The Keeper, excellent film primé au Dinard Film Festival 2019 (+ bilan du festival)

A LA UNE

Le Dinard Film Festival est déjà terminé. Rendez-vous l’année prochaine donc, pour une nouvelle organisation, avec une nouvelle direction, cette édition étant la dernière du président actuelle, M. Hindi.

À l’occasion de ce Dinard Film Festival, c’est le film The Keeper qui a remporté le prix du jury, le Hitchkock d’or, ainsi que celui du public.

Synopsis du film : 

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Margaret se rend dans un camp de prisonniers près de Manchester avec son père. Ce dernier, entraîneur de l’équipe de foot locale, repère un soldat allemand, Bert Trautmann. Impressionné par les prouesses du jeune homme dans les buts, il parvient à le faire sortir du camp pour l’intégrer à son équipe.

Une fois n’est pas coutume, nous sommes d’accord avec le public comme le jury, ce film est excellent. Bien filmé, bien joué, prenant, on passe vraiment un bon moment cinématographique.

À noter qu’assez démagogiquement, histoire de « faire gagner tout le monde » sans doute,  le jury a décidé de remettre une mention spéciale à toutes les actrices et acteurs des six films en compétition.

Et cela même alors que des films comme Animals ou Only You, ou encore Cordelia, n’avaient clairement pas le niveau pour figurer en compétition. À l’inverse, The Last Tree, ou encore VS, sont deux belles surprises de cette sélection, qui sont également d’excellents films (voir ici notre présentation de tous ces films).

Dinard Film Festival 2019 : Meadows, Loach, For Sama, les bonnes surprises et confirmations

Hormis les films en compétition, qui attirent toujours beaucoup (un peu trop parfois) de monde, il y a énormément d’avant-premières et de projections spéciales qui valent parfois encore plus le coup d’œil. C’était à nouveau le cas cette année, avec trois coups de cœur nous concernant : la série The Virtues, de Shane Meadows, dans la continuité de son œuvre et sur les traces du roi du cinéma social britannique, Ken Loach.

Synopsis de The Virtues (4 épisodes) :

Alors qu’il combat sa dépendance à l’alcool, Joseph voit son monde s’écrouler lorsque sa femme quitte Liverpool pour débuter une nouvelle vie avec leur jeune fils en Australie. Ainsi abandonné et malheureux, le jeune homme se dirige vers le sud de l’Irlande pour affronter les souvenirs refoulés de son enfance en foyer d’accueil et pour renouer avec sa sœur Anna, longtemps perdue de vue, qui jusqu’à présent pensait que son frère était mort. Outre ses démons, Joseph voit sa situation se compliquer quand il se rapproche de Dinah, également hantée par son propre passé.

En coup de cœur de la semaine, on retiendra également Sorry we missed you, car c’est toujours un plaisir de découvrir en exclusivité un nouveau Ken Loach, une fois de plus réussi.

Synopsis du film : 

Ricky, Abby et leurs deux enfants vivent à Newcastle. Leur famille est soudée et les parents travaillent dur. Alors qu’Abby travaille avec dévouement pour des personnes âgées à domicile, Ricky enchaîne les jobs mal payés ; ils réalisent que jamais ils ne pourront devenir indépendants ni propriétaires de leur maison.
C’est maintenant ou jamais ! Une réelle opportunité semble leur être offerte par la révolution numérique : Abby vend alors sa voiture pour que Ricky puisse acheter une camionnette afin de devenir chauffeur-livreur à son compte. Mais les dérives de ce nouveau monde moderne auront des répercussions majeures sur toute la famille…

Enfin, même si d’autres films ont attiré notre attention (Peterloo, et A girl from Mogadisciu notamment), gros coup de cœur également avec For Sama, drame documentaire évoquant les conséquences du siège d’Alep en 2016 sur les population civiles.

Waad al-Kateab est une jeune femme syrienne qui vit à Alep lorsque la guerre éclate en 2011. Sous les bombardements, la vie continue. Elle filme au quotidien les pertes, les espoirs et la solidarité du peuple d’Alep. Waad et son mari médecin sont déchirés entre partir et protéger leur fille Sama ou résister pour la liberté de leur pays.

En conclusion, cette édition du Dinard Film Festival est réussie, avec quelques vrais bons films. Toujours une sélection qui parfois interroge eu égard à la différence de niveaux entre certains films, mais on a hâte, une fois de plus, de découvrir ce que cela donnera l’année prochaine.

Et cela avec ou sans Brexit. On peut en effet regretter le Brexit, et ses conséquences, mais on peut aussi regretter que la direction du festival n’ait pas provoqué de vrai débat, n’invitant que des opposants au Brexit à parler entre convaincus lors des différentes occasions qui leur ont été données durant le festival… pas très démocratique… mais porteur médiatiquement assurément !

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Covid-19. Professeur Raoult : « aucune différence significative » entre vaccinés et non vaccinés sur la mortalité [Vidéo]

L'année 2021, tout comme la précédente, a été marqué du sceau du Covid-19. Le directeur de l'IHU de Marseille...

L’Amérique : de la pensée biblique à la pensée unique..

La pensée unique qui ravage le monde occidental est le dernier avatar de la pensée biblique dont l’origine se...

Articles liés