Nantes. 9 mois après leur installation, les Roms sont expulsés de Port la Blanche

A LA UNE

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (2/2)

Après une première partie, suite et fin de la recension du VIIème colloque de l'Institut Iliade ayant eu lieu...

À la vie, à l’amour. Des mamans témoignent de la vie après le décès de leurs jeunes enfants [Interview]

Ils s'appelaient Gaspard, Siméon, Auguste. Ils étaient trois jeunes enfants, pleins de vie, qui sont décédés, des suites d'une...

Paul Conge : « Les droites radicales prospèrent sur certaines faiblesses structurelles de la France contemporaine » [Interview]

Paul Conge est journaliste à Marianne, où il couvre, entre autres, les questions judiciaires. Il vient de publier Les Grand-remplacés. Enquête sur...

Gilles-William Goldnadel : « En France , la liberté d’expression est sacrée lorsque l’outrance vient de gauche et maudite si elle vient de droite...

La loi Avia sur la « haine en ligne » est de retour par la porte détournée (et fort peu démocratique)...

Bretagne. 6 à 11% de prénoms musulmans selon les départements attribués en 2019

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Une longue gestation. Il a fallu neuf mois aux riverains de Port la Blanche, un hameau tout au nord de Nantes, coincé entre Carquefou, l’Erdre et l’autoroute, pour se faire entendre et voir les 150 Roms qui se sont installés en novembre dernier sur une zone naturelle protégée se faire expulser le 5 août dernier.

Entretemps, ils ont saccagé et pollué la zone naturelle, coupé l’alimentation électrique du village à plusieurs reprises du fait de branchements sauvage, et même provoqué un débordement des égouts dans les maisons pile pour Noël. Ils ont aussi coupé les grillages de l’autoroute sur plusieurs mètres – les automobilistes n’étaient donc plus protégés des intrusions des animaux sauvages, fréquents dans ces zones moitié en friche, moitié boisées.

Sans solution de logement, les Roms vont probablement se réinstaller dans le même secteur : plus au sud, rue du Fort, ou plus au nord, à Carquefou, les riverains subissent régulièrement des camps de Roms et leur cortège d’intrusions, de pollutions, cambriolages, vols roulotte, vols de vélos… Ce qui n’empêche pas des associations qui collaborent avec l’invasion migratoire voire des municipalités « de droite », comme celle de Carquefou, de leur apporter de l’aide (aux frais du contribuable), de les domicilier, de leur permettre l’accès à la cantine et de gérer leurs courriers – Carquefou en domicilie 100 et gère leurs 2000 courriers annuels.

Par ailleurs, 27 familles Roms installées impasse de l’Espéranto à Saint-Herblain de 2018 au 11 juillet 2020 et chassés par les forces de l’ordre, se sont installées dans un champ en haut de l’avenue de la Bugallière à Orvault. Les riverains, exaspérés par les odeurs, les branchements illégaux et le bruit, ont obtenu leur départ précipité dans la nuit du 1er au 2 août, alors que les Roms avaient fait état de leur volonté de rester jusqu’en septembre.

Une association pro-accueil de Roms domiciliée chez un élu EELV

Au passage, les riverains s’était fait accuser de « racisme » par d’autres riverains, tandis qu’était aussi présente sur les lieux de leur manifestation l’association Action Solidaire Orvault. Des élus d’opposition EELV – maintenant majoritaires, la commune ayant basculé en juin dernier, portaient en 2018 la volonté de l’association de mettre en place dans la commune un « terrain d’accueil de familles Roms, sécurisé et organisé ».

Est-ce un hasard ? L’association Action Solidaire Orvault est domiciliée chez Vincent Boileau, élu écolo orvaltais. Entrepreneur à Orvault dans les « services de l’information », il est désormais conseiller municipal délégué à la précarité sociale, après avoir été co-animateur du groupe local EELV ; en 2020 il est présenté sur la liste Guitton comme « chargé de projets dans une entreprise de services informatiques ». Il est aussi adhérent du collectif Romeurope à Nantes.

La population des Roms en Loire-Atlantique – 10% de l’effectif des Roms en France – est en légère augmentation ; ils étaient 2000 en 2014, concentrés dans une dizaine de communes de l’agglomération nantaise, ils seraient désormais 2500, toujours aussi concentrés, selon l’association RomEurope qui milite pour leur intégration et contre les expulsions, qu’elle estime coûteuses et inefficaces.  Il y a désormais 46 camps de Roms au lieu de 35 en 2014, aux emplacements fluctuants au gré des expulsions et des procédures judiciaires en cours.

Il est vrai que les expulsions de camps de Roms ont lieu depuis des années à Nantes et dans l’agglomération, sans jamais mettre fin à leur présence ni apporter de solutions définitives aux problèmes récurrents posés par les camps (délinquance, nuisances, locaux vandalisés, pollution, vols d’animaux domestiques – notamment une forte hausse de vols de moutons cette année dans le pays nantais et les Mauges, maladies infectieusesCovid…).

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Finistère : les élus de l’agglomération quimpéroise capitulent face à Amazon

Une majorité des élus de l'agglomération quimpéroise a dit "oui", ce jeudi soir, au projet d'implantation de la plateforme...

Bistro Libertés. Sébastien Meurant (LR) dans l’arène face à Jean Messiha (RN)

L'invité de Bistro Libertés, Sébastien Meurant, est un dirigeant des Républicains qui se revendique de la droite de conviction....

Macron, la psychose covid

Au sommaire de ce journal : gouverner par la peur. https://www.youtube.com/watch?v=FHCuerRAQKY Avec les annonces de fermetures d’établissements restaurants et bars notamment et la menace de reconfinement,...

Urgence climatique. Des écologistes antinucléaires font volte-face en Allemagne

En voilà un article particulièrement intéressant, signé de la rédaction du journal Economie Matin. Ce dernier évoque deux figures du mouvement anti nucléaire en...

Algues vertes en Bretagne. Une nouvelle alerte « contre le déni des autorités sanitaires devant le danger de l’hydrogène sulfuré dans les sédiments sableux...

L'association Sauvegarde du Trégor, dirigée par Yves-Marie Le Lay, vient d'adresser une mise en garde à l'Agence Régionale de Santé Bretagne. Il s'agit d'une...

Autonomie médicale et système immunitaire (entretien avec Soazig Baumann)

Soazig Baumann, praticienne en médecine libre et thérapeute en soins manuels, nous présente sa conception des médecines naturelles, fondée sur l'expérience et l'idéal d'autonomie...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -