Un article de Francetvinfo nous apprendre que le géant américain Facebook a accepté de fournir à la justice française l’adresse IP des auteurs de propos dits « haineux sur internet ».

Le secrétaire d’Etat au Numérique dans une interview accordée à Reuters, mardi 25 juin a ainsi déclaré : « Ils nous ont annoncé que (…), eu égard aux discussions qu’ils ont eues avec nous, ils allaient transmettre les adresses IP pour les contenus de haine en ligne qui seraient demandées par la justice. Ce qui est une énorme nouvelle

L’adresse IP est un numéro d’identification des moyens de connexion sur internet. Jusqu’ici, lorsque la justice française la demandait, Facebook ne la donnait que s’il s’agissait de dossiers relevant du terrorisme ou de la pédopornographie.

Désormais donc, une remarque dénonçant l’immigration ou évoquant une « submersion migratoire » ou encore des propos s’inquiétant de l’islamisation de votre région ou pays pourrait conduire facebook a communiquer votre adresse IP aux autorités, si celles-ci souhaitent engager des poursuites contre vous.

Cette décision a été prise parallèlement à la « loi anti cyber-haine » . Tout droit sortie de 1984 d’Orwell, cette loi vise à empêcher la tenue et la diffusion de propos haineux sur Internet. En réalité, ses instigateurs ouvrent la boite de Pandore pour criminaliser à terme toute opposition à l’immigration et même à la critique exacerbée des gouvernements en place. L’extrême droite- qui a mobilisé une entière commission parlementaire dirigée par une militante d’extrême gauche – semble en effet servir de simple prétexte, ou de première victime jugée plus « acceptable » à un vaste système de contrôle social et internet des populations.

Heureusement, il existe de nombreux moyens – jusqu’à ce que les autorités ne se décident à interdire les outils pour le faire comme en Chine – pour contourner ces menaces pour nos libertés. Non pas pour se laisser aller à des propos haineux sur Internet – le prétexte à votre contrôle – mais simplement pour évoluer sur Internet en toute liberté.

Ces moyens, ce sont notamment l’utilisation de VPN payants, qui permettent de cacher votre adresse IP lorsque vous vous connectez à un site Internet. Pour ne pas laisser de trace. Nous avons déjà plusieurs fois rédigé des articles sur les meilleures manières de protéger votre liberté et votre anonymat sur Internet.

Nous ne pouvons que vous inciter à les relire, à les diffuser, à les partager. C’est de vos libertés individuelles dont il s’agit encore une fois, sous le prétexte fallacieux de « propos haineux sur Internet ». Pour le reste, quitter Facebook peut également être une possibilité, d’autres réseaux sociaux moins liberticides, mais aussi moins populaires, existant aujourd’hui (VK notamment)

Crédit photo : DR
[
cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine