Ni Putes ni soumises : vie et mort d’une entreprise féministe

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Au 1er janvier, l’association féministe moribonde met la clé sous la porte. Elle doit quitter son siège social de Montreuil, en laissant 11 000 euros de loyers impayés. Le secrétariat d’état à l’égalité hommes-femmes a fait la sourde oreille à ses demandes de secours : « Le rôle de l’État n’est pas de maintenir des associations sous perfusion d’argent juste sur leur réputation quand les militantes ou les projets ne sont, hélas, pas au rendez-vous », lui a répondu Marlène Schiappa (Journal du Dimanche). Stéphanie Rameau, qui a pris les commandes de l’association en 2016, n’est donc pas parvenue à redresser la barre : avec une quarantaine de bénévoles, les dernières souscriptions militantes n’ont recueilli que 300 euros !

Fadela Amara et la tentative d’introduction du féminisme dans les quartiers immigrés

Fadela Amara, la franco-algérienne qui a fondé la structure en 2003, semble aux abonnés absents. Cette inspectrice générale des affaires sociales (parmi les fonctionnaires les mieux payés de France) aurait pourtant pu en rappeler les plus belles années.

A son apogée l’association avait un chiffre d’affaires de 500 000 euros (100 % subventions publiques) et un siège au cœur de Paris (abandonné en 2017, également pour des raisons d’impayés). Au début des années 2000, Fadela Amara, titulaire d’un CAP comptabilité et alors cadre chez SOS Racisme, se rend compte que le créneau du féminisme dans les quartiers est laissé en friche. Or c’est là pense-t-elle que les besoins sont les plus criants. Les femmes y sont placées par les hommes devant l’alternative : soit rester soumises (au voile, aux mariages arrangés ou forcés, aux mutilations génitales…), soit être traitées comme des putes (harcèlement de rue, insultes, agressions, …).

Ni putes ni soumises rencontre un large écho dans les médias et chez les politiques, mais pas vraiment sur le terrain des banlieues. Cette popularité médiatique va conduire Fadela Amara jusqu’au gouvernement en 2007, comme secrétaire d’état à la politique de la Ville (Ville = banlieue dans le langage administratif).

Les choix perdants d’une association sans base militante

La défaite de Sarkozy en 2012 marque le début de la fin pour l’association (pas pour Fadela qui continue dans la haute fonction publique sans avoir à passer de concours). D’ailleurs la structure n’a pas fait évoluer son business model qui est aujourd’hui complètement déconnecté du féminisme actuel. En effet, selon la version féministe intersectionnelle, les banlieusards ne sont pas plus machos que cela. C’est au contraire du patriarcat blanc que les femmes immigrées doivent être libérées et le voile est un choix comme un autre, voire un symbole d’émancipation décoloniale.

Ce nouveau féminisme tient un raisonnement qui parle à tout le monde, même s’il est factuellement faux : le féminicide par exemple est un phénomène essentiellement extra-européen

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Capitaine de gendarmerie (r) Alexandre JUVING-BRUNET : « Notre armée est infiltrée »

Voici un document, extrait du site place d'armes, rédigé par le Capitaine de gendarmerie (r) Alexandre JUVING-BRUNET, témoignage de...

Auray (56). Retour sur la manifestation contre la tyrannie sanitaire [Vidéo]

Une centaine de personnes se sont rassemblées  samedi 8 mai 2021 sur la place de la République, à Auray (Morbihan)....

Articles liés

Dinard. Un cycle de conférence intitulé : Des Géants de la culture américaine et leur attachement à la France au XXe siècle

Un cycle de conférence intitulé, Des Géants de la culture américaine et leur attachement à la France au XXe siècle se déroulera cette année,...

Insécurité. Lancement de l’Association française pour l’Autodéfense

L'Association française pour l'Autodéfense est une toute nouvelle association basée à Toulouse mais à vocation nationale, qui entreprend de vouloir aider les Français à...

« Les associations ». Ces groupes minoritaires qui ont l’oreille du gouvernement sur les migrants

13/01/2018 – 06h00 Paris  (Breizh-info.com) –« Les associations ». Par cette appellation, ne comprenez pas les 1,3 millions d'associations qui existent officiellement en France...

Nantes. Une association de jeunesse subventionnée par la mairie organise une exposition sur les stéréotypes de genre dans les jouets

16/03/2017 – 07h30 Nantes (Breizh-Info.com) –   L'association TriptiC, pépinière d'initiatives 16-25 ans à la Bottière, un quartier "sensible" nantais, a organisé du 6 au...