MAJ 10 juillet 2020 : Suite à une pression juridique de maître Hugues de Lacoste Lareymondie, le rectorat de Rennes a finalement décidé d’accorder le bac aux lycéens et lycéennes des trois lycées hors contrat catholique de Bretagne.

MAJ 9 juillet 2020 : selon nos informations, suite à la levée de boucliers, l’affaire serait en passe d’être réglée dans la journée. Affaire à suivre très rapidement.

Le baccalauréat a été littéralement bradé pour cette édition 2020 avec plus de 91% de réussite. Autant dire que toute une génération va se retrouver dans des galères pas possible, notamment en raison d’un embouteillage dans les facultés, et du peu de débouchés par la suite.

Mais encore faut-il avoir son baccalauréat, et pour le moment, pour 41 lycéens bretons scolarisés dans des lycées catholiques hors contrat de Bretagne, ce n’est pas le cas. Ils devront passer la session de rattrapage en septembre. En cause, le rectorat de Rennes qui a refusé de les diplômer au motif d’un « dossier de contrôle continu incomplet », alors même que la plupart des élèves candidats au bac devaient être diplomés, une majorité avec mention.

Et certains d’y voir là les traces d’une discrimination anti-catholique de la part du rectorat de Rennes (ou de quelques individus mal intentionnés y travaillant), visant ces jeunes lycéens, dont les familles sont aujourd’hui en colère et inquiètes.

Ces dossiers refusés concernent quatorze filles au cours Sainte-Anne de Kernabat à Plouisy (Côtes-d’Armor), dix-sept à l’Institution dominicaine Saint-Thomas d’Aquin de Pont-Callec, à Berné (Morbihan), et dix garçons à l’école catholique traditionaliste de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, à Saint-Père-Marc-en-Poulet (Ille-et-Vilaine). Des dossiers refusés, alors que dans d’autres académies, les mêmes dossiers ont été acceptés.

Nous avons cherché à joindre le rectorat, qui n’a pas souhaité nous répondre en direct, nous demandant d’envoyer un email (nous donnerons la réponse lorsque reçue).

Pour rappel, les écoles privées indépendantes hors contrat sont libres de leur pédagogie, de leur organisation, mais sont contrôlées par les inspecteurs de l’Académie et sont donc des candidats comme les autres. A l’heure actuelle, des lycéens voient donc leur avenir s’obscurcir, puisque certains ne peuvent pas être admis dans l’enseignement supérieur sans diplôme.

Une vérification de la situation par la Dgesco (Direction générale de l’enseignement scolaire) est en cours.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine