Aucune trace de coronavirus n’a été détectée dans les coquillages ou l’eau de mer

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Selon une étude de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, aucune trace de coronavirus n’a été détectée dans les échantillons d’eau de mer et de coquillages analysés.

« Aucune trace du coronavirus SARS-CoV-2 n’a été détectée »

Alors que le déconfinement a sonné le glas de l’interdiction des promenades à la plage, dans certains esprits la peur demeure de mettre les pieds dans l’eau au risque que cette dernière soit contaminée par le coronavirus. Et pour cause, il n’y a encore pas si longtemps, du SARS-CoV-2 était détectée dans des eaux usées en France et dans d’autres pays.

Alors pour s’assurer que ce virus n’était pas présent ni dans l’eau de mer ni dans les coquillages du littoral français, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) « a mis en œuvre une opération de prélèvement d’échantillons d’eaux usées, d’eau de mer et de coquillages afin de vérifier si des traces de SARS-CoV-2, responsable de la pandémie de covid-19, pouvaient y être détectées », note l’institut dans un communiqué.

Verdict : les résultats des premières analyses moléculaires ont de quoi soulager puisque ces derniers « sont négatifs. Aucune trace du coronavirus SARS-CoV-2 n’a été détectée dans les échantillons d’eau de mer et de mollusques analysés », note ainsi l’Ifremer.

21 échantillons de coquillages

Pour s’assurer de la fiabilité de ces résultats, l’équipe de Soizick Le Guyader, virologiste et responsable du laboratoire nantais « Santé environnement et microbiologie » (LSEM) de l’Ifremer « a affiné son protocole de recherche du SRAS-CoV-2. Ce protocole par PCR est semblable à celui utilisé pour le dépistage chez l’homme : il permet de détecter le génome du virus dans les échantillons », indique le communiqué.

Un soin particulier a également été apporté à la sélection des sites de prélèvement. Ces derniers ont en effet été choisis « selon leur exposition aux sources de contamination fécale d’origine humaine : 3 sites sur la côte normande, 8 sur les côtes bretonnes, 8 sur la façade atlantique et 3 sur la façade méditerranéenne ».

Au total, deux échantillons de moules et 19 échantillons d’huîtres creuses ont été prélevés entre le 22 et le 27 avril 2020. Quatre échantillons d’eau marine potentiellement soumise à des rejets humains ont également été prélevés. Aucun « n’a présenté de traces de SARS-CoV-2 ».

Poursuite des prélèvements

Malgré des résultats satisfaisants, Soizick Le Guyader reste prudente. « Même si elle ne vaut pas certitude pour l’ensemble des coquillages et des eaux marines métropolitaines, l’absence de traces du SARS-CoV-2 révélée par notre étude est une bonne nouvelle », note la virologiste.

Et de conclure : « Prouver l’absence réelle du virus est un art difficile : nous n’avons pas prélevé d’échantillons dans toutes les zones littorales sensibles aux contaminations par des rejets humains ; d’autre part, sur les 7 à 9 grammes de tissus de coquillages prélevés, nous n’en analysons qu’une petite partie. »

En conséquence, l’Ifremer, qui attend également les premiers résultats de 13 échantillons d’eaux usées prélevés en entrée de 3 stations d’épuration du Grand Ouest, a décidé « de poursuivre ses prélèvements et ses analyses sur les mêmes sites tous les 15 jours pendant encore plusieurs mois, afin de suivre les éventuels effets d’une circulation potentiellement accrue du virus dans la population dans le contexte de la levée progressive des mesures de confinement ».

AK

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/Zafke)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Patrick Buisson interrogé par Charlotte d’Ornellas : « La modernité nous met face à notre propre vide » [Interview]

Patrick Buisson politologue et ancien conseiller personnel du président Sarkozy, publie un nouvel essai qui raconte tout ce que...

Tour d’Italie. Caleb Ewan remporte la 7ème étape du Giro

Deuxième victoire d'étape pour Caleb Ewan (Lotto-Soudal) le 14 mai 2021, à l'occasion de la 7ème étape du Giro....

Articles liés

Le problème insoluble de la crise du COVID. Faut-il en finir avec les aides ?

La crise du COVID aura marqué les esprits pour les décennies à venir. D'abord la crise sanitaire aura endeuillé une partie de la population...

Alternative au vaccin Covid-19. La biotech nantaise Xenothera annonce une précommande de la France pour son traitement

Il aura fallu du temps pour que l'Etat se décide ! La biotech nantaise Xenothera, créée en 2014, a annoncé mardi 11 mai avoir...

Covid-19 : la fin du début ou le début de la fin de l’état d’urgence ?

A la Une de cette édition, retour sur l’actualité du Covid. Alors que la réouverture des terrasses se confirme pour le 19 mai prochain,...

Covid-19. « Se vacciner pour protéger les autres ». A quand une grande vaccination contre l’immigration de masse ? [L’Agora]

L’argument pour faire que les Français se vaccinent en masse contre le Covid-19 est, outre le fait de retrouver les libertés que les autorités...