Marc Le Fur (LR) ne veut pas que les catholiques soient des citoyens de seconde zone

Dans le monde moderne, les grandes surfaces ont davantage d’importance que les églises. C’est ce que rappelle le confinement.

À l’initiative de Marc Le Fur (LR), député de Loudéac (22) et vice-président de l’Assemblée nationale, une tribune a été publiée dans Le Figaro (samedi 2 – dimanche 3 mai 2020). Les 67 parlementaires signataires s’inquiètent des restrictions apportées à la liberté de culte. « Le gouvernement a fait le choix d’un déconfinement progressif. Il édicte un ordre de priorités qui devient très vite un ordre d’importance », est-il rappelé. Effectivement le gouvernement prévoit la réouverture des salons de coiffure mais ne dit mot des cérémonies religieuses – par exemple, pas de rassemblement – ou très limité – à l’occasion des obsèques.

« L’interdiction de rassemblements dans les lieux de culte avant le 2 juin prochain, c’est-à-dire, notamment, après les grandes fêtes chrétiennes de l’Ascension et de la Pentecôte, est souvent vécue comme une humiliation et une atteinte inédite à la liberté de culte », soulignet également Marc Le Fur et ses amis.

Qu’en Bretagne, il n’y ait plus de messes d’enterrement « publiques », voilà qui est révolutionnaire. On devine le mécontentement- des familles catholiques et de tous ceux pour qui assister aux obsèques appartient à la vie sociale.

On sait que Loïc Chesnais-Girard, président du conseil régional de Bretagne, manœuvre en ce moment pour obtenir la réouverture des plages. Son grand argument : laissons les maires décider de la chose. Pourquoi ne tient-il pas le même discours à propos des églises ?

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS