Tournoi des 6 nations 2020. C’est parti ! Analyse et Pronostics

A LA UNE

C’est le retour du Tournoi des 6 nations, un an après le titre remporté par le Pays de Galles, avec brio. Un tournoi qui semble particulièrement ouvert, et qui débute par deux matchs ce samedi (Pays de Galles-Italie puis Irlande-Écosse) avant le France-Angleterre de dimanche, match qui sent la poudre ! Voici notre analyse et nos pronostics, pour la première journée et pour le titre.

Pays de Galles-Italie, samedi, 15h15

D’un côté, une nation en pleine bourre, le Pays de Galles, éliminée en demi-finale de la Coupe du monde face à l’Afrique du Sud, et qui a remporté le Tournoi des 6 nations l’an passé. De l’autre, une équipe italienne qui ne gagne plus dans le tournoi depuis 2015 et qui est sortie très tôt de la Coupe du monde.

Une équipe dont les joueurs, paradoxalement, progressent depuis deux-trois ans sous les couleurs du Benetton et du Zèbre. Mais il lui manque quelque chose.

Pour ce match, on voit le Pays de Galles dérouler facilement et prendre le bonus offensif.

Les compos probables : 

Halfpenny – Rees-Zammit, Tompkins, Parkes, Adams – (o) Biggar, (m) G. Davies – Tipuric, Moriarty, Wainwright – A. W. Jones (cap.), Ball – Lewis, Owens, W. Jones

Minozzi – Sarto, Benvenuti, Bellini, Padovani – (o) Allan, (m) Palazzani – Polledri, Steyn, Negri – Zanni, Budd – Lovotti, Bigi (cap.), Riccioni

Irlande-Écosse, samedi, 17h45

Match entre deux nations dans le doute. L’Irlande n’a pas fait une grosse Coupe du monde, sortie en quart de finale par la Nouvelle-Zélande et battue par le Japon en poule, battue deux fois pendant le tournoi l’an passé par le Pays de Galles et l’Angleterre. Il manque quelque chose à cette équipe, et la bonne forme actuelle du Leinster, invaincu depuis le début de la saison, ne peut pas masquer les errements du Munster, et l’instabilité de l’Ulster (et la médiocrité combattive du Connacht). Il semblerait qu’il y ait des difficultés à redevenir la grande équipe d’il y a deux ans et de la victoire contre les Blacks. Les Irlandais ont l’occasion de prouver que les observateurs ont tort, avec une nouvelle génération tout aussi talentueuse que la précédente.

En face, l’Écosse, que l’on pensait en renouveau, et qui finalement, ne montre pas grand chose, ni en équipe nationale, ni avec Glasgow et Édimbourg. Une Écosse qui s’est séparée de Finn Russell par ailleurs, mais qui compte un gros nombre de joueurs talentueux.

XV de départ :  15. Larmour ; 14. Conway, 13. Ringrose, 12. Aki, 11. Stockdale ; 10 Sexton (cap.), 9. Murray ; 7. Van der Flier, 8. Doris, 6. Stander ; 5. Ja. Ryan, 4. Henderson ; 3. Furlong, 2. Herring, 1. Healy.

Remplaçants : 16. Kelleher, 17. Kilcoyne, 18. Porter, 19. Toner, 20. O’Mahony, 21. Cooney, 22. R. Byrne, 23. Henshaw.

Hogg (cap) – Maitland, H. Jones (ou R. Hutchinson), S. Johnson, Kinghorn – (o) A. Hastings, (m) A. Price (ou G. Horne) – J. Ritchie, H. Watson, Bradbury (ou Du Preez) – J. Gray, Gilchrist – Nel (ou Ferguson), Brown (ou McInally), Dell

France-Angleterre, dimanche, 16h

C’est le match le plus indécis du week-end. D’un côté une équipe de France moribonde depuis plusieurs années, mais avec un groupe totalement remanié, plein de jeunes qui en veulent, et qui surtout, font leurs preuves dans les équipes du Top 14 où ils évoluent. De l’autre, l’Angleterre, finaliste de la dernière coupe du monde, mais remaniée (8 nouveaux) elle aussi pour repartir sur un nouveau cycle.

Jefferson Poirot, Cyril Baille ; Julien Marchand, Camille Chat ; Demba Bamba, Mohamed Haouas ; Bernard Le Roux, Boris Palu, Romain Taofifenua, Paul Willemse ; Gregory Alldritt, Dylan Cretin, François Cros, Alexandre Fischer, Sekou Macalou, Charles Ollivon.

Antoine Dupont, Baptiste Serin ; Matthieu Jalibert, Romain Ntamack ; Gaël Fickou, Virimi Vakatawa, Arthur Vincent ; Gabriel Ngandebe, Damian Penaud, Teddy Thomas ; Vincent Rattez, Anthony Bouthier.

On voit un très gros affrontement entre les deux équipes, qui se soldera par une victoire de l’équipe de France. À noter la titularisation d’Anthony Bouthier, ancien joueur du RC Vannes. Chapeau l’artiste.

Au final, ce Tournoi des 6 nations peut être un des plus serrés de ces dernières années. Mais on voit une victoire surprise de la France à la fin. Que le meilleur gagne, que le public se régale !

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rugby. Le RC Vannes atomise Agen et sonne le réveil à La Rabine (46-3)

C'était le match qu'il ne fallait pas perdre, et le RC Vannes a fait le boulot, vendredi soir, à...

En 2022, lutte des classes ou lutte identitaire ? Bégaudeau et Bousquet face-à-face

À l’approche des Présidentielles de 2022, rien n’est encore joué. Emmanuel Macron jouit d’une remarquable stabilité à 24% des...

Articles liés