Islamisme radical, comment sortir de l’impasse ? Tel est le titre de l’ouvrage à paraitre le 13 juin écrit par Christian de Moliner. Aux éditions Pierre-Guillaume de Roux, dont voici la présentation ci-dessous :

Une minorité, seule une minorité des musulmans représente, en France, une source permanente de conflits, eux-mêmes générateurs de stigmatisation pour l’ensemble de la communauté : les islamistes dits radicaux. D’après Christian de Moliner, seul un statut particulier dotant cette minorité d’une autonomie relative lui permettra de trouver son équilibre et de coexister pacifiquement avec les autres citoyens.

Les nombreux précédents historiques, présents ici et ailleurs, alimentent sa réflexion notamment sur le terrain juridique. Quelles seraient les dispositions de la charia susceptibles d’être retenues ? Jusqu’où s’étendrait l’autonomie des enclaves ainsi créées ? Les droits fondamentaux édictés par notre Constitution seraient-ils préservés ? Ni ghetto, ni zone de non-droit, ni poudrière dissimulant l’existence d’un État dans l’État, l’enclave née du statut particulier accordée à cette frange de la population française devrait, à long terme, se révéler l’instrument d’un apaisement durable et, qui sait, d’une réconciliation décisive.

Islamisme radical, comment sortir de l’impasse ? – Christian de Moliner éditions Pierre Guillaume de Roux – 19 €

Nous avons interviewé l’auteur, ci-dessous :

Breizh-info.com : Encore un livre sur l’islam ! Vous ne pensez pas que le public est saturé ?

Christian de Moliner : Malheureusement qu’on le veuille ou non, l’islamisme est un des problèmes majeurs du pays, sans doute même le plus important. Le mois dernier nous avons eu un nouvel attentat à Lyon qui heureusement n’a fait que des blessés légers.

Dans le camp inverse, à Christchurch, un identitaire qui se serait radicalisé en France, a assassiné une cinquantaine de musulmans innocents. Une terrible guerre civile et ethnique entre islamistes et nationalistes risque d’éclater si on ne fait rien.

Breizh-info.com : Qu’apportez-vous de plus que la centaine d’essais qui évoquent ce sujet ?

Christian de Moliner : J’esquisse une solution que j’espère originale, celle de réactiver pour les musulmans volontaires le statut coranique qui a existé dans les colonies françaises jusqu’en 1962 et à Mayotte jusqu’en 2010 ; en effet dans ce territoire, la charia a été appliquée dans son intégralité à des citoyens français jusqu’en 2000, avant d’être progressivement abolie.

Le statut particulier est d’ailleurs reconnu par un article spécifique de la constitution de la cinquième République. Je ne propose pas une innovation législative ! En outre, en France les tribunaux qui ont à prononcer des jugements dans le domaine familial tiennent compte des lois du pays d’origine des plaignants s’ils sont étrangers. D’autre part, une dizaine d’États dont la Grèce et Israël ont une législation qui dépend de la religion de ceux à qui elle s’applique.

Breizh-info.com : Donc, vous préconisez d’introduire la charia dans l’Hexagone ?

Christian de Moliner : Certainement pas, car les lois instaurées par Mahomet sont contraires à la nécessaire égalité homme-femme.

Par exemple, il est hors de question qu’une fille touche une part d’héritage deux fois moins importante que son frère. Nous ne suivrons ni l’exemple de la Grèce qui applique la charia à tous les musulmans ni celui de l’Angleterre ; outre-Manche, les divorces entre musulmans suivent les dispositions islamiques et les femmes sont désavantagées notamment dans la garde des enfants et dans la possession du logement familial.

Je propose de faire le tri dans les lois coraniques et de ne retenir de la charia que les dispositions qui ne violent pas notre constitution. Je les détaille dans mon livre. Et surtout le statut coranique ne sera appliqué qu’aux musulmans volontaires et uniquement à eux. Un fidèle du prophète pourra s’il le souhaite être régi par la législation commune.

Breizh-info.com : Dans votre essai, vous préconisez de créer des enclaves musulmanes. Vous souhaitez la partition de la France et abandonner des pans de notre territoire aux islamistes ?

Christian de Moliner : Pas du tout ! Ces enclaves n’auraient que des pouvoirs limités ; elles ressembleront aux mairies de quartier de Paris. Elles seraient volontairement limitées en superficie, elles seraient coiffées par une structure municipale qui détiendrait la plus grande part des pouvoirs dévolus aux communes.

Les zones islamiques ne pourraient se mettre en place après un referendum local qu’avec l’accord des deux tiers des inscrits (et non des votants !). Quant à la police, elle pourra toujours intervenir dans les enclaves islamiques. Elles ne seront pas bien entendu des zones de non-droit.

Breizh-info.com : Que pourront faire alors les enclaves musulmanes ?

Christian de Moliner : Par exemple, elles auront le droit d’interdire la consommation d’alcool sur la voie publique ainsi que sa vente dans les commerces de l’enclave. Mais un musulman pourra toujours acheter une bouteille d’alcool ailleurs et la boire à son domicile. Une piscine située dans une zone islamique pourra appliquer des horaires particuliers pour les femmes, mais la grande majorité des plages devront rester mixtes.

Breizh-info.com : Vous allez dans le sens des islamistes en acceptant une bonne partie de leurs revendications !

Christian de Moliner : Il existerait une contrepartie indispensable. Le statut coranique et les enclaves musulmanes ne se mettront en place qu’en échange d’une répression accrue contre ceux qui injurient les musulmanes non voilées et les non-jeûneurs du ramadan.

Actuellement, ces délits ne sont pas sanctionnés. Je propose qu’ils soient assimilés au racisme puisque ceux qui commettent ces infractions assignent à leurs victimes une religion en se basant sur leur aspect physique.

En outre, on interdira à l’avenir toute procédure judiciaire qui se base sur une prétendue haine religieuse et qui ne sont en fait que des tentatives d’introduire le blasphème dans la législation française. Les juges d’ailleurs ne s’y trompent pas qui relaxent systématiquement ceux qui sont traînés devant les tribunaux, comme Éric Zemmour, George Ben Soussan ou Isabelle Kersimon. Je propose que ces procédures honteuses soient arrêtées dès le départ.

Breizh-info.com : En somme, vous souhaitez instaurer un Apartheid pour les musulmans.

Christian de Moliner : Certainement pas ! Dans l’Apartheid mis en place par les Blancs en Afrique du Sud, le lieu de résidence était déterminé par la race, les banlieues les plus lointaines étant dévolues aux Noirs. Les Sud-africains métis, noirs ou asiatiques n’avaient pas la liberté d’installation ni celle de circulation.

Pendant la nuit, ils étaient confinés dans leurs zones respectives. Rien de tel dans mon projet. Personne ne sera contraint de vivre dans les enclaves musulmanes. Ses habitants pourront déménager quand ils le souhaiteront. Un non-musulman pourra s’il le désire s’installer dans une zone islamique. Un fidèle du prophète pourra se promener où bon lui semble et à l’heure qu’il veut. Il n’y aura rien de commun avec l’Apartheid.

Breizh-info.com : Qu’espérez-vous avec les dispositions que vous préconisez ?

Christian de Moliner : Mon but est de permettre aux musulmans rigoristes de s’épanouir dans le respect de leur foi sans rien retirer aux non-musulmans. Selon les sondages un fidèle du Prophète sur trois est intégriste, soit un million et demi de personnes. On ne peut pas ignorer une telle masse.

À mes yeux, une bonne politique consisterait à concéder aux rigoristes des avantages limités sur des zones aux superficies réduites tandis que sur le reste du territoire on confinerait l’islam à la sphère privée en imposant une laïcité sans failles. Les mesures que je propose ne feront pas disparaître le terrorisme, mais elles contribueront à réduire la haine que beaucoup de croyants éprouvent envers la société occidentale. Les risques de guerre civile seront également limités.

Breizh-info.com : Ne craignez-vous pas de mettre le doigt dans un engrenage fatal, que les concessions que vous proposez ne mènent à terme de capitulation en capitulation à un véritable séparatisme musulman ?

Christian de Moliner : Actuellement l’islam est en train d’imposer sa loi. Si nous ne faisons rien le blasphème sera bientôt rétabli sous prétexte de haine religieuse, les cantines ne serviront que des repas halal. L’islam deviendra alors la religion dominante et nous devrons nous conformer en tout point à ses exigences. Je propose de réagir. Confiner pour mieux endiguer est la philosophie des mesures que je propose !

Propos recueillis par YV

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V