Accouchement et suivi de grossesse pendant la pandémie. Les principales recommandations

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Dans ce contexte de pandémie de coronavirus, les femmes enceintes s’inquiètent légitimement des conditions de suivi de leur grossesse, de leur accouchement et de retour à la maison. Le CNGOF et le SYNGOF reviennent sur les recommandations à respecter scrupuleusement et l’impérieuse nécessité sanitaire de limiter au maximum le flux de personnes dans les hôpitaux. Voici les conclusions ci-dessous :

Suivi de grossesse

Le suivi de grossesse doit se faire en priorité par téléconsultation. Si une consultation est indispensable (échographies de grossesse et pelviennes pour les pathologies gynécologiques), la patiente doit consulter les gynécologues ou les sages-femmes libéraux. Si la venue à l’hôpital est nécessaire, en particulier pour les grossesses à risque, les contacts sont très limités avec les autres patients et les soignants portent des masques. Il ne peut y avoir d’accompagnant lors de ces consultations ou échographies.

Accouchement

Dans chaque région, les maternités élaborent actuellement leur protocole de prise en charge des accouchements. Ils sont semblables au protocole de référence qui a été élaboré en Alsace, région la plus durement touchée par l’épidémie de COVID-19 à ce jour.

À l’heure actuelle, la présence de l’accompagnant est parfois acceptée durant l’accouchement, sous réserve de conditions drastiques à respecter. En revanche, aucune visite n’est autorisée et le conjoint ne peut accompagner la mère et l’enfant dans la chambre de suite de couche.

Bien entendu, nous comprenons la dureté de cette situation pour les parents, en premier lieu pour la mère pour qui la présence du conjoint est apaisante et rassurante. Mais la vague épidémique inédite à laquelle nous sommes aujourd’hui confrontés nous oblige à réduire au maximum les contacts et le nombre de personnes extérieures aux personnels soignants pour dresser un barrage contre les risques de contamination.  En effet, un individu peut être contagieux avant même l’arrivée des symptômes et peut contaminer directement ou indirectement des soignants ou d’autres personnes hospitalisées.

Mise en garde contre l’accouchement au domicile et les risques associés

Devant l’impossibilité pour leur conjoint de les assister après l’accouchement, certaines femmes envisagent de se tourner vers l’accouchement à leur domicile. Il convient de les mettre en garde contre les risques auxquels elles s’exposeraient au regard des difficultés du système de soins actuels. En cas de problème, les SAMU débordés pourraient ne pas arriver à temps et la réactivité des services d’urgences pour la prise en charge des hémorragies de la délivrance à domicile ne sera pas la même dans la crise sanitaire que nous vivons.

Après l’accouchement

Les données scientifiques dont nous disposons montrent qu’il n’y a pas de risque de transmission du virus in utero ni à la naissance et qu’il n’y a pas de passage du virus dans le lait. Le risque de transmission est à craindre après la naissance par les mains ou par la respiration.

Si la maman est positive au COVID-19, elle devra porter un masque chirurgical en permanence. Dans la mesure où il n’y a pas de passage du virus dans le lait, l’allaitement direct ou l’alimentation après avoir tiré son lait sont possibles chez une mère suspecte ou confirmée d’infection à COVID-19. Pour toutes les mamans, il est donc essentiel de respecter les règles d’hygiène strictes, avec lavage des mains réguliers à l’eau savonneuse, friction des mains avec une solution hydro-alcoolique à chaque fois avant de s’occuper du bébé, bien attendre que les mains soient sèches avant de prendre le bébé, ne pas toucher le masque ou le visage et compléter par un lavage des seins au savon doux non odorant et à l’eau.

Différents établissements ont mis en place des sorties précoces, d’une part pour limiter l’exposition de la mère et du bébé à différents intervenants qui pourraient être contagieux, mais surtout pour permettre un retour rapide à la maison, proche du conjoint pour lequel les visites ne sont pas autorisées. Ces sorties précoces s’appuient sur un réseau très dense de sages-femmes libérales qui ont l’habitude de travailler avec ces maternités dans le cadre du programme de retour à domicile (avec ou sans PRADO).

Nous soulignons que ces recommandations ont reçu l’entière adhésion du Collectif Interassociatif Autour de la Naissance (CIANE).

Coronavirus et grossesse, quels risques ?

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Cyclisme. Gino Mäder remporte la 6ème étape du Giro

La sixième étape du Giro 2021 s'est déroulé le jeudi 13 mai, première étape s'achevant par une ascension... ce...

Articles liés

Des particules de microplastiques colorées ont été découvertes dans le placenta de fœtus

Pour la première fois, des scientifiques italiens ont annoncé dans une étude avoir découvert des microparticules de plastique colorées dans le placenta de fœtus...

IVG. Les Français préoccupés par la banalisation de l’avortement et ses conséquences psychologiques

Ce jeudi 8 octobre, l'Assemblée nationale va débattre autour d'une proposition de loi déposée par des députés proches de l'extrême gauche visant à allonger...

Avortement. Plus de 232.000 IVG ont été pratiquées en France en 2019

Plus de 232.000 IVG (Interruption volontaires de grossesse) ont été pratiquées en 2019 en France. Il s'agit du plus haut niveau depuis 30 ans,...

Test de grossesse dans le handball : les joueuses de Nantes soutiennent le médecin

L'accusation était lourde : des tests de grossesse pratiqués dans le club de handball de Nantes sans l'assentiment des joueuses. L'explication du club s'est...