Au Guilvinec, un bon Poisson d’avril…

A LA UNE

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

4 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour Damien T, le gifleur de Macron. Un prisonnier politique ?

Le tribunal correctionnel de Valence a condamné jeudi Damien T, le jeune homme qui a giflé (et pas «...

Nantes : les règlements de comptes à l’arme blanche entre clandestins maghrébins se multiplient

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, quai de la Fosse, un extra-européen qui se dit âgé de...

Planté face à l’océan, à deux pas de la criée du Guilvinec, le restaurant Le Poisson d’avril nous accueillait en ce dimanche de juillet ensoleillé. Récompensée d’un bib gourmand au Michelin, la maison avait fait le plein d’une clientèle familiale et décontractée, curieuse de voir si ce Poisson d’avril là tenait ses promesses.

Comme on peut s’en douter, ici, bien sûr,  c’est le poisson et tous les produits de la mer qui sont à l’honneur. On optera pour le menu « Plijadur » (38€) qui commence par  un « homard basse température, purée de petits pois, pamplemousse et basilic ».  De quoi faire saliver les convives. Mais ce que le menu oublie de préciser, c’est que sous le homard – parfaitement cuit – le chef a cru bon de glisser une compotée de chou chinois à l’amertume très prononcée. Une erreur. Ce seigneur de la mer a besoin de douceur, surtout pas d’amertume. Du beurre, de la crème, des épices douces comme le Kari Gosse, cette épice inventée par un apothicaire lorientais, voilà ce qu’il lui faut. Mais surtout pas du chou amer…

Heureusement, le « Pavé de merlu, fenouil mariné, pesto de poivron et sauce vierge » qui suivait, témoignait du savoir-faire du chef. Produit impeccable, cuisson parfaite, subtilité de l’accompagnement. Du très, très bon !

En final, le « Tout choco : Mousse chocolat noir, crémeux chocolat blond, brownie chocolat blanc citron vert » était un hymne joyeux au cacao sous toutes ses formes. Quant à la « Pêche pochée à la mélisse, clafoutis cardamome et espuma café », voilà un dessert d’été aussi original que goûteux. Avec ici la signature des grands pâtissiers – ici une pâtissière: faire du très bon avec peu de sucre…

Pour accompagner un tel repas maritime, un vin blanc s’imposait : ce fut un Chablis du domaine d’Élise 2018, une belle bouteille que nous finirons at home.

Belle salle avec vue sur la mer, service souriant et efficace, cuisine à la hauteur : ce Poisson d’avril mérite largement une visite. On peut même y dormir, quelques chambres sont à louer.

PLG

Le Poisson d’avril,19 Rue de Men-Meur, 29730 Guilvinec. Tel. 02 98 58 23 83

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Revoir. Damien Rieu (RN) remet à sa place Eric Dupond-Moretti

Les ministres font actuellement campagne (aux frais du contribuable ?) partout en France « Contre la menace d'extrême droite...

Aux racines de l’idéologie migratoire, par Vincent Coussedière

Alors qu'une idéologie cherche à faire de l'homme non plus un animal social mais un animal migrant, il est...

Articles liés

Nantes. Aux Fourneaux, un petit restaurant pour retrouver le goût des grands

Un peu caché à mi-pente de la rue Santeuil, dans le quartier Graslin, près de la désormais piétonne rue Jean-Jacques, Aux Fourneaux ne paie...

Tyrannie sanitaire. Le désespoir d’un restaurateur nantais

Charles Henri Le gaillard est à la la tête d'un restaurant idéalement placé, au cœur de Nantes. Une affaire qui marche, une table reconnue,...

Nantes : manger comme au resto pendant le confinement, c’est possible

Le nouveau confinement du à la "crise sanitaire", autrement dit cette curieuse situation où le gouvernement n'est pas capable d'empêcher les islamistes de passer...

El Picaflor. Le tigre allaite au pied de la montagne Sainte-Geneviève

Au cœur de Paris, Le Picaflor propose le meilleur de la gastronomie du Pérou à un prix accessible. La cuisine péruvienne moderne est un des...