Covid-19. Le télétravail abandonné et seulement réservé aux personnes à risque ?

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Si les autorités incitent désormais à la reprise du travail sur site dans les entreprises aux dépens du télétravail, celui-ci va toutefois rester possible. Mais uniquement pour les personnes à risques face au Covid-19.

Télétravail : la fin d’une époque…

Il aura été l’un des maîtres-mots du confinement. Certains le redoutaient, d’autres l’attendaient avec impatience. Le télétravail aura, à son niveau, marqué durablement la société française en ce printemps 2020. Un travail à distance qui a permis à des familles chanceuses de quitter les villes pour les campagnes et le littoral, la Bretagne recevant elle aussi son lot de télétravailleurs, une présence pas toujours du goût des locaux.

Mais ce temps est désormais en passe d’être révolu. Le nouveau protocole national de déconfinement mis en place par l’exécutif doit ainsi être dévoilé d’ici la fin de la semaine. Que faut-il en attendre ? En résumé, le télétravail risque fort abandonné pour un grand nombre de salariés.

L’exception des personnes « à risque de formes graves »

Ceux y ayant pris goût vont donc devoir se résoudre à oublier le travail au calme depuis le fond du jardin ou sur le balcon en cette période estivale débutant et se préparer à un retour au bureau.

Toutefois, le protocole prévoit des exceptions concernant les personnes « à risque de formes graves » face au Covid-19. Il s’agit ici d’individus dont la contamination par le coronavirus aurait pour conséquence probable de nécessiter une hospitalisation, avec une issue potentiellement tragique à la clef.

Pour définir qui sont les individus à risque, on peut se référer à la liste dressée par le Haut Conseil de la Santé publique. Celle-ci désigne notamment les personnes âgées de 65 ans et plus. Mais aussi les patients avec des antécédents cardiovasculaires, les diabétiques, les insuffisants rénaux, les malades du cancer ou encore les personnes atteintes d’une pathologie chronique respiratoire (comme de l’asthme sévère ou la mucoviscidose).

De son côté, le ministère de la Santé a complété la liste précédente en y ajoutant les femmes enceintes au 3e trimestre de leur grossesse et les personnes souffrant d’obésité morbide (avec un indice de masse corporelle supérieur à 30). Ce qui représente au final quelques 18 millions de Français.

Prolongation des arrêts de travail

À partir de ces informations, il apparaît donc également que les salariés vivant en compagnie d’un senior ou de tout autre individu « à risque de formes graves » devraient pouvoir négocier leur maintien en télétravail.

Enfin, dans les cas où le télétravail est impossible pour une personne « à risque de formes graves » ou étant en contact avec un tel individu, une prolongation du dispositif d’arrêt de travail simplifié est aussi prévue jusqu’au 31 août 2020. Pour les concernées, la démarche est à réaliser sur « declare.ameli.fr », accessible à tous les assurés quel que soit leur régime d’affiliation.

Cependant, mieux vaut s’assurer de correspondre aux deux critères nécessaires avant de faire un tel arrêt : avoir une pathologie identifiée par le Haut Conseil de santé publique et être en affection de longue durée.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Patrick Buisson interrogé par Charlotte d’Ornellas : « La modernité nous met face à notre propre vide » [Interview]

Patrick Buisson politologue et ancien conseiller personnel du président Sarkozy, publie un nouvel essai qui raconte tout ce que...

Tour d’Italie. Caleb Ewan remporte la 7ème étape du Giro

Deuxième victoire d'étape pour Caleb Ewan (Lotto-Soudal) le 14 mai 2021, à l'occasion de la 7ème étape du Giro....

Articles liés

Le problème insoluble de la crise du COVID. Faut-il en finir avec les aides ?

La crise du COVID aura marqué les esprits pour les décennies à venir. D'abord la crise sanitaire aura endeuillé une partie de la population...

Alternative au vaccin Covid-19. La biotech nantaise Xenothera annonce une précommande de la France pour son traitement

Il aura fallu du temps pour que l'Etat se décide ! La biotech nantaise Xenothera, créée en 2014, a annoncé mardi 11 mai avoir...

Covid-19 : la fin du début ou le début de la fin de l’état d’urgence ?

A la Une de cette édition, retour sur l’actualité du Covid. Alors que la réouverture des terrasses se confirme pour le 19 mai prochain,...

Covid-19. « Se vacciner pour protéger les autres ». A quand une grande vaccination contre l’immigration de masse ? [L’Agora]

L’argument pour faire que les Français se vaccinent en masse contre le Covid-19 est, outre le fait de retrouver les libertés que les autorités...