Les vacances arrivent et les aéroports bretons vont bientôt faire le plein de voyageurs. Face à l’affluence, cela va être, comme à chaque année, un réel challenge pour le personnel des aéroports et pour les compagnies aériennes de maintenir la cadence sans embûches. Vols retardés ou annulés sont monnaie courante dans les aéroports. En bretagne, les aéroports de Rennes, Brest, Lorient et Quimper n’y échappent pas ! Savez-vous que pour la plupart de ces préjudices il est possible de se faire dédommager ? Pour que ces déconvenues ne ruinent pas votre voyage, voici comment vous y prendre si vous vous retrouvez dans une de ces situations.

Les annulations de vol

Si la compagnie aérienne vous notifie dans les 13 jours avant la date effective de votre vol que celui-ci est annulé, vous pourrez, en fonction de la situation et des alternatives proposées, demander un dédommagement. Les indemnités pour les vols annulés vont de 125€ à 600€ si vous avez effectué votre vol au sein de l’Union Européenne. À noter, la législation est différente aux États-Unis et pour les vols internationaux. Vous pouvez vous renseigner ici sur les modalités de remboursement de vol annulé.

Les retards de vol

Selon la législation européenne, tout vol accusant d’un retard de plus de 3 heures à l’arrivée à destination est éligible à une indemnisation. En fonction du retard de votre avion et de la distance parcourue, vous pourrez toucher entre 250€ et 400€. Encore cette fois, la législation est différente aux États-Unis et à l’international.

Si votre voyage inclut une escale et qu’à la suite de ce retard vous ratez votre second vol, vous pourrez aussi demander une indemnisation. Attention, pour prétendre à un dédommagement dans cette situation, les deux vols doivent avoir été réservé sous une seule référence de réservation.

Le cas des circonstances extraordinaires

Si un retard ou une annulation est dû à des circonstances extraordinaires comme des intempéries alors vous ne serez pas indemnisés. À noter, les problèmes techniques ne peuvent pas être utilisés par les compagnies aériennes comme justificatif de circonstances extraordinaires.

Le cas des grèves

Dans tous les aéroports il y a des mouvements de grèves à l’envergure plus ou moins importante. Si votre avion est annulé ou retardé en raison d’un mouvement de grève interne à votre compagnie aérienne, vous êtes tout à fait en droit de demander une indemnisation. En revanche, si la grève concerne le personnel de l’aéroport (contrôleurs aériens, douanes…) alors vous ne pourrez malheureusement pas prétendre à une indemnisation.

Faire une réclamation

Deux choix s’imposent à vous pour faire votre demande d’indemnisation :

  1. Effectuer votre demande directement auprès de la compagnie aérienne.

  2. Faire appel à un professionnel.

Les compagnies aériennes font souvent leur possible pour fuir leurs responsabilités et éviter d’indemniser leurs passagers. Pour être indemnisé au mieux, il est recommandé de faire appel à un professionnel du droit aérien comme AirHelp qui s’occupe de toutes les démarches pour vous gratuitement. Peu importe ce que vous choisissez, gardez toujours votre carte d’embarquement, les factures des dépenses engendrées et le document de confirmation de votre vol en guise de preuves.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine