Vous m’em… avec vos masques et votre soumission. Je n’irai plus dans les lieux publics [L’Agora]

A LA UNE

On va les obliger à porter un masque (après leur avoir dit en plein coeur de la pandémie que cela ne servait à rien) et ils sont contents.

Le chef de l’État en déliquescence Emmanuel Macron a ainsi indiqué rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics clos dès le 1er août prochain (son Premier ministre a avancé la date à la semaine prochaine).

Grosso modo, vous n’aurez bientôt plus le droit de vous promener sans masque dans aucun des bâtiments  dans lesquels des personnes extérieures sont admises .

Parcs de stationnement couvert, établissement de plein air, musée, gare (pour sa partie accessible au public), lieu de culte, bibliothèque et centre de documentation, crèche, école maternelle, halte-garderie, jardin d’enfants, salles de danse et salle de jeux, magasin de vente et centre commercial, restaurant et débit de boissons, salle de spectacle font notamment partis des lieux dans lesquels vous allez entendre des voix indignées si jamais vous pénétrez sans masque.

Au delà de la question du masque, discutable puisque discutée il y a encore quelques mois (comment peut-on prétendre de sa nécessité alors même que tous les spécialistes s’accordent à dire qu’ils ne peuvent pas encore cerner totalement le virus ?), c’est la question de la brimade permanente, de la soumission, qui se pose.

On vous oblige « pour la sécurité de tous » à le porter. Mais dans le même temps, votre sécurité n’a jamais été aussi menacée en raison de la défaillance de ces mêmes autorités qui veulent vous imposer ce masque.

Rien que pour cette semaine du 14 juillet, entre les tirs au mortier dans certaines cités, les attaques de pompiers, et les exactions en tout genre dans tout le pays, la réalité témoigne d’une société en voie de barbarisation avancée. Et l’on voudrait vous faire croire que sans votre masque, le danger, c’est vous ? Vaste blague…

Cavaillon : une femme tabassée et dépouillée après avoir menacé celui qui emploie son fils pour dealer

Rennes. Insécurité sur la dalle du Colombier : le cri de colère des commerçants et restaurateurs

Agglomération lyonnaise : un véhicule incendié piégé avec une bouteille de gaz

Montpellier : « insultés, frappés, menacés avec couteau » un migrant marocain et un migrant tunisien interpellés

Carqueiranne (83) : Traqué par une bande de « jeunes » à scooter, un père de famille est roué de coups devant sa femme et sa fille

Melun : une femme pompier agressée alors qu’elle portait secours au pilote d’un scooter accidenté, l’intervention a failli tourner à l’émeute

On arrête là ou bien on continue à vous dresser la liste des dernières exactions commises en quelques jours partout en France et face auxquelles les autorités ne font strictement rien ? Pensez-vous sérieusement que des ministres qui laissent vos gamins se faire violer, dépouiller et même tuer dans les rues de nos villes au quotidien se préoccupent réellement de votre santé ?

L’espace vital pour les hommes libres est en train de se réduire comme peau de chagrin. On veut vous empêcher de vous exprimer sur Internet, sous peine de poursuites si vous évoquez des sujets politiquement controversés.

On veut vous empêcher de vous promener librement sous le prétexte d’une pandémie dont on ne sait toujours pas grand chose et dont on nous indique actuellement qu’une deuxième vague ne sera sans doute pas aussi forte que la première (pour laquelle les masques n’étaient pas obligatoires…)

Dans le même temps, on laisse rentrer sur le territoire des milliers d’individus parfois porteurs de maladies disparues en Europe sans précaution. Mêmes individus dont une partie multiplie les exactions sur le territoire avec la complicité par passivité d’autorités pieds et poings liés par des textes juridiques d’un autre âge.

Lavez-vous les mains, mettez du gel, portez un masque, gestes barrières, on ne cesse de vous le rappeler à grands coups de spots publicitaires, où que vous alliez, quoi que vous fassiez. Gel hydroalcoolique, masque pour tous, et genoux à terre pour combattre le racisme. Covid et racisme, les deux grandes guerres de l’année 2020, les deux grands déclencheurs de la plus vaste campagne de privation de libertés individuelles et de conditionnement mentaux jamais organisée.

Rajoutez à cela interdiction de fumer, de boire, de trop manger, de rouler vite (et bientôt de respirer ?).

Bienvenue dans leur monde d’après.

Je n’irai plus dans vos lieux publics.

Les hommes libres n’ont plus qu’à rester chez eux (pour autant qu’ils le puissent encore) et à faire leur auto-sécession, ou bien à quitter ces pays dans lesquels la majorité des citoyens acceptent progressivement de devenir des « esclaves heureux de la liberté ».

Quand les moutons se réveilleront, il sera déjà beaucoup trop tard.

Julien Dir.

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Covid-19. « Les non vaccinés portent le mal dans les établissements de santé ». Lettre à la direction du CHRU Brest-Carhaix

Dans une interview donnée à Ouest-France le 3 décembre 2021, le professeur Eric Stindel, président de la commission médicale...

Pornizh (44) : Katoliked a reklem overennoù e latin

Bez ez eus overennoù mod kozh, overennoù e latin neuze, e parrez Saint-Clément e Naoned. Hogen, reklem a ra...

Articles liés