Guer (56). Des jeunes du lycée Brocéliande dans un convoi humanitaire pour les migrants

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

13/01/2017 – 06H45 Guer (Breizh-info.com) –  Les initiatives scolaires proposées en faveur des migrants n’en finissent pas en Bretagne. Après des collègiens de Callac en décembre 2016, c’est au tour de lycéens de Guer, dans le Morbihan,  de venir en aide à ces populations arrivées illégalement sur le territoire français.

A nouveau, c’est l’association Solidarité réfugiés Centre Bretagne qui est à la manoeuvre. Après avoir collecté 33 m3 de vêtements et produits de première nécessité ces dernières semaines,  l’association , qui peine à trouver de la main d’oeuvre,  a monté un partenariat avec le lycée Brocéliande de Guer. Un partenariat monté, selon Hervé Agnoletti, le proviseur du lycée que nous avons contacté, dans le cadre du Contrat d’Education à la Santé et à la Citoyenneté mis en place par le lycée.

Ce dernier précise toutefois que les 4 jeunes qui vont participer au convoi, qui partira le 16 janvier pour rejoindre les locaux d’Emmaüs à Paris, sont volontaires pour accompagner deux professeurs du lycée. Ce n’est pas ce que disait en effet l’un d’entre eux dans un article de la presse locale : « On est là parce que le prof l’a demandé » déclarait l’un d’entre eux alors que le journaliste décrit les 4 jeunes comme « traînant des pieds en sortant du semi-remorque. Pas vraiment enchantés d’être au rendez-vous donné par Solidarité réfugiés Centre Bretagne.»

Ces lycées passent cette année leur Bac professionnel conducteur transport routier de marchandise (CTRM) . Le proviseur du lycée tient à préciser par téléphone qu’il n’est pas question que le convoi bénéficie uniquement aux migrants – cette question ayant un caractère politique concède-t-il. « Les récoltes seront livrées à Paris au bénéfice des sans logis, des SDF, et des migrants. Il s’agit d’un acte citoyen, mais encore une fois, aucune obligation pour les lycéens » nous précise-t-il.

Sur le site de l’association Solidarités Réfugiés, on peut toutefois lire que « les élèves routiers du lycée de Guer vont acheminer des biens vers le centre humanitaire de Paris porte de la Chapelle au mois de janvier. Le départ est prévu le 16 de Guer pour arriver le 17 sur le centre humanitaire. Il y aura la ramasse des biens la semaine avant le départ. Une équipe de lycéens reporters sera présente pour rencontrer les personnes qui se mobilisent pour les collectes.».

Un centre humanitaire ouvert en novembre 2016, qui est un centre presque exclusivement réservé aux migrants : « Ce centre, dont la création avait été annoncée fin mai par la maire de Paris Anne Hidalgo, accueillera chaque jour entre 50 et 80 personnes, soit le nombre de migrants arrivant chaque jour à Paris, selon les estimations.» peut-on lire dans un article du Point. « L’idée est de créer un endroit où chaque migrant primo-arrivant pourra recevoir un accueil et se verra proposer une mise à l’abri digne et humaine » explique Bruno Morel, le directeur général d’Emmaüs.

Ce sont bien ces populations, et non pas les miséreux français, que l’association bretonne en partenariat avec un lycée public s’apprête à aller aider.

Fin 2015, Breizh-info.com rappelait qu’en Bretagne, 121 SDF étaient morts de froid dans la rue, en 5 ans, dans l’indifférence la plus totale. En France, en 2016, selon le collectif « Morts dans la rue », ce sont 454 SDF qui ont succombé dans la rue, abandonnés par des pouvoirs publics et des associations n’ayant pas ménagé leurs efforts pour loger d’urgence les vagues de migrants venant du monde entier.

Yann Vallerie

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. Un migrant délinquant souhaite « rentrer en Algérie » : le tribunal refuse d’accéder à sa requête…

Pour une fois qu'un migrant souhaite rentrer chez lui ! Ce 25 juillet, un Algérien qui se dit âgé...

Aéroport de Rennes ou de Nantes : lequel choisir ?

Vous êtes en Bretagne et vous projetez un voyage prochainement ? Si vous ne souhaitez pas monter à Paris, deux...

2 Commentaires

  1. Les parents n’ont ils pas leur mot à dire sur les activités de leurs enfants mineurs ?
    En particulier sur le fait que le lycée est enbrigadé en politique ?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Royaume-Uni. Des centaines de clandestins ont traversé la Manche depuis la France ces derniers jours

En ce mois de juillet, les traversées de la Manche par des migrants clandestins vers le Royaume-Uni depuis la France ne connaissent pas de...

Amin et Ali, deux « prodiges de la République »

Le prodige Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté a lancé en décembre 2020, l'opération des « Prodiges de...

40 repuad o kampiñ e Roazhon

Partiet eo ! 40 repuad o deus savet ur seurt kêriadenn a deltennoù e park an Hautes-Ourmes e Roazhon d'ar meurzh 13 a viz gouere....

Migrants. « Guing’emploi et compétences », le retour !

Entre décembre 2019 et septembre 2020, un dispositif expérimental pour l’intégration de quatorze migrants baptisé "Guing'emploi et compétences" avait été mis en oeuvre dans...