Les migrants marocains qui arrivent en Suède auraient, en grande majorité, la fâcheuse tendance à mentir sur leur âge…

Migrants marocains : majeurs à 90 %

Si la France est confronté à la question des migrants mineurs étrangers, elle n’est pas le seul pays en Europe. La Suède, où l’immigration extra-européenne est en passe de modifier profondément la société, a vu arriver sur son sol nombre de Marocains se prétendant mineurs non accompagnés.

Toutefois, la presse suédoise a récemment révélé que 90 % des migrants marocains venus en Suède ces dernières années et qui se disaient « mineurs » sont en fait des adultes. Au cours des sept dernières années, ce sont environ 1 800 hommes célibataires marocains qui ont demandé l’asile en Suède. Un chiffre qui ne tient évidemment pas compte des entrées illégales et donc non recensées.

Cependant, officiellement, le flux de migrants en provenance du Maroc vers la Suède aurait tendance à se tarir si l’on se fie aux chiffres rapportés par les autorités suédoises : depuis le début de cette année 2019, grâce à une « étroite coopération entre les gouvernements marocain et suédois », le nombre de demandeurs d’asile est tombé à environ 55, soit 20 % de moins par rapport à la même période l’année dernière.

Suède : des migrants et des problèmes

Ces migrants marocains arrivés en Suède cherchent à se faire passer pour des mineurs car ce statut leur assure une protection avec, notamment, le placement dans des centres d’hébergement et l’accès à diverses prestations sociales. De quoi les sortir de la rue. A contrario, lorsqu’ils sont identifiés comme étant adultes, ils risquent une arrestation et un rapatriement au Maroc.

En suède, les migrants marocains prétendus mineurs sont nombreux à être impliqués dans le trafic de drogue et la criminalité. Cependant, un nouvel accord entre la Suède et le Maroc, qui permet à la police des frontières de faire correspondre les empreintes digitales des mineurs non accompagnés aux bases de données du Maroc, a visiblement permis de freiner cette immigration.

Une fois leur vraie identité révélée, les faux mineurs marocains quittent généralement la Suède pour se rendre dans d’autres villes d’Europe, telles que Barcelone ou Paris. Et échappent donc à la police suédoise… ainsi qu’à un retour au Maroc. Mais les problèmes causés par ces extra-Européens ne sont alors que déplacés de la Suède vers d’autres pays comme la France. Où ces migrants, se prétendant à nouveau comme étant « mineurs », font régulièrement parler d’eux. Et pas en bien !

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V