Baptiste Beaulieu est un médecin généraliste né au milieu des années 80. Jusque-là, tout va bien, rien que d’anodin. Mais Baptiste Beaulieu se prend aussi pour un écrivain et une grande conscience publique, sans doute ferait-il mieux de s’occuper de ses malades. Spécialisé en addictologie et en violences conjugales, il en a tiré une vision noire de la société et particulièrement des relations entre les hommes et les femmes. Il faut toujours se méfier des médecins qui veulent écrire : Rabelais, Léon Daudet ou Céline avaient au moins un grand style et une immense culture, même s’ils étaient humainement plus ou moins supportables.

Inculture et dictature

Baptiste Beaulieu, lui, n’a pas de style et n’a lu aucun livre. Hélas, il en a commis qui se sont bien vendus. Depuis, il est invité sur France Inter et fait profession d’insulter les hommes, tous les hommes, tous menteurs, violents, haineux envers les femmes.

Que nous racontait-il le 9 mars 2020, pour changer ? « J’en ai marre des mecs, mais marre, marre, marre… ». Le public aussi en a marre, surtout des collabos d’une sorte d’utérisation du monde d’un côté (on devrait dire hystérisation, mais c’est plus clair ainsi) et des racailles sans éducation de l’autre, qui, elles, martyrisent les femmes et les insultent – sauf leur mère évidemment. Mais ce n’est pas de ces « mecs » là que nous parle Baptiste Beaulieu. Lui nous parle du macho blanc européen du quotidien, du misogyne ordinaire, de Dupont-la-joie qui menace l’harmonie du monde par son unique présence qui infecte la terre.

France Inter, radio haine ?

Sur France Inter, devenue ce matin-là la radio de la haine du Français, subventionnée par les Français, M. Beaulieu entamait ainsi sa diatribe au mois de mars de l’an de grâce 2020 :

« Si vous saviez comme j’en ai marre de nous, de nos petites lâchetés, de nos petites trahisons, de nos petits égos de coq, toujours mal placés, de nos angles morts permanents, et de nos orgueils démesurés… »

Ça aurait pu commencer autrement : scientifique, argumenté, mesuré, dialectisé. Ah non, pardon, on est sur Radio France : il n’y a jamais rien à prouver, seulement à asséner, puisque les chroniqueurs ont préalablement été sélectionnés sur leur bonté naturelle, qui les sépare du reste du monde, qu’ils doivent d’ailleurs convertir et élever jusqu’à eux, pour nous rééduquer en quelque sorte.

Le médecin-romancier-chroniqueur Beaulieu poursuit en disant qu’il n’a pas du tout envie de parler des hommes – ces raclures – puisqu’on est au lendemain de la journée de la femme, mais tout de même il ne peut résister au plaisir de leur foutre un plomb en passant – les abrutis. Il nous entretient donc durant cinq minutes de problèmes d’infertilité masculine et des injustices qui en découlent. Car, non contents d’être incapables de se reproduire, Dieu merci, lesdits hommes – ces jean-foutre – se vengent sur leur chère compagne, forcément. C’est un médecin qui le dit depuis son petit cabinet de Toulouse, voilà la vérité sur radio haine.

Caricatures

Et d’enchaîner les exemples : Monsieur G. qui a mal durant les rapports accuse sa femme, l’envoie consulter, alors que c’est lui – le pauvre type – qui « urine du pus ». Monsieur R. insulte sa femme qui n’arrive pas à enfanter alors qu’elle a déjà eu des enfants auparavant d’un autre homme – le crétin. Monsieur L. expédie sa femme avorter pendant que lui joue à la Playstation. Après avoir aligné les cas gênants, voire à vomir, de cet acabit, dont rien ne nous prouve qu’ils ne soient pas nés dans son esprit fertile d’idéologue, le gentil Beaulieu conclut :

« Être une femme hétérosexuelle, c’est quand même devoir choisir parmi un cageot rempli de fruits pourris celui qui vous pèsera le moins sur l’estomac. Alors oui, je sais on va me dire “pas tous les hommes”, eh bien je m’en fous : tant qu’il en restera un seul de pourri, il en sera de la responsabilité des autres de l’écarter le temps qu’on lui inculque ce qu’il faut de respect et de dignité ».

Tant que l’homme hétérosexuel, européen s’entend, n’est pas entièrement rééduqué selon les critères qu’il a seul choisis Baptiste ne déposera pas les armes. Notons que ces crimes et délits ne le concernent pas lui-même, sans doute un cas à part. M. Beaulieu illustre à merveille l’art contemporain européen de battre sa coulpe sur le cœur des autres. Et parce que des hommes défaillent, pêchent, il faut tous les abattre. Les khmers nouveaux de France Inter ont réhabilité les procès collectifs, sans autre preuve que leurs témoignages. Ils croient se débarrasser de la violence avec les hommes blancs hétérosexuels. Ils récolteront pis, mais avec bonne conscience. Joli temps en France pour les Fouquier-Tinville radiophoniques, et pour France Inter alias radio haine.

Source : OJIM