Face au covid-19, Nicola Sturgeon « responsable » vs Boris Johnson « fumiste » ?

A LA UNE

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Le coronavirus est l’occasion pour les Écossais de prouver qu’ils sont mieux organisés que les Anglais. Ce qui ne peut que renforcer le sentiment national écossais.

Écrivain, scénariste et réalisateur, William Boyd est fort occupé en cette période de confinement avec la correction d’un nouveau roman, Trio, l’écriture d’une série télévisée sur l’incendie de Notre-Dame, la rédaction de critiques littéraires et l’introduction à un roman noir de Simenon. Il trouve même le temps de traiter Boris Johnson de « fumiste fumeux ». Car Boyd est écossais, donc hostile au Brexit et prompt à souligner les différences existant entre son pays et l’Angleterre : « Je crois que l’Écosse affronte la crise différemment. Certes, c’est un plus petit pays, beaucoup moins peuplé ; mais le gouvernement écossais paraît uni, prend des mesures fermes et les fait appliquer, et a la chance d’avoir à sa tête Nicola Sturgeon, une femme responsable, respectée et capable de décisions claires et pragmatiques. Le contraste avec Boris Johnson n’en est que plus saisissant. » (L’Obs, 9 avril 2020)

Rancunes ancestrales

Le Brexit, inspiré par les Anglais, a ravivé les rancunes ancestrales entre l’Écosse et l’Angleterre et qui furent exacerbées lorsque Margaret Thatcher démantela l’industrie écossaise. Mais il faut également tenir compte du fait que, comme tous les pays pauvres de l’Union européenne, l’Écosse avait tout à perdre à quitter l’Europe. En effet, grâce aux fonds structurels de Bruxelles, elle touche aides et subventions. Si bien qu’on assiste à l’affrontement d’un nationalisme écossais ave la montée en puissance de l’identité anglaise. Avec une tonalité particulière pour le Parti national écossais, comme l’explique David Goodhart dans son ouvrage Les deux clans (Les Arènes) : « Le parti national écossais qui, comme son nom l’indique, est un parti nationaliste doté d’une base ancrée dans la majorité blanche, mais teinté de civique de centre-gauche : « Des décisions sur l’Écosse, prises par ceux qui tiennent le plus à l’Écosse ». Comme l’a souligné le commentateur politique Andrew Marr (The Times, 4 septembre 12016), la campagne pour le oui tendant la campagne du référendum de 2014 sur l’indépendance de l’Écosse jouait parfois sur les mêmes pulsions anti-système que l’UKIP et que le soulèvement anti-UE en Angleterre : « Le sentiment que le système ne fonctionne plus pour « les gens comme nous » (…) et que le pouvoir doit être ramené à un niveau bien plus local. » Le Brexit était un élan pour reprendre le contrôle/ la souveraineté face à une UE supranationale ; le SNP est un mouvement pour reprendre le contrôle/ la souveraineté à un Royaume-Uni plurinational. »

Pour David Goodhart, la force du SNP repose sur le « sentiment national écossais. Et il peut brandir ce sentiment avec un nationalisme civique en attaquant le Parlement de Westminster – plutôt que les Anglais – pour dénoncer le peu de pouvoir, de financement et de mesures sociales accordés au peuple d’Écosse. »

B. Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Michel Onfray : « Quand des jeunes tirent à bout portant sur un policier, quand des quartiers font sécession, cela s’apparente à une guerre...

Michel Onfray : « Quand des jeunes tirent à bout portant sur un policier, quand des quartiers font sécession,...

Eric Zemmour : « Il y a des attaques de pompiers, de policiers, de médecins, d’infirmières,… parce qu’ils symbolisent la France »

Eric Zemmour : « Il y a des attaques de pompiers, de policiers, de médecins, d’infirmières,… parce qu’ils symbolisent...

Articles liés

Brexit, pêche. Littoral, la marée du passage

Cette histoire se déroule sur le front maritime du Brexit, à bord du chalutier l'Itasca basé à Roscoff. Ce chalutier hauturier (21 mètres, 5...

D’anciens secrétaires d’État à l’Irlande du Nord demandent à Boris Johnson d’agir contre la violence liée au Protocole

Quatre anciens secrétaires d'État à l'Irlande du Nord et un ancien chef de la police d'Irlande du Nord (PSNI) ont fait part de leur...

Bretagne-Britannia, des liens plus forts que le Brexit ?

Quelles relations désormais entre les îles britanniques et la Bretagne ? La Section Bretagne des anciens élèves de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences...

Feargal Cochrane : « Le Brexit a déstabilisé la vie politique en Irlande du Nord » [Interview]

Alors que la situation se tend et se dégrade en Irlande du Nord, il est actuellement impossible, pour des journalistes étrangers comme nous, d'aller...