Quand Thérèse de Lisieux chante Jeanne d’Arc

A LA UNE

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Notre processus démocratique marche mal, de plus en plus mal » [Interview]

Premier des cinq candidats à répondre aux questions à quelques jours du second tour des élections régionales, Thierry Burlot,...

Régionales 2021. Le point sur le second tour, région par région

On vous propose de faire le point sur le second tour des régionales qui se déroulera dimanche prochain, point...

2ème tour des élections régionales en Bretagne. Mode d’emploi

Après le premier tour qui n'a pas mobilisé les foules, le deuxième tour des élections régionales s'annonce dimanche en...

Régionales 2021. Les résultats dans toutes les régions de France

Retrouvez ci-dessous les résultats des élections régionales dans toutes les régions de France. L'abstention s'établit à 66,1%, ce qui constitue...

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

Ce poème a été écrit par Thérèse de Lisieux en mai, l’année de sa mort (1897), alors qu’elle « éprouve le besoin de redécouvrir le mystère de Jeanne d’Arc, comme pour s’identifier à elle au seuil de sa propre passion. A l’infirmerie, elle se référera souvent à l’héroïne ». Le poème montre avec le lumineux pathos caractéristique de Thérèse, que « ce n’est pas dans la victoire et la gloire que Jeanne s’accomplit, mais dans le cachot et la trahison, où elle s’identifie elle-même à Jésus. Et Lui, par Sa mort, donne à toute souffrance son « charme » ». (commentaires tirés de l’édition intégrale des poésies de Sainte Thérèse, Un cantique d’amour, Cerf-DDB, 2010).

Ci-dessous le texte complet du poème :

A Jeanne d’Arc (mai 1897)

Quand le Dieu des armées te donnant la victoire Tu chassas l’étranger et fis sacrer le roi Jeanne, ton nom devint célèbre dans l’histoire Nos plus grands conquérants pâlirent devant toi Mais ce n’était encore qu’une gloire éphémère Il fallait à ton nom l’auréole des Saints Aussi le Bien-Aimé t’offrit sa coupe amère Et tu fus comme Lui rejetée des humains. Au fond d’un noir cachot, chargée de lourdes chaînes Le cruel étranger t’abreuva de douleurs Pas un de tes amis ne prit part à tes peines Pas un ne s’avança pour essuyer tes pleurs.

Jeanne, tu m’apparais plus brillante et plus belle Qu’au sacre de ton roi, dans ta sombre prison. Ce céleste reflet de la gloire éternelle Qui donc te l’apporta ? Ce fut la trahison. Ah ! si le Dieu d’amour en la vallée des larmes N’était venu chercher la trahison, la mort La souffrance pour nous aurait été sans charmes Maintenant nous l’aimons, elle est notre trésor.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Florian Philippot revient sur le Covid, les régionales, le RN

L'ex numéro 2 du FN et président des Patriotes est revenu sur les élections régionales au micro de Boulevard...

Jean-Yves Le Gallou sur le RN : « La pasteurisation du discours mène à l’abstention ! »

Dans une série de tweets, Jean-Yves Le Gallou est revenu sur les scores décevants du Rassemblement national lors des...

Articles liés

La Roë (53) : Jeanne d’Arc à l’honneur dans l’église

L’église de La Roë, aux confins de l’Ille-et-Vilaine, de la Mayenne et de la Loire-Atlantique, rend hommage depuis le 13 septembre à sainte Jeanne...

Peindre l’Histoire. Didier Le Fur raconte Charlemagne, Clovis, Jeanne d’Arc, Henri IV, à travers l’art [Interview]

Didier Le Fur est historien. Il a fait un doctorat d’histoire médiévale avec Colette Beaune, qu’il a suivi à Paris I, à Caen, à...

C’est arrivé le 6 janvier 1412 : Naissance de Jeanne d’Arc

Jeanne d'Arc n'est pas une héroïne de l'histoire bretonne, la Bretagne n'étant pas encore liée à la France le 6 janvier 1412, lorsque «...

Vers une réhabilitation de Gilles de Rais outre-Manche ?

Depuis Voltaire, l’ombre d’un doute plane sur le cas de Gilles de Rais. Gilles de Rais ou la gueule du loup, de Gilbert Prouteau,...