rebours de toute...

Où sont les hommes ? Par Valek

L'instant détente du jour avec Valek, dans une vidéo intitulée « Où sont les hommes ? ». https://www.youtube.com/watch?v=vKcNj33gTh4 Illustration : DR Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -