Nantes : le drive du marché de Talensac fait un carton

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Les marchés de Nantes sont toujours fermés – une position idéologique défendue par le DGS de la ville de Nantes alors que les villes de l’agglomération ont presque toutes rouverts leurs marchés. Mais entraver le travail des commerçants et des producteurs n’a malheureusement pas évité à la maire socialiste Johanna Rolland d’attraper le coronavirus. Néanmoins, le drive du marché de Talensac rencontre un réel succès, au point que l’initiative est reprise pour remplacer deux autres marchés nantais, et maintenant à Bouguenais.

Avec maintenant 200 à 250 voitures par jour, le drive a dû étendre ses horaires de 8h00 à 13h00 et s’installer sur le côté du marché, face à Picard, avec maintenant quatre camions (légumes, boucherie, poisson, fromages) où sont préparées les commandes. Pour les passer, les clients vont sur le site du marché, et l’encaissement est fait en une fois par l’association des commerçants, qui redistribue ensuite aux commerçants concernés ; un webmaster a même du être engagé pour améliorer le site du marché.

Et les chiffres sont au rendez-vous : « Ce samedi, on a fait de l’ordre de 22.000 € de chiffre d’affaires, le dimanche un peu plus de 30.000 »,explique un commerçant. A partager évidemment entre la quinzaine de commerces qui participent à l’aventure. « Pour notre part, un samedi normal, on fait d’un tiers à la moitié de plus que ce qu’on fait avec le drive. Ça ne remplace pas le marché ouvert, mais c’est beaucoup mieux que rien ».

Fermeture des marchés : Mme Rolland persiste et signe

Du côté de la ville de Nantes, rien ne bouge – alors que presque toutes les communes de l’agglomération ont désormais rouvert leurs marchés. La municipalité a envoyé un administratif – le DGS Olivier Parcot, habituellement peu présent dans la presse – s’en expliquer, et il s’est retrouvé relégué en page 12 de nos confrères d’Ouest-France : « Johanna Rolland tient bon la position, malgré toutes les pressions, sur les marchés, les espaces publics, les chantiers », balance-t-il immédiatement. « On priorise la question sanitaire ».

Une décision qui a du mal à passer chez les commerçants. L’un d’eux, habituellement installé sur les marchés de plein air, et qui travaille actuellement sur la côte, réagit : « Ceux qui travaillent à la fois sur Nantes – où c’est fermé – et sur la côte où presque tout est rouvert, et on est nombreux dans ce cas, ils n’y comprennent plus rien. Faut croire qu’à La Baule, ils ont eu assez d’argent pour se payer le vaccin contre le corona ».

L’expérience du drive étendue sur deux autres marchés nantais et à Bouguenais

Néanmoins, la réussite patente du drive et la pression continue, tant dans les quartiers que de la part des commerçants incite la ville de Nantes et certaines des communes voisines à aller plus loin. A compter de ce 4 avril, deux drives ont été mis en place, de 8h30 à 10h à Saint-Joseph de Porterie, aux confins nord de la ville (un producteur de légumes, un de pommes, un fromager et un charcutier) et de 10h30 à 11h45 à Doulon, à l’est (un producteur de légumes, un de pommes, un fromager).

Les commandes sont centralisées sur la page Facebook « Les fromages de Damien, Mélanie et Maël » ou par mail lesé[email protected] autres producteurs envisagent de mettre en place des initiatives similaires, de façon à couvrir les quartiers de la ville. A Bouguenais, c’est le primeur Guérin qui s’y met (commandes au 06.26.18.91.29), les livraisons se font le jeudi de 10 à 12 heures sur le parking du cimetière du bourg. Les paiements se font par carte bancaire à la livraison. Des initiatives qui sont utiles sur le moment, mais pas seulement – les études et les projections sur une éventuelle seconde vague épidémique, cet hiver, s’accumulent. Les initiatives qui seront prises et rodées maintenant, ce sera toujours ça de gagné si – ou quand – le coronavirus reviendra.

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Patrick Buisson interrogé par Charlotte d’Ornellas : « La modernité nous met face à notre propre vide » [Interview]

Patrick Buisson politologue et ancien conseiller personnel du président Sarkozy, publie un nouvel essai qui raconte tout ce que...

Tour d’Italie. Caleb Ewan remporte la 7ème étape du Giro

Deuxième victoire d'étape pour Caleb Ewan (Lotto-Soudal) le 14 mai 2021, à l'occasion de la 7ème étape du Giro....

Articles liés

Nantes : « si la mairie voulait tuer le marché de Talensac, elle ne s’y prendrait pas autrement »

Les filtrages mis en place le 8 novembre autour du marché de Talensac avec une très longue file d’attente ont laissé des traces durables :...

Nantes. Johanna Rolland inaugure le marché du jeudi soir à Talensac… avec des chips au buffet

Désormais, le marché de Talensac, à Nantes, sera ouvert jeudi soir, de 16h à 20 heures. L’inauguration a eu lieu ce 21 mars, en présence...

Nantes : à Talensac, Johanna Rolland est la reine des mouettes

Nantes, joli port de pêche. Si les mouettes pouvaient voter, Johanna Rolland n’aurait pas à faire financer de coûteux sondages par le PS (en...

Nantes. Un fromager se fait braquer en fin de marché et piquer sa caisse

Dimanche 25 mars, en fin de marché à Talensac, peu avant 14 heures, un fromager très connu s’est fait aborder par deux personnes alors...