Après Bellevue cette semaine, les quartiers nord. Un jeune homme qui circulait à scooter a été blessé rue de Toronto, ce 24 mai vers 17 heures. Les forces de l’ordre l’ont pris en charge rue de Brest où vit un de ses proches – peu avant, des riverains de la rue de Toronto ont vu deux personnes, à scooter, dont l’une avec une arme longue de type carabine.

D’autres tirs avaient eu lieu dans la même rue le 20 novembre 2017 – un jeune homme y avait été interpellé avec une réplique de Colt 1911, qu’il dit avoir utilisée pour faire fuir des agresseurs. D’autres tirs ont eu lieu plus au nord du quartier, rue de Québec, le 10 mai dernier et en 2018.

La drogue en toile de fond

Nonobstant le fait que certains riverains présentent ce microquartier comme tranquille, il est connu pour être devenu un lieu de vente de drogue – un peu plus calme et moins prisé que le Chêne des Anglais plus au nord. Par manque de troupes, les dealers de là-bas emploieraient maintenant des clandestins maghrébins : « il y a eu trop de dealers arrêtés, donc pour que le business continue, ils font appel aux mecs du bled qu’on voit habituellement vendre place du Commerce », explique un proche du dossier.

L’équation paraît simple : là où il y a de la drogue, il y a des tirs. Mais pas seulement. « Un mauvais regard, des jeunes qui exploitent une querelle entre ‘’grands frères’’ ou quartiers, une affaire perso entre deux jeunes de divers quartiers, une histoire d’amour… tout est prétexte à des tirs. Mais en toile de fond il y a la drogue et les tensions actuellement sur le marché », résume un policier nantais.

Louis Moulin

Photo d’illustration : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine