La question de l’emploi ne concerne pas seulement les travailleurs, mais également les élus. C’est ce que rappelle – indirectement – Jean-Luc Chenut à Florian Bachelier.

On sait que Florian Bachelier (LREM), député de Rennes-Saint-Jacques-de-la-Lande et premier questeur de l’Assemblée nationale, n’a pas la tripe bretonne. Pourtant, il vient d’évoquer son souhait de création d’une assemblée de Bretagne : « Je rappellerai que notre département, avec un peu plus d’un million d’habitants, dispose en son sein de huit députés, quatre sénateurs, 54 conseillers départementaux, 25 conseillers régionaux, 122 élus métropolitains rennais, 61 élus municipaux rennais et une kyrielle de syndicats, sociétés publiques locales, sociétés d’économie mixte et autres groupements d’intérêts publics qui nous expliquent quels jours on peut travailler » déclare-t-il à Ouest-France.

Bref, M. Bachelier veut « moins d’élus professionnels, mais des élus aux compétences clarifiées, dont chaque citoyen sera capable de dessiner le périmètre de responsabilités et de financement. » Pas content, Jean-Luc Chenut (PS), président du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, réplique : « Certaines positions exprimées témoignent a minima d’une profonde méconnaissance de la réalité du travail des élus, connectés au terrain, contrairement à d’autres. Les déclarations de Florian Bachelier sont l’expression d’une vision verticale et technocratique, qui veut neutraliser tous les corps intermédiaires. » (Ouest-France, 17 janvier 2020).

Jean-Luc Chenut ne dit pas tout. La création d’une assemblée de Bretagne entraînerait automatiquement la disparition des conseils départementaux et de leurs présidents. Que deviendrait M. Chenut ? Inscrit à Pôle emploi ? Retraité de la politique ?

Le PS aurait également tout à perdre si ce projet prenait corps. Un exemple : Marc Hervé (fils de son père), à la fois adjoint au maire de Rennes et conseiller départemental d’Ille-et-Vilaine. Deux mandats, cela signifie deux indemnités qui lui permettent de vivre paisiblement. Mais si l’un des deux venait à disparaître, ce serait la gêne… Notons également que ce système de plusieurs casquettes que les cadres du PS maîtrisent parfaitement permet de professionnaliser les éléments les plus valeureux de la galaxie « socialiste ».

On comprend donc que Jean-Luc Chenut a bien raison de défendre l’emploi – le sien et celui de ses troupes.

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V