Carquefou. La municipalité domicilie 100 Roms et gère leurs 2000 courriers annuels

A LA UNE

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Encore un coût caché de l’immigration qui ressort au gré d’une passe d’armes entre l’association pro-migrants Vivre ensemble à Carquefou (A.V.E.C) et la mairie de droite de Carquefou, commune résidentielle du nord-est nantais. Après que l’association ait accusé la mairie de n’avoir rien fait pour cinq familles Roms dont les caravanes ont brûlé sur un campement illégal au Moulin Boisseau, la mairie a fait état de ce qu’elle faisait pour les Roms. Quant aux carquefoliens, eux, ils paient et n’ont pas leur mot à dire.

La présidente de l’association, Chantal Sorin, a ainsi déclaré dans les colonnes de nos confrères d’Ouest-France : «  Nous voudrions remercier les citoyens de Carquefou et les associations Carquefou-Partages, la Croix-Rouge, ainsi que le pôle solidarité de la paroisse Saint-Pierre – Saint-Étienne-sur-Erdre. La rapidité des réponses a permis de parer les besoins les plus urgents. Nous regrettons que la municipalité n’ait pas voulu, ou osé, s’associer à cette solidarité ».Elle facilite l’accès au logement pour des Roms, notamment aux alentours (Saint-Mars-du-Désert) et leur emploi chez les maraîchers voisins.

L’association A.V.E.C a pour objet de «  faciliter l’accès aux droits fondamentaux pour les migrants installés sur la commune de Carquefou en liaison avec les autres acteurs de la commune. Accompagner leur insertion sociale et citoyenne en refusant les discriminations et les violations des droits humains ». Elle a comme présidente l’artiste Chantal Sorin, bénévole à la paroisse et candidate sur la liste socialiste en 2014, et comme co-présidents Corinne Simon, prof d’histoire-géographie en retraite et Hervé Dalibert, formateur à l’ARIFTS (association régionale pour l’institut de formation en travail social).

La mise en cause de la municipalité, à un peu plus d’une semaine du premier tour, fait réagir le maire adjoint en charge de la solidarité, Bernard Scovidière, dans les colonnes de Presse-Océan ce 7 mars : « les services ont fourni aux familles [rom sinistrées] les coordonnées de l’association Saint-Benoît Labre en vue d’une solution de relogement ainsi qu’une copie de leurs pièces d’identité […] ces familles ont confirmé aux services municipaux avoir été relogées dans d’autres caravanes du camp ».

Les Roms installés illégalement à Carquefou sont une charge pour la commune : « tous les enfants dont les parents en font la demande sont scolarisés dans les différentes écoles de la ville, qui s’est organisée pour les accueillir aussi à la cantine scolaire […] les familles qui le souhaitent sont domiciliées au CCAS. Cela représente près de 100 personnes Roms actuellement domiciliées et la gestion annuelle de près de 2000 courriers ».

Quant aux habitants de Carquefou ? Ils n’ont pas leur mot à dire, alors qu’aux abords des installations des Roms, ils souffrent d’intrusions, de vols, de cambriolages, de la saleté… comme en 2016 aux abords du Moulin Boisseau (lire notre enquête) ou plus récemment aux confins de Nantes et Carquefou à Port la Blanche, lorsque le branchement sauvage des Roms a entraîné l’arrêt de la station de refoulement du réseau d’assainissement et l’inondation de plusieurs maisons par les eaux d’égouts, pour Noël 2019. Leur seul droit : payer toujours plus d’impôts, que ce soit à Nantes, ville socialiste, ou Carquefou, commune « de droite »

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV https://www.youtube.com/watch?v=NXtvjpY8aOg Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Rennes. Wilhem Houssin, un père de famille tabassé à mort par une « une bande de jeunes »

Wilhem Houssin était un père de famille de 49 ans. Il a été tué lors d'une agression gratuite par une...

Articles liés

Saint-Joseph de Porterie (44). Les Roms s’en vont du Fort en laissant une casse auto

Les riverains du Fort, entre Nantes et Saint-Joseph de Porterie le long du C6 sont relativement contents : les Roms qui occupaient un terrain en...

Nantes. Roms : évacuation ordonnée village Bellevue, objets volés retrouvés à la Papotière

Nantes et son agglomération abritent pas loin de 10% de la population rom de France, concentrée sur une petite dizaine de communes de l'agglomération....

L’Association Saint Benoît Labre, révélatrice du dérapage de l’immigration en Loire-Atlantique

L’Association Saint Benoît Labre doit publier ses comptes au J.O., comme toute association bénéficiant de plus de 153 000 euros de subventions publiques. Elle...

Le marché aux épouses chez les roms kalaidzhi en Bulgarie

En Bulgarie, le premier endroit où se rend un Rom de la communauté kalaidzhi cherchant une femme, c’est au marché aux épouses situé près...