La poche de Saint-Nazaire. Un reportage au cœur de la Seconde Guerre mondiale [Vidéo]

A LA UNE

Lundi 9 septembre à 23h15, revivez un épisode méconnu de la Libération dans le documentaire inédit de France 3 Pays de la Loire : « La poche de Saint-Nazaire, une si longue occupation ».

Août 1944 : alors que Nantes célèbre sa libération par les forces alliées, les blindés américains se sont arrêtés avant Savenay (44). Une vaste zone, dont l’épicentre est Saint-Nazaire, érigée en forteresse allemande de l’Atlantique, va ainsi rester aux mains de 28 000 soldats du Reich qui s’y sont retranchés. Ils n’en sortiront que neuf mois plus tard, le 11 mai 1945, alors que la guerre est officiellement finie partout ailleurs, même à Berlin. Surtout, près de 130 000 civils français se retrouvent de facto pris au piège dans ce que l’on va prendre l’habitude d’appeler la « poche de Saint-Nazaire ».

Ils sont les « empochés », et tandis que la totalité du territoire français est libéré, ils demeurent sous l’emprise du joug nazi. C’est pour eux que l’Occupation sera la plus longue, les derniers mois de cet épisode final de la « poche » étant marqués par la pénurie alimentaire, l’absence d’électricité, les perquisitions, les dernières exécutions et la montée du désespoir face à une situation incompréhensible et interminable tandis que forces allemandes et forces alliées s’affrontent dans un siège quasi-moyenâgeux.

À vrai dire, tout au long de la Seconde Guerre mondiale, Saint-Nazaire et ses environs immédiats ont été d’une importance stratégique considérable. D’abord lieu d’évacuation des forces alliées et des civils fuyant l’avancée des troupes allemandes en 1940, Saint-Nazaire devient ensuite une forteresse allemande abritant l’une des plus grosses bases de sous-marins engagés dans la bataille de l’Atlantique.

Dès 1941, elle est la cible d’un des raids alliés les plus audacieux en 1942, puis ville martyre détruite à plus de 80 % par de multiples vagues de bombardements de 1942 à 1944.

Enfin, Saint-Nazaire et ses environs deviennent l’ultime poche de résistance des Allemands en France, faisant de la « poche de Saint-Nazaire » le dernier lieu non seulement de France mais aussi d’Europe à être libéré. Histoire unique, histoire méconnue, histoire largement oubliée, que les derniers témoins directs nous racontent.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. « Allahu Akbar », couteau, hache et dégradations : il écope d’une 19e condamnation

Un homme de 27 ans a écopé d'une 19e condamnation à Saint-Brieuc pour des faits de harcèlements et des...

Tennis. Rinderknech en patron, Moraing et Gabashvili en quarts !

Pour ce quatrième jour de compétition à l'Open de Tennis de Rennes, Arthur Rinderknech a fièrement défendu son titre,...

Articles liés