Tunisie. L’émiettement politique

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Le brouillard des commentaires médiatiques doit être dissipé par une analyse claire du résultat du premier tour des élections présidentielles tunisiennes.

Comme lors du précédent scrutin en 2014, le pays est coupé en deux régions géographiques et politiques, le nord favorisé et le centre-sud déshérité. Contrairement à ce que nous pouvons lire trop souvent, non seulement il n’y a pas de vainqueur clair, aucun candidat n’ayant atteint 20% des voix, mais, comme je l’explique dans cette analyse, les islamistes ne sont pas perdants.

Pour le second tour les jeux sont ouverts. Le juriste Kais Saïed qui a une image d’intégrité et dont la formule « La classe politique ne peut pas faire l’Histoire avec ses petites histoires », a fait une partie de son succès, bénéficiera des suffrages des antisystèmes, des déclassés et des islamistes. Quant à  Nabil Karoui, s’il sort de prison, il recueillera les voix  de tous ceux qui ont à craindre d’un Kais Saïed hors système et donc hors contrôle.

Six grands enseignements peuvent être tirés du premier tour des élections présidentielles tunisiennes :

1) Le taux de participation est très faible : 45% contre 64% en 2014.

2) L’essaimage des votes est frappant entre les dix-sept candidats

3) Le total des voix obtenues par les trois principaux candidats n’atteint pas 50%.

Lire la suite en vous abonnant à l’Afrique réelle, journal dirigé par Bernard Lugan.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« N’y va pas». Lettre ouverte à Éric Zemmour [ L’Agora]

Cher Camarade, C’est comme ton Grand Ancien, puisque tu es sorti de la rue Saint-Guillaume promotion 1979 (SP) et moi...

Armée. La réponse d’un militaire d’active à la lettre du général Lecointre

Suite à la publication de la lettre ouverte d'anciens militaires et de celle de militaires d'active, alertant sur la...

Articles liés

Coronavirus. L’UE va donner 450 millions d’euros au Maroc, 250 millions à la Tunisie

L'UE va jouer les philanthropes sur le continent africain en accordant une aide financière au Maroc et à la Tunisie. Un choix vraiment prioritaire...

Tunisie : Kaïs Saïed, un « Robocop » antisystème ? [Vidéo]

Inconnu de la scène politique, Kaïs Saïed vient d’être élu président de la république de Tunisie. Ancien professeur de droit, sans expérience politique, sans...

Les Tunisiens de France ont-ils massivement voté islamiste ?

Les résultats officiels des dernières législatives tunisiennes ont été divulguées le 8 novembre par l’ISIE, l’autorité officielle chargée des élections. Les seules circonscriptions dont...

Le président Ben Ali, l’homme qui avait sauvé la Tunisie de la révolution islamiste

La mort du président Ben Ali, l’homme qui avait sauvé la Tunisie de la révolution islamiste et qui l’avait sortie du sous-développement La révolution tunisienne...