Matteo Salvini

En Italie, la crise gouvernementale guette. Matteo Salvini réclame désormais la tenue d’élections anticipées. De quoi faire voler en éclats la coalition réunissant la Lega et le Mouvement 5 Étoiles.

Matteo Salvini veut des élections

Matteo Salvini, vice-Premier ministre italien et leader de la Lega, a demandé jeudi 8 août que des élections anticipées aient lieu dans le pays. Il exhorte pour cela le Premier ministre Giuseppe Conte à convoquer à nouveau le Parlement pour confirmer que le gouvernement de coalition n’est plus viable.

Cette déclaration intervient dans un contexte de tensions permanentes depuis plusieurs mois entre la Lega de Matteo Salvini et ses partenaires du Mouvement Cinq Étoiles (M5S).

C’est par un communiqué que le ministre de l’Intérieur italien a annoncé ses intentions : « Allons tout de suite au Parlement pour prendre acte qu’il n’y a plus de majorité (…) et restituons rapidement la parole aux électeurs. » Il ajoute également : « Il est inutile d’aller de l’avant avec des ‘non’ et des disputes, comme ces dernières semaines, les Italiens ont besoin de certitudes et d’un gouvernement qui travaille ».

La dernière divergence majeure entre la Lega et le M5S est apparue au grand jour mercredi 7 août lorsque le Parlement a rejeté une motion du Mouvement 5 Étoiles visant à bloquer un projet de train à grande vitesse reliant l’Italie et la France. Si la formation a gagné une grande partie de sa popularité sur une opposition véhémente à ce vieux projet, elle a été mise en minorité par la Ligue et les partis d’opposition.

Giuseppe Conte tente de « recadrer » Matteo Salvini

Giuseppe Conte, qui avait eu des entretiens séparés avec Matteo Salvini et le président de la République italienne Sergio Mattarella pour tenter de dénouer la situation, a répondu dans la soirée du 8 août au leader de la Lega. En lui rétorquant que « ce n’est pas au ministre de l’Intérieur de convoquer le parlement ou de fixer l’agenda d’une crise politique ».

Giuseppe Conte a par ailleurs demander à Matteo Salvini de s’expliquer devant les Italiens sur « les raisons qui le poussent à interrompre de façon précoce et abrupte le travail du gouvernement ».

De son côté, Luigi Di Maio, leader du M5S et également vice-Premier ministre, s’est dit prêt à retourner aux urnes car, selon lui, « la Ligue s’est moquée des Italiens ». La coalition mise en place entre le M5S et la Lega, arrivée au pouvoir en juin 2018, a été ébranlée par des querelles incessantes.

La Lega donnée gagnante en cas d’élections

Si les méthodes de Matteo Salvini sont jugées discutables par certains observateurs, la probable victoire de sa formation politique en cas d’élections anticipées fait, en revanche, moins débat. La Ligue atteint désormais 39 % d’opinions favorables dans les sondages. Dans le même temps, le soutien au Mouvement 5 Étoiles a diminué de plus de moitié pour s’établir à 15 % au cours de la dernière année.

La Ligue a également triomphé aux élections européennes de mai, remportant 34 % des voix. Le M5S n’a quant à lui obtenu que 17 %, le plaçant en troisième position derrière le parti démocrate de centre-gauche, 23 %.

Ces derniers jours, Matteo Salvini, dont l’actualité riche ne cesse d’occuper réseaux sociaux et médias italiens, a entamé un voyage de deux semaines sur les plages du pays pour aller à la rencontre des électeurs.

Enfin, le Parlement italien pourrait se réunir à nouveau le 20 août. En cas de dissolution de ce dernier, la Constitution italienne prévoit la tenue de nouvelles élections dans un délai de 50 à 70 jours. Un scénario pour l’instant peu probable. Sauf à se rappeler qu’il se déroule en Italie…

Arthur Keraudren

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.