Jean-Philippe Feldman : « L’égalité, sous sa forme extrême de l’égalitarisme, supplante la liberté » [Interview]

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Nous ouvrons aujourd’hui une série d’interviews réalisées en marge de l’initiative « réformer pour libérer », portée notamment par Contribuables associés. Parmi les premiers à passer à la question,  Jean-Philippe Feldman professeur agrégé des facultés de droit, maître de conférences à SciencesPo et avocat à la Cour de Paris.

Il est également universitaire: professeur agrégé des facultés de droit, en poste à Vannes.  « A SciencesPo, j’anime un séminaire d’introduction à la pensée libérale depuis maintenant dix années. Enfin, je suis essayiste. Mon prochain ouvrage doit être publié en septembre, sa sortie ayant été repoussée de quelques mois en raison de la pandémie (Exception française. Histoire d’une société bloquée de l’Ancien Régime à Emmanuel Macron, Editions Odile Jacob) » nous explique-t-il, avant de répondre à nos questions, notamment au sujet de son texte sur la protection des libertés et des institutions en France.

Breizh-info.com : Pourquoi rejoindre l’initiative réformer pour libérer ?

Jean-Philippe Feldman : Mon confrère et camarade Jean-Philippe Delsol m’a proposé de participer à un projet pour l’après-crise avec plusieurs personnes. L’objectif est certes de s’opposer aux élucubrations de tous bords politiques entendues ces dernières semaines, mais aussi et surtout de montrer que les libéraux ne sont pas seulement des « critiques » : ils ont des propositions de réforme à formuler et ce, dans l’ensemble des domaines.

Breizh-info.com : Attestations pour circuler, drônes sur les plages, masques obligatoires…la France tomberait-elle dans le totalitarisme ?

Jean-Philippe Feldman : Evidemment et heureusement non ! En revanche, la crise a avivé les défauts propres à notre pays : l’Etat providence le plus développé de la planète, un Etat qui s’est distingué par son inefficacité. Cela ne saurait surprendre les libéraux qui dénoncent depuis des décennies cet Etat omnipotent, tout à la fois surpuissant et impuissant. Alors que les libéraux plaident en faveur d’un Etat limité mais puissant, puissant parce que limité. En effet, dans notre pays, l’Etat fait tout mais mal, au lieu de faire peu de choses mais bien.

Breizh-info.com : Comment expliquez vous que les citoyens acceptent sans broncher la restriction progression de leurs libertés, au nom de la protection sanitaire (en réalité la protection de minorités à risque) ?

Jean-Philippe Feldman : Là encore, les libéraux ne sauraient être étonnés par la passivité générale. Le mécanisme a été brillamment démonté par Alexis de Tocqueville dès le milieu du XIXe siècle. L’Etat intervient tous azimuts telle une Providence. Il finit par infantiliser les individus et les citoyens jusqu’à les déresponsabiliser. Un mécanisme pervers se met en place : l’Etat intervient, il habitue les individus à vivre sous tutelle et l’Etat accroît sa présence à mesure de son inefficacité. Se crée un véritable « marché politique » par lequel les gouvernants, à tous le niveaux, achètent des voix aux élections contre des promesses d’interventions, de privilèges et autres passe-droits. Les Français s’accrochent alors à leurs lambeaux de privilèges et les tentatives de réformes, opportunes ou non peu importe, se trouvent bloquées. Paradoxalement, l’égalité, sous sa forme extrême de l’égalitarisme, supplante la liberté, alors même que les privilèges pullulent. En effet, les Français sont égalitaristes avec ceux qui sont au-dessus d’eux, mais très élitistes avec ceux qui sont en-dessous, en comptant sur la bienveillante protection de l’Etat…

Breizh-info.com : Quelles propositions préconisez vous et pourquoi ?

Jean-Philippe Feldman : Dans mon étude sur « Protection des libertés et institutions », je propose trois séries de mesures. D’abord, mettre fin à l' »exception française » que constitue notre régime politique. Nous sommes les seuls au monde à connaître un régime parlementaire à présidence forte, une « monarchie républicaine » qui allie centralisation et ineficacité. Ensuite, je propose d’encadrer les pouvoirs exceptionnels et les pouvoirs de crise. Actuellement, les gouvernants ont les mains libres pour déclarer l’état d’urgence et pour distiller les mesures exceptionnelles sans que les contre-pouvoirs puissent jouer leur rôle. Or, la minorité au Parlement et les juridictions ont un rôle essentiel de surveillance à opérer.

Enfin, je propose de supprimer les mesures exceptionnelles dès que l’état d’urgence sanitaire aura pris fin. Certes, cela est prévu par les textes, mais l’expérience prouve que les gouvernant s’empressent, une fois la crise passée, de graver certaines mesures d’exception dans le marbre pour les temps « normaux ». Les divers épisodes de lutte contre le terrorisme notamment en attestent.

Propos recueillis par YV

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Louis de Raguenel (Europe 1) : « Le vaccin que l’on se fait injecter […] ne sera sans doute plus efficace face aux nouveaux...

Sur le plateau de LCI lundi 26 juillet, Louis de Raguenel, chef du service politique adjoint à Europe 1,...

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

Articles liés

Apartheid social, libertés restreintes. « Il y a toujours une bonne raison »

Fabrice Hatem, est diplômé de l'ENSAE et de l'IEP de Paris, docteur en économie, professeur associé à l'école de management de Normandie,  Auteur de...

Débat. Avons-Nous Perdu Le Goût Des Libertés ?

Dans ce live signé Zone Libre, Paul Fortune et Ludwig analyseront le recul des libertés personnelles et publiques au travers de différents points d'actualité....

Covid-19, tyrannie sanitaire. Bientôt tous pucés ? [L’Agora]

3 parlementaires du Sénat ont rédigé un rapport dans le cadre de la délégation à la prospective intitulé : CRISES SANITAIRES & OUTILS NUMÉRIQUES...

Covid : Des libertés perdues à jamais ?

Au programme ce soir, l’hypothèse d’un impossible retour à la normale fait son chemin. Alors que le Conseil d’Etat estimait la semaine dernière que...